X

Liban

Liban : une force d’opposition structurée se profile à l’horizon

Réunion tripartite Chamoun-Gemayel-Rifi
27/07/2017

La bataille d'épuration du jurd de Ersal continue de diviser profondément la classe politique libanaise sur la question du rôle du Hezbollah et de sa propension à faire cavalier seul, sans égard pour l'autorité et la souveraineté de l'État.

Cette question s'est trouvée hier au cœur d'une réunion entre le chef du Parti national libéral (PNL), le député Dory Chamoun, le chef du parti Kataëb, le député Samy Gemayel, et l'ancien ministre Achraf Rifi, au siège du PNL à Sodeco.

Les trois hommes ont dénoncé d'une seule voix l'atteinte à la souveraineté de l'État. « Nous souhaitions voir l'armée libanaise mener cette bataille d'épuration de la région, mais le Hezbollah a été faire une démonstration de force dans le jurd, une mesure applaudie par plusieurs forces politiques », a affirmé M. Chamoun à l'issue de la rencontre.
« Nous voulions que le parti chiite laisse à l'armée libanaise la tâche de mener cette bataille, mais nous avons bien compris que ceux qui dirigeaient les combats ne sont pas libanais », a poursuivi le député du Chouf.

Mais le cadre de la réunion dépasse celui d'une simple discussion autour des derniers développements politiques, militaires et sécuritaires.
Une source bien informée confie ainsi à L'Orient-Le Jour que « les forces d'opposition présentes à cette réunion planchent sur l'élaboration, avec d'autres formations et personnalités indépendantes, d'un plan d'opposition structurée fondé sur deux principes : la souveraineté de l'État, d'une part, et la lutte contre la corruption, d'autre part ».

 

(Lire aussi : Nasrallah : La décision de lancer la bataille du jurd de Ersal n’était ni syrienne ni iranienne)


C'est d'ailleurs le thème de la souveraineté que Samy Gemayel a choisi de développer, lors d'une cérémonie organisée hier à Saïfi à la mémoire de William Hawi, ancien chef du conseil militaire du parti Kataëb, tué en 1976 durant la bataille de Tall el-Zaatar. « Il n'y a pas de substitut à la légalité, à l'autorité étatique et à l'armée libanaise, a affirmé M. Gemayel. À chaque fois que nous avons estimé que nous pouvions abandonner une part de notre souveraineté, nous nous sommes rendu compte que nous avions perdu le pays dans son ensemble, a-t-il souligné. Tout comme nous avons le devoir de défendre le Liban, son indépendance et le monopole de la violence légitime, nous avons également le devoir de protéger le citoyen et l'individu libanais, qui sont au centre de l'idéologie des Kataëb », a-t-il conclu.

 

(Lire aussi : Au Liban, le vieux clivage sur le monopole de la violence a la peau dure)

 

« Une mainmise absolue »
À L'OLJ, le conseiller de presse d'Achraf Rifi, Assaad Béchara, souligne la pleine capacité de l'armée libanaise à lutter, seule, contre le terrorisme. Il en veut pour preuve la bataille de Nahr el-Bared de 2007 contre le Fateh el-Islam, rappelant que le secrétaire général du parti, Hassan Nasrallah, avait pourtant posé des « lignes rouges » à la troupe pour la dissuader de nettoyer le camp. « Pourtant, le gouvernement Siniora avait donné l'ordre à l'armée libanaise et aux forces de sécurité de purifier le camp des terroristes, rappelle-t-il. L'armée libanaise, qui n'avait pourtant pas les moyens et les équipements dont elle dispose maintenant, a très bien réussi sa bataille », ajoute-t-il.

 

(Lire aussi : Salam : La bataille du jurd peut être positive, à condition qu'elle ne fasse pas l'objet de surenchères internes)


Pour Assaad Béchara, c'est le gouvernement « démissionnaire de son rôle » qui assume la responsabilité de « s'être désisté de la souveraineté libanaise » et d'« avoir délaissé son devoir de libération du territoire ». « Pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas pris la décision à la place du Hezbollah, au lieu de permettre au parti chiite de faire de la surenchère sur l'armée libanaise ? » s'interroge-t-il.
« Il existe deux armées sur le territoire libanais, une première propre au Hezbollah et qui s'arroge le pouvoir de décision en matière de guerre et de paix, et une seconde qui n'est autre que l'armée libanaise, victime d'une classe politique démissionnaire de son rôle, dénonce M. Béchara. L'élection de Michel Aoun, principal allié du Hezbollah, à la tête de la magistrature suprême était une étape fondamentale dans la domination iranienne
sur le pays, selon lui. Avec la bataille menée par le Hezbollah dans le jurd de Ersal, la mainmise de l'Iran sur notre pays est aujourd'hui absolue », conclut-il.

 

Pour mémoire

Le tandem Gemayel-Rifi dénonce un « désistement de souveraineté libanaise »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA MAINMISE EST EN FAIT ABSOLUE... LORSQU,ON SE DESISTE DE SON ROLE D,AUTRES OCCUPENT LES LIEUX DESERTES...

Pierre Hadjigeorgiou

Ni Rifi ni personne n'ont rien oublié du tout car ni la Syrie ni le Hezbollah était très contents de voir l’armée prendre les devant a Nahr el Bared. D'où la ligne rouge. l’armée s'est débrouillée seule et lorsqu'il y a eu besoin, les occidentaux ont fait le nécessaires. Mais surement pas le dit Héro Syrien ou le Hezbollah qui au contraire ont tout intérêt a garder l’armée faible et sans efficacités... Il faut arrêter de dire des carabistouilles propagandistes a longueur de journée car elles ne passent plus. Le Hezbollah s’inquiète a présent car même les chiites s'en méfient et n'en veulent plus. Il suffit de se rappeler des dernières élections municipales. Le peuple se réveillera et les armes alors ne lui serviront a rien. Le Liban n'est pas l'Iran ou la Syrie, et il ne le sera jamais... Le temps le prouvera...

RAISINS SECS

Ce qu'oublie de dire l'assitant de rifi c'est que l'armée libanaise a pu éradiquer les bactéries de Nahr el bared , grâce à l'aide de la Syrie du héros Bashar , malgré les lignes rouges du hezb .

Tamam Salam l'a dit aujourd'hui , on ne peut pas juger du présent avec des éléments d'hier .

ET PUIS OUI , JE SUIS D'ACCORD POUR UNE FORCE D'OPPOSITION STRUCTUREE , CELA SUPPOSE QU'ON S'OPPOSE A UN PARTI PUISSANT ET FORT PAR DES CONTRE-POUVOIR QUI POURRAIENT S'AVERER EFFICACE CONTRE TOUT DERAPAGE .

POUR LE MOMENT JE N'EN VOIS PAS , MAIS LA SOLUTION EST Là.

Irene Said

Une opposition structurée !
Notre pays se réveille-t-il enfin à la vraie démocratie ?

Merci et allez de l'avant Messrs. D. Chamoun, A. Rifi et S. Gemayel, nous comptons sur vous pour faire avancer notre pays !
Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Goaaaaaaaaal !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les polémiques, entre manœuvres internes et souhaits régionaux

Les matchs d’aujourd’hui

  • Suède
    Corée du Sud

    18/06

    15h00 (GMT+3)

  • Belgique
    Panama

    18/06

    18h00 (GMT+3)

  • Tunisie
    Angleterre

    18/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué