X

À La Une

Les coupures d'électricité à Gaza ont provoqué une crise humanitaire, selon la Banque mondiale

Palestine

Dans un rapport publié jeudi, l'organisme internationel estime que l'aide étrangère ne peut à elle seule sortir l'économie palestinienne de la stagnation, sans changements pratiques et sans coopération israélienne.

OLJ/AFP
27/04/2017

La constante pénurie de carburant et le manque d'infrastructures ont provoqué une "crise humanitaire" pour les Palestiniens vivant dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, estime la Banque mondiale.

Dans un rapport publié jeudi, en prévision d'une conférence internationale des donateurs la semaine prochaine, la Banque mondiale estime que l'aide étrangère ne peut à elle seule sortir l'économie palestinienne de la stagnation, sans changements pratiques et sans coopération israélienne. L'unique centrale électrique de Gaza se retrouve souvent à court de carburant pour ses générateurs et ne peut parfois fournir que moins de quatre heures de courant par jour.

Le mouvement islamiste Hamas a pris en 2007 le pouvoir dans l'enclave palestinienne, qui était jusque-là dirigée par le parti Fatah du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Le Hamas importe du diesel pour les générateurs via l'Autorité palestinienne, mais les deux rivaux politiques sont en litige permanent sur le paiement, entraînant des pénuries constantes.

"Pendant les pics d'été et d'hiver l'approvisionnement en électricité déjà faible est de plus en plus souvent rationné à quatre heures pendant la journée", estime la directrice de la Banque mondiale pour la Cisjordanie et Gaza, citée dans le rapport. "Récemment, cette situation est devenue la norme et laisse les habitants de Gaza sans électricité pendant la majeure partie de la journée. Cela a créé une crise humanitaire pour deux millions d'habitants de Gaza", ajoute Marina Wes.

 

(Lire aussi : L'unique centrale électrique de Gaza à l'arrêt faute de carburant)

 

Blocus israélien
Les pénuries frappent les hôpitaux, les cliniques, l'approvisionnement en eau et d'autres services vitaux, ainsi que les besoins des ménages, précise-t-elle.

Des manifestations ont éclaté en janvier en raison des coupures d'électricité, dont le ministère de la Santé du Hamas a estimé qu'elles pourraient avoir des "conséquences dangereuses" pour les patients.

"L'Autorité palestinienne doit entreprendre des réformes pour faire en sorte que les obligations de paiement aux fournisseurs d'électricité soient satisfaites, car cela encouragera les investissements privés nécessaires", estime la Banque mondiale dans son rapport. "Ceci est particulièrement important à Gaza pour permettre la construction d'une ligne à haute tension en provenance d'Israël afin de contribuer à atténuer la crise énergétique", poursuit le texte.

La bande de Gaza a été dévastée par la guerre de l'été 2014 entre Israël et le Hamas qui a fait plus de 2.200 morts du côté palestinien et 73 du côté israélien. Les problèmes de l'enclave sont exacerbés par un blocus israélien depuis plus de dix ans.
"Alléger les restrictions israéliennes sur le commerce extérieur (...) et ouvrir l'accès à Gaza sont essentiels pour accroître la croissance du secteur privé et de l'emploi", selon le rapport. "Si l'Autorité palestinienne et le gouvernement israélien entreprennent ces changements, l'impact de l'aide des donateurs augmentera de manière significative", ajoute le texte.

Le rapport doit être présenté lors d'une réunion le 4 mai à Bruxelles du Comité de liaison ad hoc (AHLC), chargé de coordonner l'aide internationale aux territoires palestiniens. Le président américain Donald Trump doit accueillir le président palestinien Mahmoud Abbas la veille à la Maison Blanche, pour des discussions sur les efforts afin de relancer le processus de paix au Moyen-Orient.

 

 

Lire aussi

A Gaza, l'eau manque et rend même malade

 

Pour mémoire

Le Hamas fait taire la grogne des Gazaouis, mais la colère couve

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.