Liban

Le mohafez de Beyrouth ordonne la suspension des travaux de démolition de la Grande Brasserie du Levant

Ziad Chebib a demandé à la police de superviser l'application de sa décision.

Le mohafez de Beyrouth, Ziad Chebib, a ordonné vendredi l'arrêt des travaux de démolition de la Grande Brasserie du Levant à Mar Mikhaël, l'une des plus anciennes du Moyen-Orient, Photo AFP / ANWAR AMRO

Le mohafez de Beyrouth, Ziad Chebib, a ordonné vendredi la suspension des travaux de démolition de la Grande Brasserie du Levant à Mar Mikhaël, l'une des plus anciennes du Moyen-Orient.

Cet établissement avait abrité durant des décennies l'usine de bière Laziza. Les travaux de démolition, effectués en vertu du permis 14/2016 O.T., datant du 3/3/2017, sont entrepris sur le lot 1781 situé dans le secteur de Rmeil.

En vertu de l'alinéa 3-c de l'article 2 du décret 15874 datant du 12/12/2005, le mohafez rappelle, dans un communiqué rapporté par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), que les travaux de démolition doivent faire l'objet d'une déclaration sur base de plans, et doivent être supervisés par un ingénieur inscrit à l'ordre des ingénieurs. M. Chebib explique ensuite que les plans du chantier doivent mettre clairement en évidence les fondations du bâtiment censé être démoli et le nombre d'étages de l'édifice. Des travaux de renforcement doivent également avoir été prévus pour les bâtiments situés à proximité du chantier, ainsi que des barrières, un dispositif d'éclairage et des pancartes pour indiquer aux passants le sens de la circulation dans le périmètre.

M. Chebib poursuit en expliquant que dans la demande d'autorisation, les moyens de démolition doivent être précisés (détonation, choc mécanique, bulldozers, etc.). Ces moyens doivent respecter les conditions de sécurité prévus par la loi. Le tout doit faire l'objet d'une police d'assurance qui couvre les éventuels frais nécessaires en cas de dommages résultants de la démolition.

Le mohafez ne dit pas clairement si le chantier en question est en violation avec la loi, ou bien si des vérifications sont nécessaires à ce stade. M. Chebib a en tout cas demandé à la police de Beyrouth de superviser l'application de sa décision.

Les travaux de démolition ont déjà commencé il y a plusieurs jours, au grand dam de nombreux habitants de la zone et d'activistes ainsi que des ONG. Le projet qui est censé voir le jour à la place de la Grande Brasserie du Levant, est d'une superficie de 5 000 mètres carrés. Baptisé « Mar Mikhaël Village », il comprendra des dizaines de petites maisons et d'appartements, des espaces commerciaux et une piscine, dans un quartier en pleine gentrification.

Interrogé par L'Orient-Le Jour, Bernard Khoury, l'architecte en charge du nouveau projet qui va remplacer la Brasserie, a refusé de commenter, précisant qu'il tiendra une conférence de presse la semaine prochaine.

 

Pour mémoire

« Soit nous sommes jetés à la rue, soit l'immeuble s'effondre sur nos têtes »

On achève bien le patrimoine...

A Mar Mikhaël, la Grande Brasserie du Levant en voie de démolition

Bernard Khoury assume son « crime » à Mar Mikhaël


Le mohafez de Beyrouth, Ziad Chebib, a ordonné vendredi la suspension des travaux de démolition de la Grande Brasserie du Levant à Mar Mikhaël, l'une des plus anciennes du Moyen-Orient.


Cet établissement avait abrité durant des décennies l'usine de bière Laziza. Les travaux de démolition, effectués en vertu du permis 14/2016 O.T., datant du 3/3/2017, sont entrepris sur le...

commentaires (3)

Une vieille bâtisse moche et inutile: on aimerait expliquer sa richesse historique et comment elle contribuera au patrimoine national? À moins de la transformer en musée? Rien à voir avec les autres demeures historiques qui ont définitivement un charme et valeur différents. Un projet urbain bien conçu et respectueux de l'environnement ne ferait qu'enrichir la valeur de toute la région... À condition que les promoteurs respectent bien les normes de sécurité et de leur voisinage immédiat: c'est la où le bat blesse!

Saliba Nouhad

02 h 26, le 01 avril 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Une vieille bâtisse moche et inutile: on aimerait expliquer sa richesse historique et comment elle contribuera au patrimoine national? À moins de la transformer en musée? Rien à voir avec les autres demeures historiques qui ont définitivement un charme et valeur différents. Un projet urbain bien conçu et respectueux de l'environnement ne ferait qu'enrichir la valeur de toute la région... À condition que les promoteurs respectent bien les normes de sécurité et de leur voisinage immédiat: c'est la où le bat blesse!

    Saliba Nouhad

    02 h 26, le 01 avril 2017

  • La Grande Brasserie du Levant si moche n'a rien de beau ou de vraiment historique . Illogique de la garder .

    Antoine Sabbagha

    22 h 14, le 31 mars 2017

  • EST-CE UN MONUMENT TOURISTIQUE OU PRESERVE QU,UN BATIMENT D,UNE BRASSERIE ? L,ILLOGISME A DEPASSE LES BORNES DU LOGIQUE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 40, le 31 mars 2017