Rechercher
Rechercher

Environnement

Pollution de la rivière de Rachiine : la situation s’aggrave

La pollution de la rivière de Rachiine se voit à l’œil nu.

Partout dans le monde, les fruits d'un oranger ont une couleur orange. Sauf dans le caza de Zghorta, sur les berges de la rivière de Rachiine, où les oranges sont d'un marron foncé qui vire au noir. Le spectacle qui s'offre aux yeux est écœurant et l'odeur qui s'infiltre dans les narines étouffante.

C'est pour cela que « Zghorta Ghadouna », une ONG née dans le sillage de la liste indépendante qui s'était présentée aux dernières élections municipales, a organisé hier, avec l'aide d'activistes, un sit-in dans la région en présence du mohafez du Liban-Nord, Ramzi Nohra, pour protester contre l'inaction des responsables.

La rivière de Rachiine, qui rejoint la source de Jouhit pour former l'affluent principal du fleuve Abou Ali, qui arrose Tripoli, est polluée sur tout son parcours. Les causes en sont nombreuses. Les eaux usées des villages situés de part et d'autre de la rivière déversées dans le cours d'eau constituent sans doute le facteur essentiel de la pollution. Mais d'autres facteurs entrent en jeu, et ils ne sont pas moins dangereux que le déversement des eaux usées. D'une part, des fermes de bovins sont installées près de la rivière alors que la région est classée zone touristique et, d'autre part, des propriétaires de pressoirs d'huile d'olive rejettent les résidus du processus dans l'eau. Sans oublier les individus qui se débarrassent de leurs déchets solides dans la rivière.

Interrogé par L'Orient-Le Jour à ce sujet, Pierre Doueihy, membre de « Zghorta Ghadouna », explique que pour une partie de la rivière, qui s'étire de la source de Rachiine jusqu'à l'hôpital Saydet-Zghorta, l'adjudication pour des travaux de nettoyage a déjà été faite. « Mais il reste l'autre partie, qui n'est pas moins importante et sans laquelle le problème ne sera pas réglé », affirme-t-il.

Cette seconde partie de la rivière passe par le village de Rachiine, ainsi que d'autres villages. « C'est surtout cette partie qui cause le plus de dégâts d'autant que des maisons sont installées sur les deux rives et que l'eau utilisée pour l'irrigation des vergers et des plantations provient de là », ajoute-t-il. Les habitants qui vivent aux bords de la rivière de Rachiine souffrent, en outre, de nombreuses maladies, parfois graves, apparemment causées par la pollution.

Joint au téléphone par L'OLJ, le mohafez assure que les travaux de nettoyage seront entamés pour ce qui concerne la première partie de la rivière dès que le niveau de l'eau baissera. « La Fédération des municipalités de Zghorta nous a promis de s'occuper de l'autre partie en vue de mettre fin à la pollution de la rivière », affirme M. Nohra, avant de poursuivre : « Le projet sera présenté en Conseil des ministres. Au cas où il ne serait pas approuvé, ce serait à la Fédération des municipalités de le prendre en charge. »

 

 

Pour mémoire

Le ras-le-bol d’habitants de Zghorta face à la pollution de la rivière de Rachiine

À Zghorta, la rivière polluée menace la santé des habitants


Partout dans le monde, les fruits d'un oranger ont une couleur orange. Sauf dans le caza de Zghorta, sur les berges de la rivière de Rachiine, où les oranges sont d'un marron foncé qui vire au noir. Le spectacle qui s'offre aux yeux est écœurant et l'odeur qui s'infiltre dans les narines étouffante.


C'est pour cela que « Zghorta Ghadouna », une ONG née dans le sillage de la...

commentaires (2)

IL NE RESTE RIEN DE DEBOUT DANS CE PAUVRE PAYS... LA DECADENCE NE FRAPPE SEULEMENT PAS LES ALIBABAS AUX LARGES POCHES MAIS LE MENU DES MORTELS... TOUT EST DEPOTOIR POUR LES LIBANAIS... MALHEUREUSEMENT !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

12 h 00, le 09 juin 2017

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • IL NE RESTE RIEN DE DEBOUT DANS CE PAUVRE PAYS... LA DECADENCE NE FRAPPE SEULEMENT PAS LES ALIBABAS AUX LARGES POCHES MAIS LE MENU DES MORTELS... TOUT EST DEPOTOIR POUR LES LIBANAIS... MALHEUREUSEMENT !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 00, le 09 juin 2017

  • Pauvre Liban..........

    Beauchard Jacques

    09 h 44, le 09 juin 2017