Rechercher
Rechercher

À La Une - repère

Les principaux reculs de l'EI en Syrie et en Irak

Le groupe État islamique (EI) a perdu la plus grande partie des territoires dont il s'était emparé en Irak et en Syrie et qui formaient le "califat" qu'il avait autoproclamé en 2014.

Un combattant des Forces démocratique syriennes (FDS) place al-Naim, à Raqqa, le 17 octobre 2017. AFP / BULENT KILIC

Syrie


- KOBANÉ: cette ville kurde à la frontière turque est devenue le premier symbole de la lutte contre l'EI, chassé le 26 janvier 2015 après plus de quatre mois de combats menés par les forces kurdes avec le soutien des raids d'une coalition internationale menée par les États-Unis.

- DABIQ: cette localité proche de la frontière turque, perdue par l'EI en octobre 2016, avait une portée symbolique pour les jihadistes car, selon une prophétie de l'islam, l'armée des musulmans doit y triompher face à des infidèles, assimilés à la coalition.

- PALMYRE: conquise en mai 2015 par l'EI, la ville antique du centre de la Syrie avait été reprise par les forces prorégime en mars 2016 puis était retombée aux mains des jihadistes en décembre 2016. Le régime et son allié russe l'ont reconquise en mars 2017. Les jihadistes y ont détruit une partie des trésors archéologiques classés au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco.

- MAYADINE: le 14 octobre 2017, les forces du régime reprennent Mayadine, un des derniers bastions de l'EI, situé dans la province de Deir ez-Zor (est). Cette province pétrolière, la dernière de Syrie encore largement contrôlée par les jihadistes, est le théâtre de deux offensives distinctes: celle du régime appuyé par l'aviation russe, qui concentre ses opérations sur la rive ouest de l'Euphrate -notamment dans la ville de Deir ez-Zor-, et celle des FDS, soutenus par la coalition internationale, sur la rive est de ce fleuve.

- RAQQA: les combattants kurdes et arabes des Forces démocratique syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis, lancent en novembre 2016 une offensive contre la "capitale" de l'EI en Syrie, située dans le nord du pays. Elles atteignent la ville en juin 2017 et annoncent le 17 octobre 2017 avoir pris le contrôle de cette cité millénaire, après des combats dévastateurs.

 

 

Irak 


- TIKRIT: à majorité sunnite, la ville est reprise le 31 mars 2015 par les forces irakiennes, avec l'implication de milices chiites et de la coalition internationale.

- RAMADI ET FALLOUJA: chef-lieu de la vaste province occidentale d'Al-Anbar et ville sunnite située à 100 km à l'ouest de Bagdad, Ramadi est reconquise en février 2016. La localité voisine de Fallouja, première ville irakienne capturée par l'EI en janvier 2014, est reprise en juin.

- MOSSOUL: les forces irakiennes, soutenues par des frappes de la coalition internationale, chassent l'EI de la deuxième ville d'Irak en juillet 2017, après neuf mois de combats. La métropole du nord était le plus important bastion urbain des jihadistes en Irak.

- TAL AFAR: le Premier ministre irakien Haider al-Abadi annonce le 31 août 2017 la reprise de Tal Afar, ville stratégique pour l'EI sur la route vers la Syrie. Le pouvoir finalise ainsi la reconquête de la province septentrionale de Ninive, dont Mossoul est le chef-lieu.

- HAWIJA: la "libération" de Hawija, dernier bastion urbain de l'EI en Irak, est proclamée le 5 octobre, après une courte offensive des forces irakiennes. Des combats avec des jihadistes se poursuivent toutefois dans des zones à l'est de cette ville de plus de 70.000 habitants.

- Les forces irakiennes ont lancé le 19 septembre une offensive anti-EI dans l'ouest de la province d'Al-Anbar, près de la frontière syrienne. Le groupe extrémiste contrôle encore deux villes: RAWA et surtout AL-QAIM, ultime localité avant la frontière.

 

Lire aussi

Deux ans d'intervention russe en Syrie : quel bilan ?

Après ses pertes en Irak, où en est l'EI ?

Contre l’EI, la communauté LGBT*QI+ prend les armes

Raqqa "sacrifiée" pour vaincre l'EI

Syrie
- KOBANÉ: cette ville kurde à la frontière turque est devenue le premier symbole de la lutte contre l'EI, chassé le 26 janvier 2015 après plus de quatre mois de combats menés par les forces kurdes avec le soutien des raids d'une coalition internationale menée par les États-Unis.
- DABIQ: cette localité proche de la frontière turque, perdue par l'EI en octobre 2016, avait une...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut