X

Liban

Retour en force du Liban sur la scène parlementaire francophone

Diplomatie

Représentant le Liban à la session annuelle de l'Assemblée parlementaire de la francophonie, le député Nabil de Freige multiplie ses appels pour la création d'une zone sécurisée en Syrie, sous supervision de l'ONU, dans le but de réduire la présence des déplacés au Liban.

10/07/2017

La 43e session annuelle de l'Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) s'ouvre aujourd'hui au Luxembourg, avec la participation remarquée du Liban après sept années d'absence. C'est le député Nabil de Freige qui a été délégué à l'APF par le président de la Chambre Nabih Berry, soucieux de réintégrer le Liban dans l'arène diplomatique francophone par-delà les crises institutionnelles chroniques intérieures qui en avaient justifié le retrait.

Conscient de la vocation de l'APF à servir de support potentiel aux revendications qui s'y expriment, Nabil de Freige évoque pour L'Orient-Le Jour la capacité de l'espace francophone à se solidariser avec le Liban sur des questions aussi vitales que la crise des déplacés sur son territoire. C'est d'ailleurs sur ce dossier qu'il affirme focaliser ses efforts de « lobbying » auprès de plus de deux cents participants aux travaux de l'APF. Son plaidoyer va dans le sens de la création d'une zone sécurisée sur le territoire syrien, sous la supervision de l'ONU, dans l'objectif précis d'accueillir une partie des déplacés.

Cette revendication, Nabil de Freige rapporte l'avoir exprimée une première fois lors de la réunion préparatoire de la Commission politique à Addis-Abeba en avril dernier, où le Liban refaisait son apparition dans l'arène parlementaire francophone. Le texte proposé alors sur la République syrienne (en guise d'avant-projet de résolution à soumettre à l'APF) avait inclus, à la demande du Liban, un paragraphe exhortant la communauté internationale à « sécuriser une zone en Syrie sous la protection de l'ONU, pour pouvoir y installer des réfugiés syriens ». Réunie hier pour finaliser ce document, la Commission politique a réaffirmé cette clause, comme le confirme M. de Freige depuis le Luxembourg. Le député voudrait en outre faire usage de son droit de présenter une question écrite à la secrétaire générale de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), Michaëlle Jean, pour solliciter la médiation de son organisation en faveur de la mise en œuvre de cette proposition. Le député libanais souhaiterait sonder l'OIF sur la possibilité pour elle d'exercer « des pressions politico-médiatiques sur la Russie, principal allié du régime syrien, les États-Unis, la France et les autres membres du Conseil de sécurité ».

S'agissant par ailleurs de la déclaration relative au Liban, le texte tel que rédigé à Addis-Abeba serait en passe d'être adopté par l'APF, y compris son paragraphe consacrant la politique de distanciation du Liban à l'égard du conflit syrien. Dans sa formulation proposée par la Commission politique en Éthiopie et finalisée hier, le texte « exhorte les partis politiques libanais à ne pas s'ingérer dans les crises régionales et à faire passer l'intérêt suprême du Liban souverain avant tout autre intérêt qui servirait une puissance étrangère (arabe, iranienne ou internationale) ». Sachant que le Liban, pour cause d'absence aux travaux de l'APF, n'avait plus fait l'objet d'une résolution depuis 2010, Nabil de Freige se félicite d'avoir réussi à mettre à jour l'état des lieux du Liban et à transmettre à ses interlocuteurs les nouveaux enjeux engendrés par le conflit syrien. C'est non sans efforts qu'il indique avoir obtenu la consécration du principe fondamental de la distanciation dans le projet de résolution sur le Liban. Ce qui sera certainement bon pour la consolidation morale de ce principe.

 

 

Lire aussi 

Le prix de la Francophonie à Sami Richa

Le Guen à « L’OLJ » : La francophonie propose au monde une certaine vision de l’humanité

 

Efforts synchronisés du Hezb et des partis pro-Assad pour une coopération sécuritaire avec Damas

Rentrer dignement chez soi en Syrie

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!