Rechercher
Rechercher

Économie - Finance

Salamé : Les mécanismes mis en place pour appliquer les sanctions US contre le Hezbollah sont suffisants

Riad Salamé, gouverneur de la BDL, a rencontré plusieurs banques correspondantes aux États-Unis. Photo ANI

Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, qui s'est vu décerner un prix hier par le magazine américain Global Finance à Washington, a déclaré que les mécanismes mis en place pour appliquer les sanctions américaines contre le Hezbollah « se poursuivent et sont suffisants ». Il a souligné être « en coordination constante avec le Trésor américain », et que ses responsables rencontrés par la délégation bancaire libanaise ont « bien accueilli » ces mécanismes, selon l'Agence nationale d'information (ANI).
Une proposition de loi intitulée Hezbollah International Financing Prevention Amendments Act of 2017 (Hifpa 2017), déposée le 20 juillet par le républicain Edward Royce, pourrait être votée par le Congrès américain. Avec cette proposition de loi, les sanctions qui visaient les soutiens financiers du parti chiite dans le cadre de la loi actuelle (Hifpa 2015) seraient élargies à toute personne physique ou morale liée directement ou indirectement au Hezbollah ou à ses institutions affiliées. Elles viseraient aussi les organismes et États fournissant au parti des aides financières ou matérielles. Une circulaire de la Banque du Liban émise en mai 2016 soumet à un quitus préalable de la Commission d'enquête spéciale la fermeture par les banques des comptes suspects mais ne figurant pas nommément sur les listes américaines. Ce afin, notamment, d'éviter que les banques locales excluent une partie de la population libanaise en tentant de réduire les risques encourus en cas de non-respect des injonctions américaines.
M. Salamé, qui se trouve à Washington pour participer à des rencontres annuelles avec le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM), a indiqué au site d'information Arab Economic News avoir tenu des réunions avec la plupart des banques correspondantes. Ces dernières n'auraient pas émis de réserves en ce qui concerne la poursuite de leurs activités avec les banques libanaises et auraient même l'intention « d'élargir leurs activités au Liban ». Même son de cloche du côté du département d'État américain, où M. Salamé a ressenti une « atmosphère positive » envers le Liban et une « satisfaction vis-à-vis de nos politiques ».
Le gouverneur a rapporté avoir expliqué aux responsables du FMI les mesures adoptées par la BDL pour assurer la stabilité de la livre. Selon lui, la BDL est capable de maintenir des « taux d'intérêt stables grâce à l'ingénierie (financière) (NDLR : opérations d'échanges de titres de dette et d'obligations publiques menées par la banque centrale en 2016 pour doper les dépôts) qui soutient la situation économique, n'augmente pas les emprunts et soutient aussi les finances de l'État en ce qui concerne le contrôle du service de la dette ».
M. Salamé a ajouté que « le déficit de la balance des paiements avait diminué de 242 millions de dollars à fin septembre, ce qui veut dire qu'il est à l'équilibre. Car, normalement, la croissance des dépôts des non-résidents de plus d'un milliard de dollars est comptabilisée négativement dans la balance des paiements. Mais, aujourd'hui, la situation est positive ». M. Salamé s'attend à ce que les bénéfices des banques restent stables, tandis que les actifs de la BDL à l'étranger augmentent de manière continue. « Les banques libanaises bénéficient du capital requis, ce qui est un résultat de l'ingénierie financière », a-t-il dit.
D'après M. Salamé, un accord a été signé avec la BM pour tenir une « conférence conjointe à Beyrouth plus d'une fois par an ». En ce qui concerne les prêts subventionnés, le gouverneur a déclaré qu'une « nouvelle circulaire sera publiée pour assurer le continuité de ces prêts ».

Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, qui s'est vu décerner un prix hier par le magazine américain Global Finance à Washington, a déclaré que les mécanismes mis en place pour appliquer les sanctions américaines contre le Hezbollah « se poursuivent et sont suffisants ». Il a souligné être « en coordination constante avec le Trésor américain », et que ses...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut