Rechercher
Rechercher

À La Une - crise

L'Iran dit poursuivre son programme balistique, condamne les nouvelles sanctions américaines

Un nouvel incident oppose navires américains et bateaux iraniens dans le Golfe.

"Nous allons continuer avec toutes nos forces notre programme balistique", a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, à la télévision d'Etat. Photo d'archives AFP.

L'Iran a condamné samedi les nouvelles sanctions adoptées par le Congrès américain en affirmant qu'il allait poursuivre "avec toutes ses forces" son programme balistique, alors qu'un nouvel incident a opposé navires américains et bateaux iraniens dans le Golfe.

"Nous allons continuer avec toutes nos forces notre programme balistique", a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, à la télévision d'Etat. "Notre politique dans le domaine militaire et balistique (...) concerne nos affaires intérieures. Les autres pays n'ont pas le droit de s'y ingérer."
"Nous condamnons l'action hostile et inacceptable" des Etats-Unis, a-t-il ajouté en référence aux nouvelles sanctions votées par le Congrès que le président Donald Trump doit encore signer.

Deux jours après la Chambre des représentants, le Sénat a adopté jeudi à la quasi-unanimité (98 voix contre deux) un projet de loi pour imposer des sanctions contre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord.

Dans le cas iranien, ces sanctions concernent son programme balistique, les droits de l'Homme et le soutien de Téhéran à des groupes comme le Hezbollah libanais qualifiés de "terroristes" par les Etats-Unis.

Pour M. Ghassemi, cette "loi concerne les sanctions non-nucléaires (...) mais vise à affaiblir l'accord nucléaire" conclu le 14 juillet 2015 à Vienne entre l'Iran et les grandes puissances, dont les Etats-Unis.

(Lire aussi : Iran, un bilan toujours aussi négatif en matière de droits de l'homme)

 

 

Appels occidentaux
La réaction iranienne intervient alors que les Etats-Unis et leurs alliés européens ont nettement haussé le ton vendredi contre l'Iran, en sommant Téhéran de cesser ses tirs de missiles balistiques, au lendemain d'un essai de lanceur de satellites par la République islamique.

Dans un contexte de fortes tensions américano-iraniennes depuis l'arrivée au pouvoir de M. Trump, le Trésor américain a également imposé de nouvelles sanctions contre ce programme.

Dans un communiqué diffusé par le département d'Etat, Washington, Paris, Londres et Berlin ont "condamné" le test iranien, jeudi, d'un lanceur de satellites et appelé Téhéran à "ne plus procéder à d'autres lancements de missiles balistiques".

Aux yeux des Américains et des Européens, ce programme balistique "reste incompatible avec la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU (votée en 2015 après l'accord nucléaire) et a un impact déstabilisateur dans la région". Mais cette résolution "appelle (aussi) l'Iran à ne pas entreprendre d'activités liées à des missiles balistiques et capables de porter des armes nucléaires".

L'Iran rejette ces accusations en affirmant que ses missiles ne sont "conçus" pour porter des charges nucléaires et que le pays n'a pas l'intention de produire des bombes atomiques, comme l'a encore affirmé le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif vendredi en réponse à Washington.

Malgré sa promesse électorale de "déchirer" l'accord nucléaire, Donald Trump respecte jusqu'à présent ce texte historique, succès diplomatique de son prédécesseur Barack Obama et percée en matière de multilatéralisme et de non-prolifération.

Il est cependant loin d'être certain que l'administration américaine continuera tous les trois mois de "certifier" que l'Iran respecte bien l'accord et poursuivra la levée de sanctions économiques liées au programme nucléaire.

Pour les Européens, les deux dossiers - nucléaire et balistique - doivent être traités de manière distincte.

 

(Lire aussi : L'Iran ripostera aux sanctions américaines, avertit Rohani)

 

Incidents dans le Golfe
Dans ce contexte tendu, un nouvel incident a opposé vendredi après-midi des navires américains et des bateaux iraniens dans le Golfe, après un précédent mardi, selon un communiqué des Gardiens de la révolution publié sur leur site officiel.

Selon le communiqué, l'incident s'est produit entre le porte-avions Nimitz et les navires l'accompagnant d'un côté, et des frégates iraniennes équipées de missiles de l'autre.

Le texte dénonce l'attitude "provocatrice et non professionnelle des Américains", qui "ont lancé des avertissements, notamment des fusées éclairantes en direction des frégates iraniennes".

Mardi, un patrouilleur de la marine américaine a tiré des coups de semonce contre un vaisseau iranien des Gardiens de la révolution islamique, qui s'était approché à moins de 140 mètres, avait indiqué un responsable américain de la Défense.

Les incidents se sont multipliés ces derniers mois entre bateaux américains et vaisseaux iraniens dans le Golfe.

 

Lire aussi

La Russie passe à la riposte face aux sanctions américaines

Deux ans après, les ailes de Téhéran au M-O sont encore intactes

Accord sur le nucléaire iranien : où en est-on ?

 

 

L'Iran a condamné samedi les nouvelles sanctions adoptées par le Congrès américain en affirmant qu'il allait poursuivre "avec toutes ses forces" son programme balistique, alors qu'un nouvel incident a opposé navires américains et bateaux iraniens dans le Golfe.
"Nous allons continuer avec toutes nos forces notre programme balistique", a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires...
commentaires (3)

Suite au second lancement du Hwasong-14, le dirigeant coréen Kim Jong-un a déclaré que le tir réussi était un avertissement solennel adressé aux usa car le missile testé était capable d’atteindre n’importe quel point du pays. L’essai de tir a confirmé à nouveau la fiabilité du système du missile, démontré la possibilité d’un lancement surprise de missile dans toute région et à tout moment et a clairement prouvé que la totalité du territoire américain était dans le champ de tir des missiles de la Corée du Nord, a déclaré [Kim Jong-un] avec fierté. Les menaces militaires et le régime de sanctions sévères contre la Corée du Nord ne font que renforcer l’intention du pays de posséder des armes nucléaires. En tant que «force de défense nationale stratégique», le programme nucléaire ne peut être remplacé ou éliminé, a-t-il ajouté. La Corée du Nord a confirmé vendredi avoir procédé à un nouveau lancement de missile balistique intercontinental Hwasong-14 à titre expérimental, susceptible d’atteindre les États-Unis. Le second tir intervient moins d’un mois après le premier. La Corée du Nord a annoncé le 4 juillet avoir lancé avec succès un missile balistique intercontinental (ICBM) affirmant désormais avoir la capacité de frapper un objectif dans n’importe quelle partie du monde. L’essai a été supervisé par Kim Jong-un, selon la Télévision centrale coréenne. La Corée du Nord affirme également que le missile avait atteint une altitude de 2.802 km et volé sur 933m .

FRIK-A-FRAK

21 h 24, le 29 juillet 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Suite au second lancement du Hwasong-14, le dirigeant coréen Kim Jong-un a déclaré que le tir réussi était un avertissement solennel adressé aux usa car le missile testé était capable d’atteindre n’importe quel point du pays. L’essai de tir a confirmé à nouveau la fiabilité du système du missile, démontré la possibilité d’un lancement surprise de missile dans toute région et à tout moment et a clairement prouvé que la totalité du territoire américain était dans le champ de tir des missiles de la Corée du Nord, a déclaré [Kim Jong-un] avec fierté. Les menaces militaires et le régime de sanctions sévères contre la Corée du Nord ne font que renforcer l’intention du pays de posséder des armes nucléaires. En tant que «force de défense nationale stratégique», le programme nucléaire ne peut être remplacé ou éliminé, a-t-il ajouté. La Corée du Nord a confirmé vendredi avoir procédé à un nouveau lancement de missile balistique intercontinental Hwasong-14 à titre expérimental, susceptible d’atteindre les États-Unis. Le second tir intervient moins d’un mois après le premier. La Corée du Nord a annoncé le 4 juillet avoir lancé avec succès un missile balistique intercontinental (ICBM) affirmant désormais avoir la capacité de frapper un objectif dans n’importe quelle partie du monde. L’essai a été supervisé par Kim Jong-un, selon la Télévision centrale coréenne. La Corée du Nord affirme également que le missile avait atteint une altitude de 2.802 km et volé sur 933m .

    FRIK-A-FRAK

    21 h 24, le 29 juillet 2017

  • MERCI CHERS FIERS ET VAILLANTS IRANIENS POUR AVOIR COMPRIS QUE LES usa SONT DE TOUTE FACON PRIS EN OTAGE PAR LES SIONISTES USURPATEURS DE TERRE PALESTINIENNE SUNNITE ET CHRETIENNE , israel.. POURSUIVEZ VOTRE PROGRAMME , ET LAISSEZ LES CREVER DE RAGE ... COMME LE FAIT KIM JUNG UN ...

    FRIK-A-FRAK

    20 h 45, le 29 juillet 2017

  • DES SANCTIONS NON PRODUCTIVES !

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    17 h 07, le 29 juillet 2017

Retour en haut