X

Liban

Premier résultat de la frappe US, le report des législatives ?

Éclairage
08/04/2017

La frappe militaire US et la destruction totale de la base d'al-Chaayrate en Syrie marque le retour en force de l'influence américaine au Moyen-Orient par la porte syrienne, région délaissée par Barack Obama au profit de la Russie. La frappe a modifié les rapports de force, si bien qu'elle constitue un tournant crucial dans le conflit syrien. Mieux encore, elle s'est produite durant la rencontre entre le président des États-Unis et son homologue chinois en Californie.

Pour Donald Trump, il s'agit d'une occasion de rejeter toutes les allégations au sujet de ses rapports avec le président russe Vladimir Poutine et leur influence sur l'élection présidentielle américaine. Le président US a également changé d'opinion sur le maintien de Bachar el-Assad au pouvoir au profit de la priorité que constituerait la guerre contre le terrorisme, vision défendue par Moscou. Il s'agit également d'une opportunité d'arracher la carte Assad des mains de son homologue russe, à travers une réponse unilatérale au massacre de Khan Cheykhoun.

Des sources bien informées estiment que la frappe pourrait ainsi accélérer une solution en Syrie à la lumière d'une redistribution des cartes internationales. Pour l'heure, Moscou a encaissé le coup sans broncher, comme le prouve le maintien de la visite du secrétaire d'État US en Russie, les 12 et 13 avril. L'opération militaire ouvrirait cependant la voie à une période dangereuse d'escalade, la Russie réagissant fermement en frappant les régions contrôlées par les rebelles.
Mais Washington entend bien rétablir sa zone d'influence au Moyen-Orient : les pourparlers de Donald Trump avec les responsables arabes (et israéliens), notamment le roi de Jordanie, le président égyptien et le prince héritier saoudien en second, auraient porté sur cette question, et sur le fait que, concernant la crise syrienne, le départ d'Assad est loin d'être hors de question. La frappe syrienne ne serait donc pas orpheline, et il est question d'établir des zones d'exclusion aérienne pour l'aviation du régime.

Tous ces événements interviennent au moment où il est question de la formation d'une force de dissuasion arabe présidée par l'Égypte, avec la participation des pays du Golfe, pour assurer la sécurité dans les régions qui seront libérées du terrorisme et faire respecter le cessez-le-feu et la stabilité, ce qui serait de nature à relancer les négociations politiques pour trouver des solutions aux crises régionales.

Une nouvelle équation devrait donc se mettre en place dans la région après la frappe, avec un effort international accru pour trouver une solution aux crises.
Des sources diplomatiques basées à Paris écartent cependant la possibilité qu'il y ait eu une concertation internationale sur la question de l'opération US, notamment avec Moscou. Au contraire, Washington a voulu griller la carte du régime Assad, détenue par les Russes. Ces derniers réagiront sans doute, mais sans aller trop loin, nul ne voulant provoquer d'escalade et une déflagration militaire. La frappe US accélérerait au contraire le processus de règlement politique, le Conseil de sécurité se chargeant ultérieurement de prendre les positions adéquates pour hâter le consensus.

Qu'en est-il des retombées de l'opération sur le Liban ? Beyrouth ne serait pas à l'abri des développements régionaux, compte tenu de l'influence de la crise syrienne sur la scène locale, notamment par le biais du dossier des réfugiés syrien ou de la participation importante du Hezbollah aux combats aux côtés du régime, selon l'agenda iranien. Qui plus est, de nouvelles sanctions américaines viseraient bientôt le parti chiite.

L'une des premières conséquences du retour US sur la scène régionale pourrait être une prorogation d'un an du mandat de la Chambre et le report des élections en attendant l'élaboration d'une nouvelle loi électorale. Le scrutin aurait lieu sitôt le code électoral prêt. La solution définitive au Liban attendrait ainsi un règlement de la crise syrienne, qui est désormais proche, dans la mesure où la menace terroriste pèse sur l'Occident au quotidien. Or cela n'est possible que si la guerre prend fin en Syrie et Assad quitte le pouvoir, ouvrant la voie à une refonte du régime en place sur base d'une formule similaire à celle de l'accord de Taëf, à même de garantir la participation de toutes les composantes politiques du pays.

 

Lire aussi 

Le Liban dans l’attente d’une éventuelle réaction iranienne

Aoun condamne l’usage « par quiconque » d’armes de destruction massive

En marge du débat sur la corruption, le triomphe du Hezbollah sur la loi électorale

Loi électorale : ultimes négociations en Conseil des ministres lundi

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saliba Nouhad

Je pense que vous prêtez à notre ami Trump des vertus et des qualités inexistantes: son QI pas très brillant, son absence totale d'experience politique, son impulsivité, sa mégalomanie et rancoeur contre toute personne qui le critique, son côté un peu crapule, le rendent totalement imprévisible et extrêmement dangereux: la seule chose avec laquelle je suis d'accord avec vous: il commençait à être dans de mauvais draps concernant l'enquête sur l'intervention russe dans son élection et voulait détourner l'attention de cela!
Quant à lui prêter l'intention d'avoir un plan pour changer le cours des choses en Syrie et au Moyen-Orient, nous allons trop loin et le bourbier syrien est devenu tellement complexe, avec nombreux acteurs tels que russes, iraniens, turcs, kurdes, Hezbollah, ISIS, rebelles modérés.... je ne pense pas que c'est un vertueux, au cœur tellement sensible pour courir au secours d'une population en train de se faire massacrer, au risque de pousser à un conflit international majeur aux conséquences imprévisibles...
Cependant, on pourrait lui donner le bénéfice du doute, car quelque chose doit changer dans ce bourbier monstrueux qu'est devenue la Syrie, avec les conséquences humanitaires majeures!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"La frappe constitue un tournant crucial dans le conflit syrien. Mieux encore, elle s'est produite durant la rencontre entre Donald Duck-Troump et son homologue chinois.
Pour Donald Duck-Troump, il s'agit de rejeter les allégations au sujet de ses rapports avec le Nain poutinien.
Troump a changé d'opinion sur le maintien de cet aSSaSSin aSSadique bääSSdiotiste au pouvoir au profit de la priorité que constituerait la guerre contre ce Dâësch-EI, vision défendue par le Gnome KGBiste.
Il s'agit également d'une opportunité d'arracher la carte de ce bääSSyriaNique des mains du Nabot KGBiste, à travers une réponse unilatérale à l'Horrible Massacre de Khân Châïykhoûn.
Washington entend bien rétablir sa zone d'influence au M-O : les pourparlers de Donald Duck-Troump avec Äsraël, la Jordanie, l’Égypte et l'Arabie auraient porté sur le fait que le déboulonnage de ce bääSSdiotiste est loin d'être hors de question....
La frappe contre ces bääSSyriens ne serait donc sûrement pas orpheline." !
EXCELLENTE analyse de Monsieur Philippe Abi-Akl !

Gebran Eid

TRUMP TWEETAIT QUE LES MISSILES AMÉRICAINS AVAIENT ÉPARGNÉ LES PISTES DE DÉCOLLAGE DE LA BASE D'AL-CHAAYRATE, CAR "ELLES SONT EN GÉNÉRAL FACILES ET PEU CHÈRES À RÉPARER". FORMIDABLE COMMME EXPLICATION NON ! .CA VEUT DIRE QU'IL N'A PAS LE TEMPS À PERDRE. EN CE CAS LÀ POURQUOI IL N'A PAS BOMBARDER ASSAD DIRECTEMENT ???. QUELQU'UN M'A DIT UN JOUR, C'EST PAS LA PEINE QUE TU CIRES TES CHAUSSURES, ILS VONT ÊTRE SALES À NOUVEAU...REGARDEZ À QUEL POINT TRUMP SE MOQUE DES PEUPLES.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"La solution définitive attendrait ainsi un règlement de la crise syrienne, qui n'est pas si proche que ça en a l'air, dans la mesure où la menace terroriste pèse sur l'Occident au quotidien.
Or cette (menace) n'est possible que si la guerre prend fin en Syrie et l'aSSaSSin aSSadique dégage du (pouvoir), ouvrant la voie à une refonte du (régime) en place sur base d'une formule similaire à celle de l'accord (branlant).... de Tâëf au Grand-Liban." !
Et ce n'est donc pas pour demain....
Khâââï ! Ils en ont pour au moins encore SIX ANS, ces bää-bää bääSSyriens.
Qu'âllâhhh y'ghâmmîïïï !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES DERNIERES NOUVELLES DISENT QUE LES BATTERIES DE S300 ET S400 ONT ETE PARALYSEES... MISES HORS DE NUIRE... PAR DES SATELLITES U.S. !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON DEVRAIT SE DEMANDER POURQUOI LE MONDE EN ENTIER, TOUS LES ARABES INCLUS AINSI QUE TOUT LE PEUPLE SYRIEN, ONT FETE L,EVENEMENT EXCEPTE LE RUSSE ET L,IRANIEN ET SES ACCESSOIRES... C,EST QUE LES CRIMES COMMIS DEPUIS 6 ANS SONT ABJECTS ET INHUMAINS !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SUPERBE ANALYSE ! LES U.S. SONT DE RETOUR ET EN FORCE EN SYRIE ET DANS TOUT LE M.O. ET ONT LAISSE ENTENDRE QUE CETTE INTERVENTION N,EST PAS DU ONE SHOT... LA DONNE A CHANGE RADICALEMENT PAS SEULEMENT EN SYRIE MAIS AU M.O. LE TOUR D,AUTRES EST SUR LA TABLE... LES NEGOCIATIONS SERIEUSES VONT COMMENCER ET LES EJECTIONS SANS PARACHUTES A TOUR DE ROLE VONT VENIR ...

Yves Prevost

"établir des zones d'exclusion aérienne pour l'aviation du régime". Enfin! On l'espère, du moins. C'était la première mesure à prendre depuis la début de la guerre. En effet, c'est l'aviation qui fait le plus de victime civiles.
Par contre, il ne devrait pas y avoir le moindre lien entre la situation en Syrie et les législatives libanaises.Le Liban ayant clairement défini sa politique de distanciation.

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Macron, champion (du monde)

Commentaire de Anthony SAMRANI

Macron vs Macron

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué