Rechercher
Rechercher

Crise

Les déplacés syriens représentent 40% de la population au Liban, affirme le ministre de l’Économie

La crise syrienne a coûté à l'économie libanaise 18 milliards de dollars depuis son déclenchement en 2011, ajoute Raëd Khoury.

Le ministre libanais de l’Économie, Raëd Khoury, a affirmé samedi que la crise syrienne a coûté à l'économie libanaise 18 milliards de dollars depuis son déclenchement en 2011 et que les déplacés syriens au Liban représentent 40% de la population. Photo d'archives AFP

Le ministre libanais de l’Économie, Raëd Khoury, a affirmé samedi que la crise syrienne a coûté à l'économie libanaise 18 milliards de dollars depuis son déclenchement en 2011 et que les déplacés syriens au Liban représentent désormais 40% de la population.

"La crise syrienne a coûté au Liban 18 milliards de dollars depuis 2011, et le taux de chômage a atteint les 30%", a déploré M. Khoury, lors d'une conférence de presse. "La pauvreté a augmenté de 53% au Liban-Nord, 48% au Liban-Sud, et 30% dans la Békaa", a-t-il ajouté. 

Le ministre a ensuite affirmé que les déplacés syriens au Liban représentent désormais 40% de la population libanaise. 

"La situation économique ne peux plus tenir le coup et ces indicateurs ne trompent pas", a insisté M. Khoury. 

Le ministre a ensuite salué les municipalités qui ont pris des mesures à l'encontre des déplacés syriens, notamment pour fermer les commerces qu'ils tiennent de manière illégale, ou encore pour les recenser. Il a rappelé que seuls les métiers dans le secteur de la construction, de l'agriculture et du ramassage des déchets, sont autorisés par la loi pour les employés syriens.

Raëd Khoury a également menacé de nommer les municipalités et leurs présidents qui ne coopèrent pas avec le ministère de l’Économie au sujet des déplacés.

Plus d'un million de déplacés syriens sont enregistrés auprès de l'ONU au Liban, mais leur nombre dépasse ce chiffre. 

Vendredi, le président de la République Michel Aoun et le Premier ministre Saad Hariri ont accordé leurs violons sur la question des déplacés syriens, lors de la réunion au palais présidentiel de Baabda du Conseil des ministres. "Il est nécessaire que la position libanaise soit unie sur ce sujet, notamment sur le fait de prendre conscience que c'est le Liban qui subit les retombées de cette situation aux multiples dangers sécuritaires, politiques, économiques et sociaux", a affirmé M. Aoun.

Saad Hariri a été dans le même sens que le président de la République, estimant que la question des déplacés syriens prenait une tournure négative à plusieurs niveaux, compte tenu des répercussions économiques, politiques, sécuritaires et sociales qu'elle crée au Liban.

 

Lire aussi

Le Vatican reste attaché à « la formule libanaise »

Pour Raï, les réfugiés syriens sont devenus un « fardeau »

Machnouk : En proportion, il y a moins de crimes commis par des déplacés syriens que par des Libanais

Aoun : La présence des déplacés au Liban est un danger pour de nombreux pays


Le ministre libanais de l’Économie, Raëd Khoury, a affirmé samedi que la crise syrienne a coûté à l'économie libanaise 18 milliards de dollars depuis son déclenchement en 2011 et que les déplacés syriens au Liban représentent désormais 40% de la population.


"La crise syrienne a coûté au Liban 18 milliards de dollars depuis 2011, et le taux de chômage a atteint les...

commentaires (4)

La situation économique ne peux correction: ne peut

Siham Sayegh Friso

00 h 39, le 23 octobre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • La situation économique ne peux correction: ne peut

    Siham Sayegh Friso

    00 h 39, le 23 octobre 2017

  • raed khoury devra revoir ses chiffres . il n'a surement pas pris en compte les libanais travaillant a l'etranger , et donc les 40% sont calcules sur base des CITOYENS libanais alors que ca doit etre calcule sur les citoyens libanais RESIDENTS DU LIBAN

    gaby sioufi

    10 h 18, le 22 octobre 2017

  • Au fait, le grand et fidèle associé du régime de Damas: le Hezbollah et son chef Hassan Nasrallah, qui affirme continuellement son dévouement pour le Liban...pourquoi n'exige-t-il pas de Damas de reprendre "ses" réfugiés ? Ou alors les compétences de Hassan Nasrallah ne sont valables que pour "résister" à Israël, insulter l'Arabie Séoudite, l'Amérique et autres "ennemis dangereux" ? Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 59, le 21 octobre 2017

  • BON REVEIL... T7ARAKOU !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 46, le 21 octobre 2017