Liban

Les espoirs d’adopter une nouvelle loi électorale s’amenuisent

Décryptage
10/06/2017

C'est en principe aujourd'hui que le président de la Chambre devrait publier un communiqué pour annoncer le report de la séance parlementaire prévue lundi pour l'adoption du projet de loi électorale. Cette décision est inévitable puisque le gouvernement n'a pas réussi à s'entendre pour proposer au Parlement un projet de loi. Il ne s'est d'ailleurs pas réuni pour examiner ce sujet, préférant s'en tenir à un ordre du jour banal et plutôt technique dans son unique réunion de mercredi. Une semaine entière a donc été perdue de la session parlementaire extraordinaire ouverte du 7 au 20 juin par l'exécutif et consacrée strictement à l'examen du projet de loi électorale.


Du 12 au 20 juin, il ne reste donc plus qu'une semaine pour l'adoption d'une nouvelle loi et les pronostics politiques sont plutôt pessimistes. Selon un des experts consultés par les différentes parties politiques, le vrai problème ne serait pas dans les garde-fous réclamés par le chef du CPL, le ministre Gebran Bassil, mais plutôt dans le fait qu'au fond, le principe du mode de scrutin proportionnel n'arrange pas les parties politiques qui craignent toutes l'émergence d'un courant plus ou moins puissant de la société civile, ayant pour objectif d'ébranler le leadership qu'elles exercent depuis plusieurs décennies. Selon cet expert, les estimations des différents instituts de sondage reposent sur une participation d'environ 55 % des électeurs au vote (il s'agit d'une estimation à la hausse, car en 2009, le taux de participation aux élections était de 51 %). Mais l'adoption du mode de scrutin proportionnel pourrait pousser un plus grand nombre d'électeurs (surtout les jeunes ayant atteint l'âge de vote depuis 2009) à se rendre aux urnes. Ce qui pourrait fausser les estimations actuelles et surtout provoquer la crainte chez les parties politiques actuellement en place.

 

(Lire aussi : Course contre la montre pour finaliser la nouvelle loi électorale)

 

De plus, le découpage des circonscriptions qui a été conçu de manière à regrouper autant que possible des cazas à coloration confessionnelle majoritaire (les cazas chrétiens ensemble, les sunnites ensemble, les chiites de même, etc.) transforme le scrutin proportionnel en une sorte de sondage à l'intérieur de chaque confession et risque ainsi d'ouvrir la voie du Parlement aux petits groupes, qui dans un système majoritaire ont peu de chances de se faire élire. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles un des garde-fous réclamés consiste à fixer un seuil assez élevé de voix pour chaque candidat considéré comme élu, sinon, il y aurait un risque de retomber dans le problème des élus non représentatifs de leur communauté. Mais en même temps, chaque camp souhaite que le seuil soit relativement bas pour les autres communautés, la sienne exceptée, puisque tous veulent étendre leur influence sur les autres communautés pour se poser en force nationale... Autrement dit, et en dépit des déclarations contraires, les différentes composantes de la classe politique actuelle se sont lancées dans l'idée du mode de scrutin proportionnel sans en être réellement convaincues, avec l'espoir caché qu'une partie parviendra à l'écarter pour revenir au mode de scrutin majoritaire bien plus rassurant.

Les longs palabres et les réunions interminables sur des détails, des conditions et des contre-conditions ne sont qu'un moyen de dissimuler le vrai problème qui se résume dans la grande peur des forces politiques actuelles de se soumettre au verdict des électeurs. C'est un peu par honte, après deux prorogations pas vraiment justifiées et en raison aussi du regard critique des Libanais et de la communauté internationale, que les différents protagonistes se lancent dans des débats techniques poussés pour donner l'illusion qu'ils veulent vraiment des élections selon une loi moderne. Mais la réalité est tout autre, mais personne n'a le courage de la dire et chacun espère trouver le bon scénario qui permettra de reporter les élections à une date la plus éloignée possible...

 

(Lire aussi : Le Parlement et le gouvernement attendent l'entente...)

 

Le président de la Chambre devrait donc fixer aujourd'hui un nouveau rendez-vous pour une réunion plénière, mais à mesure que la date fatidique du 20 juin approche, les espoirs d'aboutir à une entente sur une nouvelle loi électorale se réduisent.


Dans ce cas, que va-t-il se passer? Des sources généralement bien informées assurent que le chef de l'État pourrait réserver une surprise à la classe politique de nature à mettre toutes les parties devant leurs responsabilités. Il n'acceptera pas que la perte de temps se poursuive au-delà des limites acceptables, sachant qu'il ne peut pas non plus prendre une initiative avant d'avoir épuisé les chances de parvenir à un accord. À partir du 20 juin, si aucun accord n'est trouvé d'ici là, le Liban se trouvera face à un nouveau paysage politique qui, selon toute probabilité, consistera dans l'organisation d'élections législatives dans un délai de trois mois sur la base de la loi en vigueur. Les parties politiques devront alors affronter leur propre échec et faire face au regard critique des électeurs. Le président continue de miser sur un soudain réveil du sens des responsabilités au sein de la classe politique, surtout avec les derniers développements régionaux qui fragilisent encore plus la situation générale, mais en fin de compte, il ne peut pas non plus accepter que les Libanais soient une troisième fois privés de leur droit de vote.

 

Lire aussi

Les espoirs d'adopter une nouvelle loi électorale s'amenuisent... Le décryptage de Scarlett Haddad

La corde, mais quoi d'autre ? L'édito de Issa Goraieb

Législatives libanaises : l'informatisation du scrutin, une fausse promesse ?

Tarek Mitri : Ce n’est pas une vraie proportionnelle

 

Pour mémoire

Loi électorale : les détails encore loin d'être réglés

Le compte à rebours avant le vide institutionnel a commencé

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NAIFS TOUS CEUX QUI AVAIENT DE BONNE FOI CRU TOUS NOS POLICHINNELLES...

Irene Said

"...les espoirs de vivre correctement dans un pays dirigé par des responsables honnêtes et capables s'amenuisent aussi...!"
Irène Saïd

Saliba Nouhad

Mais, Mme. Haddad, rapportez-vous à l'article publié le 07 de ce mois rapportant les propos de Boutros Harb qui dénonçait "un plan étudié pour nous ramener à la loi de 1960".
Plus clair que ça? Il vous donnait les raisons réelles de ce cirque que vous reprenez dans votre décryptage mais sans nommer réellement les fautifs, ni le pourquoi évident de ce retour à la case départ...
Alors que vous n'aviez pas saisi ce jeu machiavélique dans vos analyses passées, tantôt à deux doigts d'un accord, un autre moins sûr, tantôt optimiste puis pessimiste, le chaud puis le froid selon vos "sources habituelles ".
Mais qui est-il, Mr Harb?
Rien qu'un vrai patriote Libanais, qui n'a jamais renié ses principes, demeuré indépendant, qui a toujours dérangé par ses prises de position nationalistes et qui fait le désespoir d'un gendre qui n'arrive pas à se faire élire dans sa région selon la loi électorale actuelle!

IMB a SPO

La democratie en marche! Quelle rigolade....

Bustros Mitri

La loi électorale c'est un peu comme le scrutin présidentiel, Il faut à chaque fois les réinventer, en fonction de l'équilibre du moment entre les forces politiques. Résultat: le risque de partir pour trois ans , réinventer la roue..

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants