Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Législatives : le report technique semble inévitable

Bassil attend une réponse du Hezbollah à sa proposition de loi électorale ; Raï met en garde contre une prorogation déguisée.

Le ministre libanais des Affaires Étrangères Gebran Bassil, le ministre de l'Information Melhem Riachi et le patriarche maronite Bechara Raï. Photos Ani

Plusieurs responsables libanais se sont exprimés dimanche sur le dossier des législatives, dont la tenue est suspendue à l'adoption d'une nouvelle loi électorale qui pourrait conduire à un report technique du scrutin, prévu en principe en juin prochain.

"Report inévitable"
"Les élections ne seront organisées que sur la base d'une nouvelle loi électorale", a affirmé le ministre de l'Information, Melhem Riachi, en tournée à Saïda, au Liban-sud, se déclarant "optimiste" quant à l'adoption prochaine d'un texte.

Les formations politiques ont jusqu'à présent échoué à s'accorder sur la réforme électorale. La législation actuelle est basée sur la majoritaire plurinominale et est officiellement critiquée par la plupart des partis.

Plus tôt dans la journée, M. Riachi avait déclaré que "le report technique de la date du scrutin était désormais inévitable", ajoutant par ailleurs que la nouvelle loi électorale devrait "ajuster la représentation de tous, notamment celle des chrétiens".

Par ailleurs, le ministre de l'Information a indiqué que la dernière proposition de réforme électorale soumise par le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, qu'il qualifie de "bonne", fait toujours l'objet de discussions.

 

(Lire aussi : Législatives libanaises : les trois scénarios possibles)

 

Bassil attend la réponse du Hezbollah
De son côté, M. Bassil a déclaré que sa proposition n'était toujours pas enterrée. "Le débat se poursuit. Nous attendons la réponse du Hezbollah sur ce sujet", a déclaré M. Bassil en tournée en Australie, ajoutant que "personne ne pourra empêcher la réforme électorale". Il s'est également déclaré en faveur de l'inscription des Libanais émigrés sur les listes électorales afin qu'ils puissent voter depuis leur lieu de résidence, grâce au vote électronique.

Pour sa part, le patriarche maronite, Bechara Raï, a mis en garde contre une prorogation déguisée du mandat du Parlement si les débats autour de la nouvelle loi électorale venaient à s'éterniser. "Nous espérons que le temps nécessaire pour s'entendre sur une nouvelle loi électorale, qui entraînerait le report des élections, ne se transformera pas en une prorogation de la législature", a déclaré Mgr Raï dans son homélie à Bkerké.

"Ce serait vraiment indécent", a-t-il ajouté, condamnant les deux dernières prorogations des mandats des députés en 2013 et 2014.

 

 

Lire aussi

Quelles garanties donner au Hezbollah ?

Liban : retour au surplace électoral

Loi électorale : à partir de la semaine prochaine, c’est au gouvernement de jouer...

Plusieurs responsables libanais se sont exprimés dimanche sur le dossier des législatives, dont la tenue est suspendue à l'adoption d'une nouvelle loi électorale qui pourrait conduire à un report technique du scrutin, prévu en principe en juin prochain.
"Report inévitable""Les élections ne seront organisées que sur la base d'une nouvelle loi électorale", a affirmé le ministre de...
commentaires (3)

ON SE CACHE DERRIERE SON DOIGT... IL N,Y A QUE LE MODELE SUISSE QUI SAUVERAIT NOTRE PAYS ET LE GARDERAIT UNI... ENCORE FAUT-IL QUE TOUT LE MONDE SOIT D,APPARTENANCE NATIONALE !

JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

19 h 13, le 02 avril 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • ON SE CACHE DERRIERE SON DOIGT... IL N,Y A QUE LE MODELE SUISSE QUI SAUVERAIT NOTRE PAYS ET LE GARDERAIT UNI... ENCORE FAUT-IL QUE TOUT LE MONDE SOIT D,APPARTENANCE NATIONALE !

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    19 h 13, le 02 avril 2017

  • C'est bien facile de continuellement nous abreuver de belles phrases, que ce soit durant les homélies du dimanche, au cours de voyages au bout du monde ou simplement depuis un ministère ! Cela dure maintenant depuis des mois...beaucoup de mots se sont envolés, mais notre pauvre pays se débat toujours dans les mêmes problèmes jamais résolus... Alors, Messieurs les "responsables de tous bords" vous ne pensez pas qu'il est temps de changer de méthode...et de passer aux actes ? Irène Saïd

    Irene Said

    18 h 49, le 02 avril 2017

  • On ne sait plus qui gouverne actuellement au Liban, est-ce le présent de la République ou le président-bis ou le ministre de l'Information, ou le ministre des Affaires étrangères, ou le ministre de l'Energie, ou le CPL/FL, ou la milice des masques noirs... Trop de cuisiniers autour de la marmite !

    Un Libanais

    15 h 45, le 02 avril 2017

Retour en haut