Les métiers de l’eau : quand protection des ressources et santé publique se rejoignent - Suzanne BAAKLINI

LES CARRIÈRES NON TRADITIONNELLES

Les métiers de l’eau : quand protection des ressources et santé publique se rejoignent

13/04/2017

L'eau est un élément particulièrement complexe. Pour la protéger et pour préserver, par le fait même, la santé de la population, il faut que divers spécialistes collaborent entre eux. C'est ainsi que Kamal Slim, hydrobiologiste menant ses recherches dans l'environnement aquatique depuis de nombreuses années, décrit en bref le domaine des sciences de l'eau.

Nature du travail

Selon Kamal Slim, les métiers de l'eau sont en majorité des métiers de terrain, nécessitant de nombreux déplacements, même si les recherches et la rédaction de rapports sont synonymes d'heures de bureau. Les spécialisations, en outre, sont très nombreuses, allant du droit (géopolitique) aux sciences dures, et jusqu'au génie. Voici un aperçu des spécialités en relation avec le domaine :

• Géopolitique de l'eau : le partage des ressources dans le cas des cours d'eau transfrontaliers (qui traversent plusieurs pays) peut être à l'origine de problèmes internationaux qu'il faut résoudre. C'est une discipline qui relève du droit.
Plusieurs disciplines en relation avec la gestion de l'eau à des fins agricoles, industrielles ou ménagères :
1) Chimie de l'eau ou hydrochimie : il s'agit de la spécialisation qui étudie les processus chimiques affectant la distribution et la circulation des composés chimiques des eaux.
2) Microbiologie : c'est la discipline qui étudie l'éventuelle présence de microbes de toutes sortes dans l'eau. Elle relève de la biologie et de la santé publique.
3) Biologie des eaux ou hydrobiologie : c'est la science qui se focalise sur les organismes et êtres vivants dans le milieu aquatique.

Les techniques d'exploitation

Les techniques d'exploitation de l'eau relèvent de spécialisations suivies par différentes catégories d'experts :
1) Les ingénieurs hydrologues qui veillent à la qualité de l'eau.
2) Les ingénieurs hydrauliques, une discipline découlant du génie civil, qui conçoivent, réalisent, optimisent et entretiennent les réseaux d'approvisionnement en eau de toutes sortes (canalisations, barrages, etc.).
3) Les spécialistes qui veillent à la conformité de l'eau potable avec les critères de santé publique.

Aptitudes et compétences requises

Pour Kamal Slim, un spécialiste de l'eau doit :
– Être passionné par ce domaine, qui est très exigeant.
– Aimer les études, les recherches, les chiffres.
– Avoir le respect de la nature.
– Faire preuve de curiosité scientifique et d'un sens de l'observation.

Études

Le domaine de l'eau, dans toute sa diversité et ses spécialisations, n'est pas assez présent dans l'enseignement supérieur au Liban, selon Kamal Slim. Des cours sont cependant donnés dans les facultés suivantes :
– Université libanaise (UL), faculté de génie, diplôme de mécanique, énergie et automatique.
– AUB, faculté de génie, ME d'environnement et de ressources hydrauliques.
– AUB, faculté de santé publique, santé et environnement (des cours sur l'eau).
– USJ, ESIB, faculté de génie, formation en construction hydraulique.
– Université arabe de Beyrouth, faculté de génie, génie environnemental.
– Notre-Dame University (NDU), programme de formation en gestion de l'eau et études environnementales au sein du « Water, Energy and Environmental Research Center » (WEERC).

Difficultés et contraintes

– Le manque de coordination de manière générale au Liban, qui empêche la formation et la bonne marche des équipes pluridisciplinaires (qui comptent des spécialistes différents).
– Les difficultés matérielles : peu de budgets pour les projets ou pour l'acquisition d'équipements de laboratoires.
– Manque de subventions pour les recherches.
– Insuffisance de la mise en application des résultats des recherches.
– Difficulté d'accéder aux données qui se trouvent dans les ministères et les différentes institutions publiques.

Débouchés

Kamal Slim énumère les principaux débouchés des métiers de l'eau :
– Ingénieurs et techniciens dans les offices de l'eau, les ministères concernés et les différentes institutions publiques.
– Employés (ou propriétaires) de bureaux d'études ou de bureaux d'ingénieurs.
– Enseignants des écoles, professeurs d'université, chercheurs dans les universités ou les centres de recherche.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!