X

Liban

Le Hezbollah sort ses griffes face à Washington et Riyad

La situation
30/10/2017

Les nouvelles sanctions américaines contre l'Iran et le Hezbollah votées la semaine dernière par le Congrès américain sous forme de trois lois continuent de susciter des ripostes de la part du parti chiite, confiant de pouvoir vaincre « la guerre économique » en vue.

Les précédentes sanctions de 2015 ont été amendées de manière à élargir la marge de manœuvre de l'administration US en donnant au président américain un pouvoir discrétionnaire dans l'identification des personnes ou instances potentiellement visées. Le Hezbollah International Financing Prevention Act de 2015 avait ciblé les personnes, physiques ou morales, soutenant financièrement le Hezbollah ou facilitant ses transactions, les pays l'appuyant ou couvrant ses activités financières, y compris de blanchiment d'argent, et les médias qui sont en relation contractuelle avec le parti. Le nouveau texte énumère une liste de groupes en lien avec le parti, que le président serait libre d'élargir, en identifiant tous ceux qui, parmi les Libanais ou les non-Libanais, leur seraient liés par « un appui financier, matériel ou technologique significatif ». Le texte ajoute aux agences étatiques qui coopèrent avec le Hezbollah, celles que « le président aura définie(s) comme agissant pour le compte ou au nom du Hezbollah ». Ce pouvoir accordé au président serait le moyen pour l'administration US de mettre en œuvre les sanctions tout « en limitant les dégâts collatéraux » pour le Liban, précisément son secteur bancaire, estime l'économiste Sami Nader. Un subterfuge en faveur du Hezbollah serait donc, cette fois, plus difficile à trouver.

Une autre mesure appelle l'Union européenne à renoncer au distinguo entre branche politique et branche militaire du Hezbollah.

La troisième vient condamner, pour la première fois, l'utilisation par le parti chiite et l'Iran de « boucliers humains ». Certains observateurs y voient le prélude à une offensive militaire à grande échelle contre les antennes iraniennes dans la région, et leurs points d'ancrage dans les populations civiles.
C'est donc en connaissance de cause que le député Nawar Sahili a souligné que le Hezbollah « est une composante du peuple libanais. La guerre économique n'est pas menée contre le Hezbollah, mais vise plus largement à dompter le Liban en l'incitant à renoncer à l'axe de la résistance ». Et d'appeler à mettre en commun les efforts, entre l'« État-le gouvernement-le peuple », formule revisitée du fameux triptyque...

Le durcissement de la position américaine n'est pas étranger à la nouvelle stratégie saoudienne, qui passe entre autres par la modernisation de son image.

Un volet que le député Nawaf Moussawi a visé hier en associant à Israël le projet de mégalopole Neom annoncé il y a quelques jours par le prince héritier Mohammad ben Salmane. « C'est le plus grand projet de normalisation (...) puisque le plus grand bénéficiaire (financier) en sera Israël. Le fils Salmane ne peut rien faire sans l'accord des Israéliens », a estimé M. Moussawi, faisant état de rencontres saoudo-israéliennes en préparation de ce projet. Et de lancer « à la famille Saoud : Nous savons que votre campagne contre nous vise à couvrir votre implication dans un projet de normalisation des relations avec l'ennemi ».

Paradoxalement, le secrétaire général adjoint du Hezbollah, le cheikh Naïm Kassem, a laissé entrevoir la possibilité d'un assainissement des rapports avec Riyad. « Le Hezbollah est prêt à mettre à jour sa relation avec l'Arabie, à condition que celle-ci change de politique dans la région et prenne des décisions indépendantes, sans lien avec personne », a-t-il dit hier soir, dans une interview télévisée, sans faire mention d'Israël ni des États-Unis.

Mais l'Arabie semble déjà sur le chemin d'une diplomatie plus agressive. Le ministre d'État saoudien Thamer el-Sabhane a réagi hier dans un tweet à la nouvelle offensive verbale du Hezbollah, seulement pour déplorer « le silence du gouvernement et du peuple » à son égard. De fait, le ministre Mouïn Merhebi a été le seul à réagir hier aux propos de M. Moussawi. Inscrivant le projet Neom dans un cadre de modernisation de toute la région, il a estimé que c'est « cette nouvelle stratégie saoudienne qui dérange les Iraniens, porteurs d'une politique de destruction ». Les accusations contre l'Arabie « sont un moyen vil de nuire aux intérêts du Liban », a conclu le ministre Merhebi.

 

Lire aussi

Nouvelles sanctions US contre le Hezbollah, le parti chiite dénonce des "agressions continues envers le Liban"

Pour mémoire

Les États-Unis mettent à prix la tête de deux cadres du Hezbollah

Salamé : Les mécanismes mis en place pour appliquer les sanctions US contre le Hezbollah sont suffisants

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gros Gnon

Le chiites Libanais sont une composante du peuple Libanais, sans aucun doute.
Le Hezbollah, non.
C’ est le représentant de la révolution islamique (sous entendu Iranienne) au liban.
C’est d’ailleurs écrit sur leur drapeau: "la résistance islamique AU Liban”, et non pas “la résistance islamique Libanaise”.
Petite nuance mais tellement grosse de sens...

Ma Fi Metlo

Encore une mesquinerie de plus.
Sans effet en effet.

alfred kareh

Hezbollah devrait etre appele HezbIran !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,ETAT ! L,ARMEE ! LE PEUPLE !

Saliba Nouhad

Le scénario d'une prochaine guerre Hezbollah-Israël est en train d'être préparé sous nos yeux, devient certain et ne manque que le timing...
Guerre économique, menaces de s'éloigner des zones habitées, les derniers discours des Israéliens, les Saoudiens qui fléchissent leurs muscles et le Hezbollah qui tient à impliquer tout le Liban populaire et politique dans sa lutte...
Ça prend seulement l'étincelle pour la déclencher.
Destruction garantie du Liban et de son infrastructure...
C'est triste, mais personne n'a son mot à dire, même pas le Président qui serait pris en otage par ces gens-là peut-être sans le savoir!

C.K

Ces pauvres filles, des "griffes"???

wayzani jamal

Quand le Liban payé les pots cassés depuis son indépendance aux années 80, ni l'Iran, ni Hesb n'étaient présents dans la scène politique.
Ne soyons pas amnésique jusqu'à ramener tous les problèmes du Liban aux nouvelles donnes au moyen orient.
Arrêtons de mettre de l'huile sur le feux et pensons seulement et seulement à l'unité du Liban qui passe inéluctablement sur le triumvirat: 1-toutes les communautés libanaise 2-la résistance 3-l'armée.
Non la résistance ne se mettra pas à genou devant Trump et ses allies.

Irene Said

Combien de dollars ont reçu ces femmes, dont une grande partie des gamines mineures...pour défiler ainsi ?
C'est cela votre "religion"?
C'est ainsi que vous voulez que notre Liban devienne: noir comme l'enfer ?

Monsieur Hassan Nasrallah, au nom du vrai DIEU...partez vivre en Iran et laisssez-nous Libanais vivre en paix !!!
Irène Saïd


gaby sioufi

d'ici a ce que le "" pouvoir "" libanais citique les americains il n y a pas loin ! ne clament ils pas tous que le hezb est une composante du peuple libanais ?
avec raison si l'on depasse le vrai probleme- ce qu'ils font,
celui qui veut que ce soit un pays etranger, meme pas arabe - qui les dirige !

Antoine Sabbagha

Encore une fois le Liban payera les pots cassés à cause du conflit entre l'Iran et l'Arabie saoudite . Triste .

FAKHOURI

“La vérité et la justice sont souveraines, car elles seules assurent la grandeur des nations.”
de Emile Zola
Extrait de La vérité en marche

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE ATTITUDE DE DEFENSE FÉLINE QUI ATTIRERA PLUS DE
CHASSEURS...

Yves Prevost

Les américains ont raison: le distingo européen entre branche armée et branche politique est, en effet, complètement absurde.
Toutes ces mesures devraient avoir une certaine efficacité, sinon elles ne provoqueraient pas ds réactions aussi violentes du Hezbollah.
Affaiblir la milice iranienne ne peut que profiter au Liban. Alors, de quoi se plaint-on?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

E.T. go home !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.