X

À La Une

La démission de Hariri inquiète Moody’s, les banques restent sereines

Finances
P.H.B | OLJ et Le Commerce du Levant
07/11/2017

L'agence de notation américaine Moody's a fait part, dans une note publiée lundi soir, de ses inquiétudes vis-à-vis de l'impact que pourrait avoir le vide institutionnel sur la note souveraine du Liban. Cette réaction intervient deux jours après l'annonce surprise de la démission du Premier ministre libanais, Saad Hariri, retransmise samedi depuis Riyad par la chaîne d'informations saoudienne al-Arabiya.

« Une impasse politique prolongée, moins d'un mois après l'adoption par le gouvernement de son premier budget en douze ans, saperait les récentes améliorations institutionnelles et exposerait le système bancaire à une perte de confiance », a déclaré Moody's. « Toute perte de confiance dans le système bancaire ou dans la stabilité des institutions du Liban aboutirait à un ralentissement significatif des dépôts entrants du secteur privé ainsi qu'à des sorties de capitaux, ce qui aurait un impact négatif sur la notation souveraine », a ajouté l'agence.

 

« Confiance des citoyens »
La réaction de Moody's, qui avait dégradé fin août la note de la dette libanaise de B2 à B3, tout en changeant sa perspective de « négative » à « stable », contraste avec celle du secteur bancaire libanais.

Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, a ainsi déclaré lundi que « le marché est comme à son habitude » et « qu'aucune menace ne pourrait mettre en danger la livre libanaise. »

Dans un communiqué publié mardi, l'Association des banques du Liban (ABL) s'est également voulu rassurante, soulignant notamment la « stabilité » sur les marchés de change, dans le sillage de la crise. Une stabilité qu'elle a notamment attribuée à « l'efficacité de la politique monétaire de la BDL » et la « ferme confiance des citoyens, résidents comme non-résidents. » L'ABL a également félicité « la sagesse » et « le sens de la responsabilité nationale » des hauts responsables et des politiques du pays dans la gestion de la crise.

Le directeur du département de recherche du groupe Byblos Bank, Nassib Ghobril, écarte, lui aussi, le risque d'une fuite des dépôts bancaires. « Historiquement, on a pu constater que les dépôts n'étaient pas impactés par des événements tels que la démission d'un Premier ministre. Même en 2005, lors de l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri – le père de Saad Hariri -, les dépôts n'avaient reculé que de 5 % sur l'année. En 2006, année de l'attaque israélienne, la baisse avait été de 3 % », a-t-il expliqué à L'Orient-Le Jour.

Après une première baisse lundi, les eurobonds dont l'échéance est de cinq ans, s'échangeaient aujourd'hui à la mi-journée à 93,50 cents, soit une baisse de 1,95 cents, soit leur plus bas niveau depuis juillet 2013, selon Thomson Reuters. Dans le même temps, les Credit Default Swap (CDS ; prix des contrats qui permettent de se couvrir contre le risque de défaut de l'État libanais), ont augmenté de 13 points de base pour se rapprocher de la barre des 550. Au niveau de la Bourse de Beyrouth, les actions de la société immobilière Solidere, fondée par Rafic Hariri, ont perdu un maximum de 2 % (contre plus de 7 % la veille), tandis que les actions bancaires ont une nouvelle fois bien résisté. La capitalisation boursière a baissé de 0,32 % par rapport à la session précédente.

 

Lire aussi
Démission de Saad Hariri : pas de panique sur les marchés

Démission de Hariri : quelles conséquences sur l'économie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT FAIRE TRES TRES VITE ET FORMER UNE EQUIPE GOUVERNEMENTALE SANS LA PARTICIPATION DE LA MILICE...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants