X

À La Une

Nouvelle opération des rebelles syriens dans la province d'Idleb, selon Erdogan

conflit

Les rebelles syriens soutenus par Ankara lancent une nouvelle opération dans la province au nord-ouest de la Syrie. 

OLJ/AFP
07/10/2017

Les rebelles syriens soutenus par Ankara ont lancé une nouvelle opération dans la province d'Idleb (nord-ouest), contrôlée en grande partie par des jihadistes de l'ex-branche d'Al-Qaïda en Syrie, a annoncé samedi le président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Nous prenons de nouvelles mesures pour assurer la sécurité d'Idleb. Aujourd'hui, une opération sérieuse se déroule à Idleb et elle va se poursuivre", a déclaré M. Erdogan au cours d'un discours télévisé. Répondant ensuite aux questions des journalistes, le chef de l'Etat turc a souligné que c'était l'Armée syrienne libre qui menait l'opération, l'armée turque n'étant "pas encore" à Idleb.

Idleb figure parmi les quatre "zones de désescalade" annoncées en mai par les alliés internationaux du régime et des rebelles, afin d'instaurer des trêves dans diverses régions de Syrie. Le 15 septembre, la Russie et l'Iran, alliés du régime, et la Turquie, soutien des rebelles, ont annoncé qu'ils allaient déployer ensemble des forces de maintien de l'ordre à Idleb, sans toutefois fixer de date.

"La Turquie va très probablement contribuer avec des forces spéciales, de la logistique, de l'artillerie, des tanks (...) et d'autres outils dont ne disposent pas les rebelles, mais la majeure partie des troupes au sol sera composée de rebelles soutenus par la Turquie", estime Aron Lund, spécialiste de la Syrie à la Century Fondation.

Idleb est en grande partie contrôlée par Tahrir al-Cham, une coalition jihadiste composée essentiellement de l'ex-branche d'el-Qaëda dans le pays. "Si la Turquie décide d'affronter frontalement (Tahrir al-Cham), je suis certain qu'elle fera face à une forte résistance", poursuit M. Lund, selon lequel l'objectif pour la Turquie est d'abord "de remodeler les zones frontalières et d'y placer des groupes qui lui sont favorables".

 

(Lire aussi : Près de 30 civils tués dans des raids aériens sur une localité d'Idleb)

 

'Libérer Idleb'
Des grues de l'armée turque ont commencé à enlever des parties du mur de séparation entre la Turquie et la province d'Idleb, semblant préparer une incursion, a constaté un photographe de l'AFP sur place. L'agence progouvernementale Anadolu décrivait samedi une accumulation de commandos et de véhicules militaires turcs à la frontière syrienne. Le chef d'Etat major turc Hulusi Akar s'est rendu sur place samedi avec les chefs des armées de Terre et de l'Air, ainsi que le patron du renseignement turc Hakan Fidan, afin d'évaluer la situation, selon un communiqué des forces armées.

La Turquie a mené entre août 2016 et mars 2017 une opération militaire dans le nord de la Syrie, baptisée "Bouclier de l'Euphrate", afin de repousser le goupe Etat islamique (EI) et les milices kurdes qu'Ankara considère comme terroristes.  Depuis la fin de cette opération, la Turquie a affirmé à plusieurs reprises être prête à lancer une nouvelle opération militaire en Syrie, répétant qu'elle "n'autorisera pas" la création d'un "corridor terroriste" à sa frontière.

Un commandant rebelle participant à l'opération a affirmé à l'AFP sous couvert d'anonymat que "tous les groupes rebelles ayant participé à l'opération +Bouclier de l'Euphrate+ participent" à cette nouvelle opération. "Il y a des milliers de combattants, et des soldats turcs participent", a-t-il ajouté, expliquant, sans dire quand l'opération devait commencer, que l'objectif "est de libérer entièrement Idleb de Tahrir al-Cham".

 

(Lire aussi : Pour qui les cloches sonneront-elles à Idleb ?)

 

Mesures
Cette annonce du président Erdogan survient une semaine après une visite du président russe Vladimir Poutine à Ankara. La Turquie et la Russie, qui soutiennent des camps opposés en Syrie, ont mis leurs divergences de côté ces derniers mois pour tenter de parvenir à un règlement du conflit qui a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés en six ans. Lors de leur rencontre, MM. Poutine et Erdogan s'étaient accordés pour intensifier les efforts en vue de mettre en place la zone de désescalade à Idleb.

Expliquant la répartition des rôles avec Moscou, M. Erdogan a expliqué samedi que la Russie se chargeait des liaisons avec le régime de Bachar al-Assad, tandis que la Turquie avait "pris des mesures dans d'autres domaines".

Après un calme relatif ces derniers mois, le régime de Bachar el-Assad et son allié russe ont mené plusieurs raids aériens ces dernières semaines dans la province d'Idleb, tuant notamment des dizaines de civils, selon l'OSDH.

 

 

Lire aussi

La Russie et l’Arabie saoudite scellent leur rapprochement

Moscou, Téhéran et Ankara vont maintenir l’ordre autour d’Idleb

« À Idleb, Fateh el-Cham fait tout pour ne pas avoir l’image de Daech »

À Idleb, une victoire sans péril pour Damas

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Ce despote mégalomane qui dirige un pays de 80 millions d'habitants dont 20 millions d'esclaves kurdes qui les appelles "ses frères" tout en les persécutant les méprisant et en détournant les richesses du pays qui leur sont dû et a leurs régions....fait chaque jour 31 annonces ou communiqués croustillants !

Les uns plus irréalistes et ridicules que d'autres...
On est étonné de ce chiffre de 31 annonces chaque jour et cela dure depuis plusieurs années

Un ami turc éclairé ma dît : le chiffre de 31 Otuz bir en Turquie est très symbolique

Allez savoir ce qu'il se passe dans la tête de ce "président"

Antoine Sabbagha

Le maintien de l'ordre à Idleb réussira –t-il dans cette région qui réunit toutes les contradictions ? A suivre .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE JEU POUR ANKARA SERAIT DANGEREUX A MOINS QU,IL EUT LE FEU VERT DURANT SA RENCONTRE AVEC POUTINE...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

Opération vérité

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.