X

Liban

Lancement d’un programme gratuit de formation au codage informatique à Beyrouth

Initiative

Les sessions sont adressées essentiellement à des jeunes de moins de 25 ans, au chômage, peu ou pas diplômés et issus de milieux défavorisés.

06/09/2017

« Le Liban a les capacités d'être un leader dans le monde de la technologie. » Une intuition qui a poussé Hortense Decaux à lancer le pari de Codi, une structure proposant une formation accélérée à des étudiants pour qu'ils deviennent des développeurs de sites web et d'applications mobiles, chefs de projets numériques ou toute autre profession numérique très prisée sur le marché du travail actuellement. Le but ultime de cette formation est d'assurer aux étudiants une bonne insertion dans le monde de l'entreprise, « en les rendant fonctionnels », comme le précise leur enseignant Jad Sarout.
« La plupart des développeurs sont des autodidactes, l'université ne formant pas des gens adaptés aux besoins réels des entreprises », affirme Hortense Decaux. C'est ce manque qu'elle vise à combler avec son programme, bâti à la manière de Simplon en France et certifié par Simplon.co.
La programme pilote est en cours depuis quelques mois. Il regroupe onze élèves, âgés autour de 25 ans, sélectionnés parmi cent candidats. Ils espèrent tous que le programme leur apportera une valeur ajoutée. Gabi, 23 ans, n'est pas un néophyte en informatique, il l'a déjà étudiée à l'université, mais il a vu là « une belle opportunité » d'acquérir une expérience qui le mettra en valeur « sur le marché du travail ». « À l'université, on se concentre surtout sur du savoir théorique, avance-t-il. Avec Codi, on apprend des choses qui sont utilisées en pratique. »
Certains voient dans ce programme la possibilité de se reconvertir. Tel est le cas de Samer, 28 ans, ayant suivi une formation en génie électrique et qui est en quête de nouveaux horizons. « En électricité, on appuie sur des boutons, en informatique on peut développer sa créativité », insiste-t-il.
Financé par la philanthropie, Codi a pour moteur l'efficacité, insiste Hortense Decaux. « Nous sommes dans un monde où les diplômes importent moins que les capacités réelles », estime-t-elle. C'est pourquoi les prérequis au recrutement sont peu nombreux. Il faut avoir un bon niveau d'arabe et un anglais basique. Hortense Decaux cherche chez les candidats « la passion » et « l'envie de s'en sortir ».
La première session n'étant pas finie, on ne peut pas encore juger du taux d'insertion professionnelle des élèves qui l'ont suivie. Une seconde session de recrutement est néanmoins déjà en cours.
Plus de détails ici : https://www.facebook.com/coditechlb/

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BONNE INITIATIVE !

NAUFAL SORAYA

Le Liban a les capacités d'être un leader dans de nombreux domaines, pas seulement la technologie, les Libanais prouvent leurs capacités tous les jours dans le monde entier. Nous manque la volonté de placer cette priorité en premier sur l'ordre du jour des divers gouvernements.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Formation du gouvernement : tendance à l’optimisme...

Les matchs d’aujourd’hui

  • Brésil
    Costa Rica

    22/06

    15h00 (GMT+3)

  • Nigeria
    Islande

    22/06

    18h00 (GMT+3)

  • Serbie
    Suisse

    22/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué