Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

La jeune Libanaise Raya Chidiac tuée par son concierge syrien à Miziara

B.N. a avoué son crime, selon les FSI.

Raya Chidiac, une jeune Libanaise de 26 ans, a été retrouvée le 22 septembre 2017 assassinée, dans son domicile à Miziara, dans le caza de Zghorta, au Liban-Nord. Photo prise de la page Facebook de Raya Chidiac.

Raya Chidiac, une jeune Libanaise de 26 ans, a été retrouvée le 22 septembre assassinée, à son domicile de Miziara, dans le caza de Zghorta, au Liban-Nord, ont annoncé lundi les Forces de sécurité intérieure. Les deux médecins légistes ont constaté que le corps de la jeune femme avait des bleus ainsi que des signes d'étranglement et d'agression sexuelle.

"Suite à une enquête, des soupçons se sont dirigés contre le concierge, B.N., né en 1991, de nationalité syrienne qui travaille dans la maison de la jeune femme depuis environ trois ans, révèlent les FSI. Une patrouille des services de renseignements l'a arrêté avant qu'il ne puisse quitter le village. Des égratignures faites par la victime qui a tenté de se débattre ont été vues sur son corps, notamment au niveau de la poitrine".

"Lors de l'interrogatoire, il a admis être entré dans la villa mercredi 20 septembre en l'absence des propriétaires, afin de voler de l'argent mais n'en a pas trouvé, indiquent les FSI. Le jeudi soir, la femme est rentrée chez elle seule et le vendredi, à l'aube, il est entré dans la villa, avec un couteau et de quoi attacher la victime, ajoute le communiqué. Après avoir ligoté ses mains et ses pieds, il lui a demandé de l'argent. Elle a affirmé ne pas en avoir et lui a offert ses bijoux et sa voiture, mais il a refusé, demandant de l'argent pour se rendre en Syrie. Il l'a ensuite agressée et tuée en l’étouffant avec un sac en nylon".

"Il est resté à ses cotés pour s'assurer qu'elle était bien morte, a mis de l'ordre sur la scène du crime, caché les instruments utilisés et a quitté le domicile pour reprendre sa vie de manière normale. L'enquête est sous la supervision des autorités judiciaires compétentes", conclut le communiqué des FSI.

Ce crime a d'autant plus ému la localité de Miziara que la jeune femme devait bientôt se marier. Selon certains médias locaux, des habitants ont même appelé à chasser les Syriens du village.

 

Pour mémoire
La municipalité de Zghorta-Ehden se défend de tout racisme

Raya Chidiac, une jeune Libanaise de 26 ans, a été retrouvée le 22 septembre assassinée, à son domicile de Miziara, dans le caza de Zghorta, au Liban-Nord, ont annoncé lundi les Forces de sécurité intérieure. Les deux médecins légistes ont constaté que le corps de la jeune femme avait des bleus ainsi que des signes d'étranglement et d'agression sexuelle.
"Suite à une enquête, des...
commentaires (9)

Avant tout c'est une tragédie pour plusieurs familles et spécialement a la victime et ses proches. Cela dit il semble Être un crime sexuel, et le vol sert à atténuer la peine de prison (maquiller le crime) Paix a son âme Trop lourd à supporter ....une pensée affectueuse a ses proches

Sarkis Serge Tateossian

17 h 58, le 27 septembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Avant tout c'est une tragédie pour plusieurs familles et spécialement a la victime et ses proches. Cela dit il semble Être un crime sexuel, et le vol sert à atténuer la peine de prison (maquiller le crime) Paix a son âme Trop lourd à supporter ....une pensée affectueuse a ses proches

    Sarkis Serge Tateossian

    17 h 58, le 27 septembre 2017

  • On va encore taxer mes propos de discriminatoires mais le mobile du crime étant voler pour rentrer chez soi, je ne vois pas en quoi c'est un crime comme un autre. C'est le crime d'un réfugié animé par la volonté de rentrer chez lui. Point.

    lila

    14 h 00, le 27 septembre 2017

  • Ce vieux proverbe obsolète est-il redevenu actuel et qui disait: «Si tu ne fais pas partie du pays allez-y et chie dessus» ?

    DAMMOUS Hanna

    11 h 41, le 26 septembre 2017

  • Ce genre d'intitulé ne fait qu'attiser la xénophobie et fige des personnes dans des identités d'assassins, voleurs... et d'autres dans celles de victimes. Arrêtons ce genre de surenchère qui manque d'assises humanistes et qui relève davantage du scoop médiatique impulsif et non constructif.

    Zerbé Zeina

    06 h 59, le 26 septembre 2017

  • UN CRIME ABJECT COMME TANT D,AUTRES ! QUE LA JUSTICE SUIVE SON COURS ET SOIS IMPLACABLE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    22 h 13, le 25 septembre 2017

  • Oui, enfin, nos assassins locaux nous suffisent, il y a assez de psychopathes libanais pour ne pas se charger de ceux de nos voisins, dehors!

    Christine KHALIL

    21 h 58, le 25 septembre 2017

  • Encore une fois seule la peine capitale pourra freiner ce genre de crimes crapuleux , et la présence syrienne au Liban devra être discutée au plus haut degré .

    Antoine Sabbagha

    21 h 28, le 25 septembre 2017

  • Syrien ?? Et alors ??? Il aurait pu être de n'importe quelle nationalité, couleur, ou confession! Ça change quoi ??? Un assassin est un assassin quelque soit ses origines!! Yalla attisez la haine et le racisme qui est notre marque déposée !!! Wlak tfeh .... ????????????

    T Myriam

    20 h 16, le 25 septembre 2017

  • Encore un crime qui va rester impuni sans conséquences pour le bourreau. Il croupira peut-être quelque temps en prison puis sortira pour commettre d’autres crimes. Il est grand temps que les libanais traditionnellement naïfs et frappés d’amnésie collective comprennent que la présence massive de syriens ou de toute autre collectivité ou organisation non libanaise sur leur territoire ne leur apportera rien de bon à part crimes, vols, agressions, et merde. Il est temps que les Libanais apprennent et tirent les leçons de leur passé proche et lointain. On l’espère du moins car leur survie est en jeu. Je ne peux que prier pour les pauvres libanais Ô combien naïfs et amnésiques.

    Adonis Le Phénicien Cananéen

    20 h 01, le 25 septembre 2017

Retour en haut