X

À La Une

Trois ans après son enlèvement par Daech, Christina, 6 ans, retrouve les siens

Irak

"C'est un miracle de voir ma fille".

OLJ/AFP
10/06/2017

Des cris de joie emplissent une maison en préfabriqué d'un camp de déplacés dans le nord de l'Irak: Christina, une fillette enlevée il y a trois ans par le groupe jihadiste Etat islamique (EI, ou Daech en arabe) vient de retrouver ses parents.

"C'est un miracle de voir ma fille", s'émerveille Aida, la mère de Christina. "J'étais choquée (en la voyant) car elle a tellement changé", ajoute-t-elle. A ses côtés, la fillette de six ans, vêtue d'une robe multicolore et les cheveux noués en tresse, s'amuse à farfouiller dans des sacs d'habits, à côté de ses proches.

Il y a trois ans, la famille Ezzo Obada, de confession chrétienne, avait dû fuir sa ville de Qaraqosh (nord), située entre Erbil et Mossoul, face à l'avancée fulgurante des jihadistes de l'EI. Ils étaient dans un bus remplis de déplacés comme eux quand les jihadistes ont arraché Christina qui avait trois ans à l'époque.

Sa mère est resté sans nouvelle d'elle durant cinq mois, puis elle a fini par apprendre que sa fille vivait dans une famille de douze personnes dans le quartier Tenek, dans la partie ouest de Mossoul, deuxième ville d'Irak devenue le bastion de l'EI. L'espoir de revoir sa fillette s'est fait plus vif avec le lancement en octobre dernier de la bataille pour reprendre Mossoul. Fin janvier, les forces irakiennes ont reconquis la partie orientale de la ville et elles luttent depuis février pour chasser les jihadistes de l'ouest.

La famille avec qui vivait Christina a réussi à fuir Mossoul récemment et jeudi soir, le frère de Christina, Elias, a reçu un coup de téléphone lui demandant de venir récupérer sa soeur. La famille qui avait "adopté" la fillette lui a raconté avoir trouvé Christina il y a plus de deux ans, toute seule et en pleurs devant une mosquée.

Plus de 120.000 chrétiens d'Irak ont dû quitter leur foyer quand les combattants de l'EI se sont emparés de vastes portions de territoire dans le nord de l'Irak en 2014.

 

Pour mémoire

« Revoir Qaraqosh dans cet état était encore plus dur que la quitter »

Les chrétiens d'Orient, de l'inquiétude à l'exil

En Irak, Qaraqosh libérée de l’EI, mais toujours ville fantôme

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SORTIR SAINE ET SAUVE DES MAINS DES TARES... QU,ILS SOIENT DE L,UNE OU L,AUTRE DES DEUX FACES DE LA MEME MONNAIE... EST UN MEGA MIRACLE...

Antoine Sabbagha

Vrai miracle en effet de revoir un bel ange sain et sauf .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants