X

Liban

Geagea et Gemayel en Arabie saoudite « parce que le Liban ne gravite pas dans l’orbite iranienne »

Visite

Des personnalités sunnites pourraient se rendre au royaume wahhabite prochainement.

28/09/2017

À l'heure où la polémique autour de l'entretien qu'a eu le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, avec son homologue syrien, Walid Moallem, la semaine dernière à New York, continue de battre son plein, le leader des Forces libanaises, Samir Geagea, et le chef du parti Kataëb, Samy Gemayel, se sont rendus hier en Arabie saoudite.

En dépit de tous leurs désaccords sur nombre de dossiers locaux, la visite (presque simultanée) de MM. Geagea et Gemayel au royaume wahhabite revêt une importance certaine, d'autant qu'ils ont répondu favorablement à une invitation saoudienne officielle.

Outre la rencontre Bassil-Moallem (interprétée dans certains milieux politiques comme une tentative du 8 Mars de contraindre le gouvernement à aller dans le sens d'une normalisation avec le régime syrien), ce déplacement intervient quelques semaines après la tournée du ministre saoudien pour les Affaires du Golfe, Thamer el-Sabhane, à Beyrouth, en marge de laquelle il n'a pas manqué de tirer à boulets rouges sur le Hezbollah, le qualifiant de « parti du diable », quelques jours après l'accord tripartite conclu entre la formation de Hassan Nasrallah, le régime syrien et le groupe État islamique pour évacuer les terroristes de ce groupe du territoire libanais.

 

(Pour mémoire : Offensive de charme irano-saoudienne en direction du Liban)

 

Cela fait dire à un observateur politique interrogé par L'Orient-Le Jour qu'à travers les invitations adressées aux leaders des forces souverainistes du pays, l'Arabie vise à envoyer ce message clair à Téhéran, mais aussi et surtout à ses alliés locaux : le royaume wahhabite n'abandonnera pas le Liban et ne permettra pas de le mener vers l'axe syro-iranien, sous l'effet, bien entendu, du forcing exercé par le parti de Hassan Nasrallah pour une reprise des contacts avec Damas, « parce que le pays ne gravite pas dans cette orbite ».

Mais, du côté de Meerab, on se veut plus prudent et soucieux de ne pas plonger dans des interprétations politiques, « dont le timing n'est pas propice ». Selon un cadre FL contacté par L'OLJ, « la visite de Samir Geagea devrait lui permettre de se faire une idée des négociations actuellement en cours pour trouver des solutions aux conflits qui secouent la région, à la lumière du conflit irano-saoudien ».
D'aucuns notent, dans ce cadre, que le voyage de Samy Gemayel et de Samir Geagea intervient à la veille d'une réunion au sommet entre le roi Salmane d'Arabie et le président russe, Vladimir Poutine, prévue la semaine prochaine, et à l'heure où un nouvel ambassadeur saoudien devrait être nommé à Beyrouth prochainement.

Mais le cadre proche de M. Geagea insiste, toutefois, sur la dimension souverainiste du voyage du chef des FL, « d'autant qu'à travers cette initiative, les dirigeants saoudiens ont tenu à affirmer qu'ils cautionnent les forces politiques souverainistes (appartenant essentiellement à l'alliance du 14 Mars) et feront le contrepoids de Téhéran qui tente de déséquilibrer les rapports de force politiques au Liban ».

 

(Lire aussi : Geagea à Nasrallah : Quel est l'intérêt de s'attaquer à Riyad quand on est au pouvoir ?)

 

Les relations du Liban avec le Golfe
Mais, outre les rapports de force sur l'échiquier politique, dans les milieux de l'opposition on explique cette nouvelle ouverture en direction de Riyad par l'attachement aux relations libano-arabes, notamment avec les pays du Golfe qui offrent à beaucoup de Libanais des opportunités d'emplois. Dans ces mêmes milieux, on insiste sur l'importance de ne pas faire subir aux émigrés les conséquences des choix politiques du pouvoir.
Un point important reste à soulever : à l'heure où certains ont donné à cette initiative saoudienne une dimension chrétienne, dans la mesure où ce sont deux leaders maronites qui ont pris l'avion pour l'Arabie dans la même journée, des sources politiques bien informées indiquent à L'OLJ que des personnalités d'autres communautés (notamment sunnite) pourraient se rendre prochainement dans le royaume.

 

Lire aussi

Samy Gemayel insiste sur l'importance de l'opposition

Liban : une force d'opposition structurée se profile à l'horizon

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Il y a des "invitations" chez les uns et des "convocations" chez les autres. Nul pays au monde, qu'il soit grand, moyen ou petit, ne peut "convoquer" un souverainiste. Point final.

Talaat Dominique

oui , mais là, le Liban, gravite sous l'arabie saoudite

Bery tus

bravo aux chrétiens d'orients qui ont compris ou étaient leurs salut !!

continuer comme ca ... a force de forger on devient forgerons

nous ne voulons pas l'ambiance a l'iranienne ni celle d'arabie

mais l'arabie a quand meme tjrs soutenue le liban ne serais ce qu'avec les quelques 700 000 personne qui travaillent dans le golf wlok meme les iraniens qui sont en force en EAU affirment que s'Ils venaient a devoir quitter les émirats ce serait une catastrophe pour l'iran


Ma Fi Metlo

En principe quand on va en bensaoudie c'est pourquoi faire ?????

A part revenir avec des enveloppes bien garnies qu'ont ils d'autres à offrir ?????

Des permis de conduire pour femmes libérées ? ????

Marionet

Tiens tiens, Gemayel et Geagea (qui ne peuvent pas se sacquer) en Arabie saoudite en même temps, au moment où le Kurdistan irakien...Non, c'est un hasard de calendrier.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE LIBAN EST MEMBRE DE LA FAMILLE ARABE !

Soeur Yvette

tres Tres bien fait...courage et bonne chance...

Sarkis Serge Tateossian

En politique les options ne manquent pas !

1- Le Liban peut très bien se scinder en deux oppositions ...
IRAN-ARABIE SAOUDITE (A quoi rime ce jeu ? et le pays perd son indépendance et ce sera la marasme économique)

2- Le Liban peut très bien apprécier l'un et l'autre et avoir des relations de respects, d'amitié et d'équilibre, en leur imposant aux deux, le respect du Liban! (gagnant des deux côtés)

Des options comme ça on peut imaginer des tas ....et c'est du réel

La raison et le génie du Liban sont-ils aussi réel ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.