Liban

La bataille de l’après-Daech a commencé, selon un ancien diplomate libanais

Décryptage
30/06/2017

Au moment où les forces irakiennes annoncent avoir repris le contrôle de la mosquée al-Nouri à Mossoul, devenue célèbre depuis que le chef du groupe État islamique, le « calife » Abou Bakr al-Baghdadi, y a fait son unique apparition publique, les choses se compliquent en Syrie voisine. La coalition internationale menée par les États-Unis multiplie les menaces à l'égard du régime syrien et de ses alliés en invoquant la préparation d'une nouvelle attaque aux armes chimiques contre la population syrienne. Pourtant, les armes chimiques du régime ont été en principe détruites en 2013, suite à la crise qui s'était terminée par un accord russo-américain parrainé par l'ONU.

Le spectre d'une nouvelle confrontation se profile donc à l'horizon syrien, mais cette fois, le défi est différent. Selon un ancien diplomate libanais familier de l'Iran, chaque partie impliquée dans le conflit syrien se comporte désormais comme si la bataille de l'après-Daech a commencé. Tout en ayant encore de nombreux moyens de nuisance, notamment à travers ses cellules dormantes au Liban, en Europe et peut-être ailleurs, cette organisation serait donc en train d'agoniser en tant que projet territorial. Le terrain dont elle s'est emparée en Syrie et en Irak pour y proclamer l'État islamique en 2014 se rétrécit comme peau de chagrin. Ce qui, selon le diplomate précité, pose de nouveau le problème de la fameuse jonction territoriale entre Téhéran, Bagdad, Damas et la banlieue sud de Beyrouth. Les sources diplomatiques proches de l'Iran rappellent que depuis que les Occidentaux sont arrivés dans la région, la jonction entre l'Irak, l'Iran et la Syrie a toujours été interdite. Lorsque la Syrie et l'Irak ont failli se rapprocher, l'ancien président irakien Saddam Hussein, déposé en 2003, a mené son coup d'État, devenant l'ennemi juré du régime baassiste syrien. Même chose après la révolution islamique en Iran, lorsque la guerre a éclaté entre Téhéran et Bagdad. Alimentée par les Occidentaux, cette guerre a duré huit ans et elle a affaibli les deux parties, tout en empêchant toute entente possible entre eux. En 2003, les Américains ont envahi l'Irak dans une guerre destructrice et coûteuse, en principe pour renverser Saddam Hussein accusé de fabriquer des armes chimiques. La situation n'a cessé de se détériorer dans ce pays, au point que les soldats américains ont été contraints de se retirer d'Irak, avec, toutefois, la grande peur de laisser le terrain irakien à l'Iran... Qui ne cachait d'ailleurs pas son intention de remplir le vide laissé par les Américains.

Pour le même diplomate, ce serait justement pour cette raison que les Américains ont favorisé l'émergence de Daech qui a mis un terme au projet iranien de faire la jonction territoriale avec l'Irak, la Syrie et le Liban. Trois ans plus tard, la carte de l'EI est grillée, mais les Américains n'ont plus de véritables leviers en Syrie et en Irak pour imposer une relève. Ils reviennent donc à un vieux scénario, celui des armes chimiques.
Toujours dans le cadre de cette analyse de la situation régionale, le diplomate libanais précité rappelle que la présence des troupes américaines dans la région de Tanaf à la frontière irako-syrienne s'explique si l'on prend en considération ce contexte géostratégique. Il y a trois principaux axes routiers qui relient la Syrie à l'Irak, le premier est au nord de la Syrie et passe par la région kurde (Hassaké), le deuxième est encore aux mains de l'EI (Deir ez-Zor-Abou Kamal) et passe en Irak par la région sunnite de Anbar, et le troisième, le plus rapide, est celui de Tanaf al-Walid. Ce n'est donc pas un hasard si les forces américaines ont choisi de s'installer dans ce coin, bombardant même à plusieurs reprises les forces syriennes qui tentaient de s'y aventurer. Pourtant, en dépit de ces bombardements qui ressemblaient fort à des avertissements contre la jonction géographique (les armées syrienne et irakienne combattant l'EI des deux côtés de la frontière, les attaquer suscite de nombreuses interrogations que l'argument de la zone de désescalade ne suffit pas à démonter), l'armée syrienne (aux côtés de ses alliés) a poursuivi son avancée par le Sud (Deraa) et par le Nord, ciblant la ville de Deir ez-Zor, considérée comme le verrou de la frontière syro-irakienne au Nord. Des sources militaires proches de l'armée syrienne annoncent l'arrivée imminente des troupes du régime à Deir ez-Zor. Or c'est justement ce que voudraient éviter les Américains et ils auraient donc ressorti le scénario des armes chimiques, soit pour préparer une attaque militaire qui arrêterait la progression de l'armée syrienne, soit pour pousser les alliés du régime syrien à négocier un nouveau partage des zones d'influence en Syrie, de manière à empêcher la fameuse jonction territoriale via l'Irak.

L'enjeu de la bataille à la frontière syro-irakienne est donc primordial pour toutes les parties impliquées dans le conflit syrien, qu'il s'agisse de la Russie, de l'Iran ou encore des Occidentaux, Américains en tête. À ceux-là, il faut aussi ajouter désormais la Chine qui a envoyé récemment un émissaire effectuer une tournée dans la région et qui s'implique de plus en plus au Moyen-Orient, alors que les États-Unis avaient toujours essayé de la tenir à l'écart. L'issue de la bataille à la frontière syro-irakienne sera donc décisive pour la région.

 

Lire aussi

La bataille du jurd de Ersal aura-t-elle lieu ? Deux ex-militaires répondent à « L'OLJ »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

heheheh madame vous pouvez dire ce que vous voulez ... mais les grands stratege du monde avent que ni la resistence, ni assad, ni poutine ne sortirons gagnant ... l'apres daech evidement ce sera la transition avec assad mais pour une courte periode de temps et vos amis moumana3iste ne seront plus que des figurants et ne gagnerons rien a rien

comme disent les anglais wait and see !!

Fredy Hakim

En 2003 l'administration US republicaine a déclenché une guerre sur la base d´accusations contre Saddam Hussein qui se sont avérées complètement fausses! En 1990 l'administration US républicaine à la suite de la guerre du Koweït, a décidé de soutenir Hafez El Assad contre le Liban! Comment peut on encore faire confiance ou croire les US et leurs alliés? Par contre quand il s'agit de défendre les intérêts d'Israel les US sont prêts à tout! Soutien aveugle à la politique de colonisation, l'annexion du Golan...la destruction créatrice a de beaux jours devant elle.

gaby sioufi

je me dois de repeter ici ce que je disais ailleurs en publique :
Mme haddad est de parti pris pour la MOUMANAA! soit ,C de son droit.
Mme haddad a ses points de vue, qui deviennent repetitifs,C de son droit aussi.
pourquoi s'en facher ? c une bataille ouverte entre ces gens la et les autres. a qui il est impossible de l'emporter pour le moment .
ne leur donnons plus le plaisir de lire nos commentaires critiques , indignes, faches ?
le dedain est la meilleure arme... ne leur donnons plus ce plaisir.
en attendant mieux.

AIGLEPERçANT

LES VRAIES RÉVÉLATIONS DU TERRAIN NE PEUVENT PROVENIR QUE DE SCARLETT.

TOUT CE QUI EST DIT EST VRAI, EMPIRIQUE ET FACILEMENT VÉRIFIABLE.

BONNE JOURNÉE SCARLETT ET COMME LE FAIT LA RÉSISTANCE, MALGRÉ LES ATTAQUES INFRUCTUEUSES, PLEASE CARRY ON.

VEUILLEZ PUBLIER MÊME SI APRÈS 2 OU 3 HEURES VOUS DEVRIEZ JUGER BON DE RETIRER MON COMMENTAIRE. MERCI.

Salim Dahdah

Une analyse qui ressemble étrangement à celle que l'on retrouve souvent dans les pays ou la presse est contrôlée avec à la clé des messages multidirectionnels...

Tabet Ibrahim

Article tendancieux comportant des accusations envers les Occidentaux en général et les Américains en particulier prétendument attribuées a un "diplomate" mais reflétant en réalité le point de vue du camp auquel madame Haddad appartient

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HUMMMM... ON POURRAIT DIRE UN ARTICLE AVEC TRES PEU DE BARATIN ! MAIS CETTE SAUCE NE MANQUE JAMAIS DANS LES SUPPOSES DECRYPTAGES DE MADAME HADDAD...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants