X

À La Une

Assez de preuves pour condamner Assad pour crimes de guerre, selon Carla Del Ponte

Syrie

"En raison du veto de la Russie au Conseil de sécurité de l'ONU sur la création d'un tribunal international, il n'y aura ni accusation ni tribunal spécial pour l'instant", affirme le membre démissionnaire de la Commission d'enquête de l'ONU.

OLJ/AFP
13/08/2017

La Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie a suffisamment de preuves pour condamner le président Bachar el-Assad pour crimes de guerre, affirme dans une interview publiée dimanche l'un de ses membres éminents, Carla Del Ponte, qui vient d'annoncer sa démission.

"Les preuves sont suffisantes pour condamner le président syrien Bachar el-Assad de crimes de guerre, j'en suis convaincue", affirme l'ancienne procureure spécialiste des crimes de guerre dans un entretien aux médias suisses Le Matin Dimanche et SonntagsZeitung. "Mais en raison du veto de la Russie au Conseil de sécurité de l'ONU sur la création d'un tribunal international, il n'y aura ni accusation ni tribunal spécial pour l'instant", ajoute-t-elle. 
Cette situation est "frustrante", "c'est une tragédie", poursuit-elle : "sans justice en Syrie, il n'y aura jamais de paix et donc aucun avenir".

Mme Del Ponte, de nationalité suisse, avait annoncé la semaine dernière son départ en affirmant être "frustrée" face à une Commission qui "ne fait absolument rien".
La Commission d'enquête indépendante de l'ONU a été créée en août 2011 par le Conseil des droits de l'homme, quelques mois après le début du conflit syrien.
Présidée par le Brésilien Paulo Pinheiro, cette Commission a déjà rendu de nombreux rapports mais n'a jamais été autorisée par Damas à se rendre en Syrie.

"Je n'ai jamais vu un conflit aussi violent, dans lequel il y a autant d'enfants morts, torturés, décapités. Les enfants sont les premières victimes de ce conflit", ajoute l'ancienne procureure âgée de 70 ans, connue pour son franc-parler.
Elle précise avoir envoyé jeudi sa lettre de démission, et ajoute qu'elle démissionnera officiellement le 18 septembre, date de la prochaine session de la commission.

 

(Lire aussi : Juger Bachar)


Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a estimé lundi que la Commission d'enquête - qui après le départ de Mme Del Ponte ne comptera plus que deux membres - devait poursuivre ses travaux malgré la démission de l'un de ses membres éminents.
"Ma démission est aussi une provocation. Elle doit servir à mettre la pression sur le Conseil de sécurité, qui doit rendre justice aux victimes", dit encore Mme Del Ponte.

Carla Del Ponte travaillait pour cette Commission de l'ONU depuis septembre 2012. Elle a aussi lutté contre les crimes de guerre commis au Rwanda et dans l'ex-Yougoslavie.
Si toutefois un tribunal pour la Syrie devait voir une fois le jour, l'ancienne procureure dit être partante pour le diriger.

 

Pour mémoire

"Nous sommes impuissants, il n'y a pas de justice pour la Syrie"

Les désillusions d'un rebelle syrien

À Idleb, une victoire sans péril pour Damas

Assad : Soit la victoire, soit la Syrie sera rayée de la carte

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saliba Nouhad

Valeurs morales toutes relatives de par le monde aujourd'hui.
Ne pensez-vous pas que certains de nos leaders nationaux auraient dûs être aussi jugés par le tribunal international pour leurs exactions miliciennes durant la guerre civile?
Et puis, le tribunal International pour le Liban pour l'horrible attentat de 2005 a bel et bien été créé: les juges se succèdent à coups de millions de $ et on n'en parle même plus...
Cessons d'être idéalistes et naïfs, Mme. delPonte: le monde d'aujourd'hui est encore trop divisé à tous points de vues, pour rêver à la justice ultime pour les droits de l'homme qui ne sont toujours pas au même niveau de "liberté, égalité et fraternité "!
Tout est relatif, c'est le seul principe absolu!

Bouez Chahine

La SDN, (Société des Nations) était appelée ainsi parce q'il y avait des nations unies et solidaires.
L'ONU, (Organisation des Nations Unies) fut appelée ainsi parce qu'il n'y a plus d'union entre les nations ni solidarité. Il n'y a que des vetos russes et chinois.
Pauvre Carla del Ponte !

Ma Fi Metlo

Preuve vivante que la défaite au complot contre le héros Bashar Est avalé mais pas encore digéré.
Lol.

Couchée mme carla!

Bery tus

EXCELLENTE NOUVELLE !!! yalla et pas seulement lui toute sa suite inchallah

Wlik Sanferlou

A l'image du Liban les nations unies à les mêmes problèmes : beaux slogans et bonnes intentions. Mais la direction à deux volets, usa et copains, Russie et sympathisants, l'a complètement paralysé. Tout criminel qui tombe sous la protection de l'un de ces deux camps se trouve untouchable.assad et Israël en sont des exemples. En plus ces criminels remplissent une tâche importante: perpétuer la consommation de produits de guerres(budget d armement dans le monde au delà de 2 trillions de Dollars...ce qui justifie des guerres de promotion)
Instances Internationales kidnappées.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.