Liban

Focus sur les patients candidats à la greffe d'organes

Don d’organes

Le sujet reste entouré au Liban de préjugés à tous les niveaux. Cette série d'articles bimensuels vise à faire la lumière sur les différents aspects de ce don de vie.

Nada MERHI | OLJ
26/07/2017

Ils sont plusieurs milliers de patients à avoir besoin d'un cœur, d'un rein, d'un foie ou encore d'une cornée ou d'un autre tissu (os, valve cardiaque, peau, tendon...). Qui peut être candidat à la greffe d'organes ? Quelle est la démarche à suivre ? Le point avec l'Organisation nationale pour le don et la greffe des organes et des tissus (NOD Liban).

Qui ?
Toute personne souffrant d'une insuffisance chronique d'un organe vital, c'est-à-dire du cœur, du rein, du foie, du poumon, du pancréas ou des intestins, mettant sa vie en danger ou qui a une maladie de la cornée ou d'un autre tissu.
Les greffes sont pratiquées sur des patients âgés entre 2 ans et 75 ans, s'il n'y a aucune contre-indication qui empêche la greffe.

Quels organes ?
Au Liban, on pratique les greffes du rein, du foie, du cœur, de la cornée et de la moelle osseuse.

Comment ?
La nécessité d'une greffe doit être confirmée par un bilan de préparation. À cet effet, le patient fait l'objet d'une évaluation médicale, chirurgicale, psychologique et éthique surtout si le donneur est vivant, pour s'assurer qu'il n'y a pas de pression sur le donneur.

S'il n'y a aucune contre-indication à la greffe (un problème cardiovasculaire, une athérosclérose des vaisseaux...), deux cas de figure se présentent. Si le patient reçoit un organe d'un donneur vivant, la procédure adoptée dans ces cas est poursuivie. Si l'organe doit être reçu d'un donneur décédé, il est impératif que le patient inscrive son dossier sur la liste d'attente nationale au NOD Liban. Le dossier doit être accompagné d'un échantillon de sang.

De plus, le patient a la responsabilité de mettre à jour son dossier en présentant un nouveau rapport du médecin traitant et un autre du chirurgien. Il doit aussi renouveler l'échantillon de sang tous les trois mois, s'il attend de recevoir un cœur ou un foie, et tous les ans, s'il attend un rein. Et ce, au risque de voir son nom rayé temporairement de la liste d'attente, jusqu'à ce qu'il renouvelle le dossier. Sont également rayés temporairement de cette liste les patients qui ont une condition médicale qui les empêche de recevoir un organe, une infection à titre d'exemple. Une fois le problème réglé, ils réintègrent la liste.

Le patient est définitivement rayé de la liste d'attente en cas de contre-indication médicochirurgicale absolue.
Malheureusement, la question de la mise à jour n'est pas prise au sérieux par de nombreux patients.

 

Quand ?
En raison de la pénurie des organes, l'attente peut s'avérer très longue. En cas d'un éventuel donneur, il faut s'assurer qu'il est compatible avec le receveur : même groupe d'âge, même groupe sanguin, même surface corporelle (taille et poids). Il faut qu'ils soient aussi compatibles sur le plan génétique.

En plus de la compatibilité, l'ancienneté et l'état de santé général du patient sont pris en compte dans le choix du receveur. Toutefois, la priorité sera accordée aux cas urgents, aux enfants si le donneur a moins de 30 ans, et aux patients qui ont une immunité très élevée.

Au Liban, près de 600 patients attendent un rein, près de 50 adultes un cœur et près de 15 un foie. Ces chiffres ne reflètent pas toutefois la réalité, « parce que certains médecins n'encouragent pas les patients à s'inscrire sur la liste d'attente nationale », comme l'affirme NOD Liban. De plus, les enfants qui ont besoin d'une greffe cardiaque ne sont pas inscrits sur la liste. Ce qui est « malheureux, parce qu'à plusieurs reprises, il n'a pas été possible de bénéficier du cœur d'un donneur », déplore NOD Liban.

 

Dans la même rubrique

Ayman Beydoun, le don d’organes dans la peau

Comment devenir donneur d'organes au Liban

Don d’organes : Reine, la femme qui a transformé un drame en source d’espoir

« Nous sommes les enfants de la Résurrection »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!