Liban

Deal avec l’EI : « Le Hezbollah est tombé dans son propre piège »

Éclairage

L'Iran s'aligne sur le parti chiite et vole au secours des familles des islamistes.

05/09/2017

L'interception des convois transportant les combattants de l'État islamique (EI) et leurs familles, mercredi dernier, après une série de frappes aériennes menées par la coalition internationale sous commandement américain, a suscité au cours du week-end dernier une valse de réactions du côté de la coalition aussi bien que de la part du Hezbollah, mais aussi des familles des militaires victimes de l'EI, qui ont vivement protesté contre les assertions humanitaires du parti chiite à l'égard des jihadistes. Le spectacle du cortège des combattants de l'EI encerclés par la puissance de feu de la coalition est venu refléter, une fois de plus, les équilibres en présence sur la scène syrienne.

Pour les familles des militaires qui étaient détenus par l'EI, le communiqué du Hezbollah dans lequel ce dernier s'inquiétait du sort des convois transportant les jihadistes et leurs familles est chose inadmissible. Le Hezbollah avait accusé samedi les forces de la coalition « d'entraver l'avancée » de la plupart des 17 bus transportant les jihadistes et leurs familles, et de les « encercler au milieu du désert » syrien. Les avions de la coalition « empêchent également quiconque de les rejoindre, ne serait-ce que pour fournir de l'aide humanitaire aux familles, aux malades, aux blessés et aux personnes âgées », affirmait le communiqué.

 

(Lire aussi : Le hold-up de M. Nasrallah, l'édito de Ziyad MAKHOUL)

 

Cette déclaration a mis hors d'elles les familles des soldats tués aux mains des combattants de l'EI et exfiltrés vers la Syrie aux termes d'un accord conclu entre le Hezbollah et le régime syrien. Le porte-parole des familles des militaires, Hussein Youssef, a dénoncé « cette crainte et cette préoccupation pour le sort du convoi des tueurs des militaires, alors qu'elles auraient dû l'être envers nos enfants ». Ces derniers « auraient dû être ramenés à leurs parents en bonne santé et non en martyrs, et sans que l'on fasse fuir leurs tueurs d'une manière aussi honteuse », a encore dit M. Youssef. Onze militaires avaient été enlevés en août 2014 par l'EI à Ersal. Deux avaient été décapités la même année, et un troisième avait fait défection. Dix dépouilles mortelles ont été retrouvées et sont en cours d'identification.

Dimanche, la coalition antijihadistes conduite par les États-Unis a affirmé qu'une partie du convoi s'était dirigée vers l'Ouest en direction de Palmyre dans la province de Homs (centre), sous contrôle gouvernemental. Les autres bus seraient toujours bloqués dans le désert. Mais certaines informations de presse non confirmées ont laissé entendre qu'une partie des combattants seraient arrivés à Boukamal, située aux confins de la province de Deir ez-Zor, à la frontière entre la Syrie et l'Irak.

La coalition a indiqué avoir proposé un plan pour épargner « de nouvelles souffrances » aux femmes et aux enfants, sans fournir plus de détails. « Nous continuerons à surveiller le convoi, mais nous ne lui permettrons pas de rejoindre l'EIIS dans la vallée de l'Euphrate », a-t-elle ajouté, utilisant un autre acronyme pour l'EI.

 

(Lire aussi : Le Hezbollah veut encore prouver que ses armes sont nécessaires)

 

« Action humanitaire »
Les Américains persistent ainsi dans leur volonté d'interdire au convoi de parvenir à destination, et ce à l'heure où les Russes, mais aussi le régime syrien observent un mutisme total à ce sujet.

« Il était certain que les Américains n'allaient pas laisser passer les jihadistes parvenir à bon port. Le Hezbollah est tombé dans son propre piège, n'ayant pas envisagé une action militaire contre un convoi transportant notamment des civils », commente un général à la retraite qui a requis l'anonymat. Selon lui, pour comprendre l'enjeu actuel sur la scène syrienne, il faut placer les récents développements sous le prisme de la guerre larvée qui a actuellement lieu entre l'Iran et la Russie en Syrie. C'est ce qui expliquerait, selon lui, le mutisme du régime syrien après la frappe effectuée par la coalition. « Le régime syrien cherche tout simplement à garder profil bas dans ce bras de fer entre Moscou et Téhéran, et se tirer d'affaire pour rester en place, une stratégie qu'il a d'ailleurs toujours suivie », dit-il.

Le général à la retraite Khalil Hélou explique pour sa part le mutisme russe par le fait que Moscou « n'a aucun avantage à défendre la trêve concoctée par le Hezbollah avec les jihadistes alors qu'il porte l'étendard de la lutte contre les terroristes. Par conséquent, le Kremlin ne peut critiquer une frappe comme celle qui a été menée par la coalition », estime-t-il.

 

(Lire aussi : L’échange de reproches se poursuit entre le Hezbollah et le 14 Mars)

 

Selon le politologue Ziad Majed, spécialiste de la Syrie, les Américains ne sont nullement concernés par le pragmatisme du Hezbollah et du régime syrien face à l'EI. « Ils veulent frapper fort et montrer qu'ils tuent le plus grand nombre de combattants de l'EI, alors que le régime et le Hezbollah veulent surtout contrôler le terrain avec le moins de pertes possible », dit-il.

Pour le général Hélou, le jeu d'échecs entre l'Iran et les États-Unis « n'a pas de fond stratégique, puisque le nombre de combattants de l'EI concernés, soit près de 350 (sans leurs familles), ne pèse pas lourd en termes militaires. C'est tout simplement un message clair au Hezbollah signifiant que ce sont les Américains qui posent désormais les règles du jeu ». Selon lui, on ne saurait comprendre les raisons d'un accord aussi « indulgent », s'il n'y avait pas derrière un échange de dépouilles mortelles de soldats ou de hauts conseillers iraniens tombés sur le champ de bataille en Syrie.

C'est dans cette perspective qu'il faudrait peut-être placer « l'élan humanitaire » manifesté hier également par l'Iran, qui s'est aligné sur la position du Hezbollah. Dans une déclaration à la presse, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Kasmi, a qualifié l'accord conclu entre le Hezbollah et l'EI « d'action humanitaire », soulignant que « la guerre contre l'EI est une chose, et le massacre de civils innocents, une autre ».

 

 

Lire aussi

Le Hezbollah accuse Washington de bloquer les convois des jihadistes de l'EI en Syrie

Hariri au Monde : Moi-même et le président Aoun avons laissé les jihadistes franchir la frontière

La coalition dit "surveiller" le convoi de Daech en Syrie pour l'empêcher de s'approcher de l'Irak

« Ce sont l’État, l’armée et le peuple libanais qui ont remporté la bataille contre l’EI », affirme Hariri

Nasrallah : Je suis allé à Damas pour demander à Assad d’accepter l’évacuation des jihadistes du Liban

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

hehe comment cela se fait il EXPLIQUEZ NOUS COMMENT LE HEZB NE VOULAIT PAS NEGOCIER AVEC LES DAESHISTE ET TOUT D'UN COUP ILS ONT LE COEUR DANS LA MAIN POUR CES MEMES DJIHADISTES ET DE SURCROIT SES MEDIA (LES MEDIA PROCHE DU HEZB) ONT TELLEMENT FAIT DE LA PROPAGANDE CONTRE L'EI QU'ILS FALLAIENT LES EXTERMINER !!

TOMBER DANS SON PROPRE PIEGE TELLEMENT VRAI ILS ONT TELLEMENT PROPAGANDER DESSUS QU'ILS SONT TOMBER DANS LEUR PROPRE PIEGE

Saleh Issal

Le ministre Iranien Bahram Kasmi a qualifié l'accord conclu entre le Hezbollah et l'EI «d'action humanitaire», soulignant que « la guerre contre l'EI est une chose, et le massacre de civils innocents, une autre ».

L'arrogance et la mauvaise foi des ministres iraniens a complètement déteint sur notre Hassan Nasrallah, deux ou trois fois "vainqueur divin", se prenant pour Mahomet II, guide suprême du chiisme libanais pour les mener droit contre le mur des lamentations de sa communauté, autoproclamé meilleur stratège contre les femmes et les enfants de Syrie mais protecteur des familles de Daech.
Entre un turban et une barbe aux dimensions finies on peut développer une arrogance et une suffisance infinies.

gaby sioufi

et si c'etait un accord usa/russie ou iran -hommes de paille comme tjrs le hezb,
un accord pour se debarrasser de ces daech en douce.... le hezb ayant sauve la face( tenu parole )
de tels accords ont qqs fois eut lieu .....

yves kerlidou

"pour des raisons humanitaires" quelle cynisme!
il y a des femmes et des enfants ! Ah bon et quand ils sont assiégé et se servent des femmes et des enfants comme bouclier humain ?
Et quand en Europe ils font des attentats tuant femmes et enfants c'est aussi humanitaire ?
Je ne continuerai pas mes propos je vais devenir grossier

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE PIEGE A ETE TENDU A L,ETAT ET A L,ARMEE LIBANAISE POUR LES DISCREDITER... OR C,EST LE HEZB QUI EST DISCREDITE ! MAN 7AFARA 7OUFRATAN LI AKHIHI WAKA3A FIHA !!!

Ma Fi Metlo

C'est du Tom and Jerry, ce rapport que israel et son appendice yanky , ou vis versa, ont avec le hezb libanais resistant.

Ils veulent toujours donner l'impression qu'ils maîtrisent le jeu , alors que la petite souris futée leur passe tjrs entre leurs doigts de sorcières.

ILS ENRAGENT PARCE QUE LE HEZB À FAIT UN DEAL HUMANITAIRE AVEC LEURS BACTÉRIES WAHABITES ALORS QUE LEURS SOUHAITS N'ÉTAIENT QU'UN AFFRONTEMENT CHIITE SUNNITE DE PLUS.
DONC LES PRÉDATEURS USURPATEURS MANIPULATEURS CHERCHENT À PUNIR LEURS MERCENAIRES WAHABITES.

CES LOOSERS N'AIMENT PAS LES LOOSERS.

Wlik Sanferlou

resumé de tout ce charabia:
1-Hassan est un bon boyscout qui s est fait rouler
2-Le hizb d'un dieu est une croixsans rouge made in dahieh
3-Daesh, qui en fin de compte et malgré son nom, n etonne plus, a ses homemade boucliers humains multitaskings servant en même temps de cuisinieres, femmes de menages et meres des bambins futures E-Istes (à ne pas confondre avec l'oeuyiste de damas)

Et tout ce monde sympa est froissé car le monde entier. et surtout les parents des vrais Héros de l'armée libanaise et de tout les libanais, ne comprennent pas cet idyle qu'ils se sont découvert lors de leurs combats dans les jurds...

bizzare...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.