X

À La Une

Petite révolution en Arabie : le roi Salmane autorise les Saoudiennes à conduire

arabie saoudite

L'interdiction de conduire était l'une des mesures les plus symboliques de la discrimination envers les femmes au sein du royaume wahhabite.

OLJ/Agences
26/09/2017

Décision historique en Arabie saoudite : le seul pays au monde qui interdisait aux femmes de conduire, va finalement les autoriser à prendre le volant, selon un décret royal. Le roi Salmane a ordonné "de permettre de délivrer des permis indifféremment aux hommes et aux femmes", indique le décret publié mardi soir par l'agence officielle SPA.

Avant d'abolir l'interdiction de conduire, le souverain saoudien a pesé les "inconvénients de l'interdiction et ses avantages", précise le décret. Selon lui, "la majorité des grands oulémas (les docteurs de la foi) était en faveur d'une mesure permettant aux femmes de conduire", marquant ainsi un infléchissement, ces derniers s'y étant vivement opposés dans le passé. L'interdiction de conduire était l'une des mesures les plus symboliques de la discrimination envers les femmes au sein du royaume wahhabite.

Le décret ordonne la formation d'un organe ministériel consultatif dont l'avis sera rendu dans les 30 jours et précise que la mesure entrera en vigueur d'ici juin 2018, selon l'agence de presse SPA.

 

Vent de changement

Cette décision intervient alors qu'un vent de changement souffle depuis quelques mois sur le royaume.

À l'occasion de la 87e fête nationale saoudienne, célébrée le 23 septembre, les autorités ont ainsi décidé cette année d'ouvrir les portes des stades aux femmes. Jusqu'ici, les femmes n'étaient pas admises dans les stades en application de la règle de séparation entre les sexes dans les espaces publics. Samedi dernier, hommes et femmes ont dansé dans la rue au rythme de percussions et de musique électronique, des scènes inédites dans un pays connu pour la ségrégation des sexes et une vision austère de l'islam.

 

(Pour mémoire : Le FMI salue les réformes dans les pays du Golfe)

 

En mars dernier, le royaume avait déjà permis aux femmes d'effectuer certaines démarches administratives seules. Elles peuvent désormais chercher du travail, s'inscrire à l'université de leur propre chef, et les femmes divorcées ont le droit d'être titulaires d'une carte d'identité propre, ce qui n'était pas le cas auparavant. Et en juillet, des militants des droits de l'Homme se sont félicités d'une décision du ministère de l'Education permettant aux jeunes filles de faire du sport dans les écoles publiques. Autre décision marquante : il y a deux ans, les Saoudiennes avaient obtenu le droit de voter et de se présenter aux élections municipales

 

Handicap dans la vie quotidienne

L'interdiction de conduire représentait non seulement un véritable handicap dans la vie quotidienne des femmes, mais freinait également l'économie saoudienne dans son ensemble puisqu'en pratique, les femmes étaient dépendantes d'un membre masculin de leur famille ou d'un chauffeur pour se rendre sur leur lieu de travail. Par conséquent, certaines préféraient renoncer purement et simplement à la vie active.

En novembre dernier, le prince et milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal, connu pour son franc-parler, avait lancé un vibrant appel pour que les femmes obtiennent enfin le droit de conduire en Arabie saoudite. Il avait parlé du "coût économique" du fait que les femmes dépendent, pour se déplacer, de chauffeurs privés "étrangers" ou de taxis. Et si un mari trouve le temps de conduire son épouse, cela suppose qu'il s'absente de son travail, réduisant sa productivité, avait-il déploré.

Toutes ces réformes sont à placer dans un cadre plus large et plus structuré, celui de la « Vision 2030 », ambitieux programme de diversification économique dévoilé en 2016 et porté par le jeune prince héritier Mohammad ben Salmane (32 ans), fils du roi Salmane, visant à orienter le royaume vers une société de connaissance plutôt que de rester cloîtré dans une économie uniquement fondée sur les pétrodollars. Et pour ce faire, les tenants du pouvoir semblent être de plus en plus conscients de l'importance du rôle de la femme, ce qui les conduit, certes lentement, à déblayer le terrain pour lui permettre de se poser en véritable citoyenne.

Il reste que pour voyager, elles sont toujours contraintes d'obtenir l'aval d'un tuteur. De plus, le port de l'abaya en public demeure également un handicap physique, qui limite leur liberté de mouvement.

 

"Un grand pas dans la bonne direction"

En soirée, le département d'Etat américain a indiqué que la décision de l'Arabie saoudite d'autoriser les femmes à conduire est un" signe très positif" et un "grand pas dans la bonne direction". "Nous sommes très heureux", a dit la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert devant la presse à Washington. Priée de dire si ce pas en appelait d'autres en matière des droits des femmes, elle s'est bornée à répondre: "aujourd'hui, nous sommes contents".

 

Lire aussi

Un religieux saoudien suspendu pour avoir dit que les femmes ont un "quart" de cerveau

Répression et opération de charme du prince héritier d'Arabie

 

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Khlat Zaki

C'est fou ce que le temps passe!
Hier encore, mom grandpère soutenait mordicus-nuançant les propos d'un cheikh saoudien aujourd'hui châtié- que la plus intelligente des femmes n'avait qu'un demi cerveau et surenchérissait un de ses fidèles que le plus développé des cerveaux de femme contenait de la matière cervicale autant qu'un coude de mec!
Aujourd'hui, la mesure révolutionnaire saoudienne appelle à se demander si mon grand'père et son ami n'auraient pas surenchéri sans se déjuger, en évoquant l'équivalence du demi cerveau ou du contenu d'un coude avec le cerveau d'Einstein...
Wel kheir la eddem inchallah.

Soeur Yvette

Une premiere!!!! merci au Roi....

Ma Fi Metlo

En juin 2018 les saoudiennes passeront de femme au volant mort au tournant à celui de femme au volant liberté au tournant .

Il était temps que ce SEUL pays qui interdisait aux femmes de conduire se mette à l'heure du progrès, comme tous les autres pays du monde .

Sarkis Serge Tateossian

Merci Auguste roi d'Arabie

Pour le commun des mortels ...une femme qui conduit, est un acte banal.

Ahhh la justice, dit-on est une disposition constante de l'âme à attribuer à chacun, ce qui d'après le droit civil lui revient !

Mes pensées vont vers toutes ces femmes d'Arabie ...je vois en elles ma mère, ma sœur, ma cousine, mon enfant ......

Aimer son prochain comme soi-même, et soi-même comme un prochain....

Toutes les femmes sont au cœur de l'humanité, de sa pérennité et de sa prospérité

Sans l'égalité homme-femme, il n' y a pas de respect des droits de l'homme

Saliba Nouhad

Il était temps pour eux de réaliser que le monde a évolué, que la science avait fait tomber beaucoup de tabous, de croyances et de préjugés stupides, et contre nature, et que tous les extrémismes, fondamentalismes, n'ont plus de place dans les sociétés modernes...
Une Saoudienne avait mis sur son blog que du temps du prophète, les femmes pouvaient conduire les chameaux pour se déplacer, alors que l'auto n'est qu'un autre moyen de transport comme un chameau mécanique moderne: d'où venait donc cet interdit absurde?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE PREMIERE ! QU,EN EST-IL DE LA SECONDE FACE DE LA MEME MONNAIE ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.