X

Liban

Sommet arabe : Cinq ex-dirigeants libanais prennent de vitesse Aoun et Hariri

Sommet de Amman

Sleiman, Gemayel, Salam, Mikati et Siniora adressent une lettre aux chefs d'État arabes.

Yara ABI AKL | OLJ
29/03/2017

À la veille du sommet arabe de Amman, les anciens présidents de la République Michel Sleiman et Amine Gemayel, ainsi que les ex-Premiers ministres Tammam Salam, Nagib Mikati et Fouad Siniora ont adressé une lettre au secrétariat général de la Ligue des États arabes, en vue de la remettre aux chefs d'État et de gouvernement participant à la réunion de Jordanie prévue aujourd'hui.
Cette démarche, qui prend le contrepied de la position officielle libanaise telle qu'exprimée par le président Michel Aoun, est intervenue avant même l'arrivée en Jordanie de la délégation libanaise, formée notamment de M. Aoun et du chef du gouvernement, Saad Hariri.

 

(Lire aussi : Au sommet arabe, la délégation libanaise parle d’une seule voix)


Si les signataires de la lettre n'ont pas voulu révéler son contenu, « pour ne pas provoquer de tollé dans les milieux politiques », selon les termes d'un proche de l'un des signataires, des sources bien informées ont indiqué hier à L'Orient-Le Jour que le message met l'accent sur l'importance du respect de l'accord de Taëf, du renforcement des structures du vivre-ensemble libanais et du rejet des armes illégales. Les anciens présidents et Premiers ministres réitèrent en outre leur soutien à la déclaration de Baabda (11 juin 2012) qui stipule la distanciation du Liban par rapport aux axes régionaux. Ils renouvellent aussi l'attachement à l'unanimité et à l'identité arabe, ainsi qu'aux résolutions du Conseil de sécurité portant sur le Liban.
Outre le fait que la lettre émane de cinq ex-dirigeants du pays, la missive revêt une importance dans la mesure où elle est adressée aux chefs d'État arabes à la veille du discours de Michel Aoun devant ses homologues. Le chef de l'État, qui prononcera son allocution en présence du Premier ministre, Saad Hariri, avait assuré hier en Conseil des ministres qu'il portera aux Arabes un message de paix.

Les anciens chefs d'État et de gouvernement s'adressent aux Arabes plus d'un mois après le soutien apporté par Michel Aoun aux armes du Hezbollah. Dans un entretien accordé à la chaîne égyptienne CBC, M. Aoun avait estimé que l'arsenal du parti chiite n'affaiblit aucunement l'État et devrait être maintenu tant que des terres libanaises restent occupées par Israël. Une position à laquelle Saad Hariri s'est opposé catégoriquement. À plusieurs reprises, le chef du gouvernement a réitéré son hostilité au maintien des armes « illégales », mais tout en affirmant chercher à surseoir à ce désaccord avec le chef de l'État.
À l'heure où l'on croit dans certains milieux que Michel Aoun et Saad Hariri parviendront ensemble à améliorer les relations du Liban avec son entourage arabe, d'autres sont plus pessimistes. Selon eux, la lettre des anciens chefs d'État et de gouvernement est un camouflet porté à MM. Aoun et Hariri.
Mais dans les milieux proches des signataires, on ne veut pas s'attarder sur cet aspect. Une source bien informée indique dans ce cadre à L'OLJ que des copies de la lettre ont été remises au président de la République, au chef du législatif et au Premier ministre, ils sont donc informés de sa teneur. Dans les mêmes milieux, on assure que les cinq personnalités ont contribué à la rédaction de la lettre et qu'ils ont pris cette initiative au vu des dangers qui menacent le pays, à la lumière d'un déséquilibre engendré par les propos de Michel Aoun en faveur d'un camp politique (le 8 Mars).

 

(Lire aussi : Les limites de la protection du Hezbollah au Liban)

 

 

Renforcer la position libanaise
Concernant d'éventuels messages politiques adressés à Michel Aoun et Saad Hariri, les sources proches des signataires tiennent à assurer qu'il ne s'agit aucunement d'affaiblir la position officielle. Loin de là. Les anciens dirigeants ont voulu la renforcer, dans la mesure où leur message rappelle les grandes lignes du discours d'investiture de Michel Aoun, applaudi dans les milieux politiques et diplomatiques arabes, note-t-on de même source, avant de faire valoir que le message vise également à rassurer les pays arabes sur l'existence d'un camp arabophile.
Un observateur politique estime que le message vient soutenir le mandat de Aoun, dans la mesure où les signataires se sont opposés à l'agenda de l'Iran dans le monde arabe, une position que M. Aoun n'est pas en mesure de prendre expressément, en tant que chef d'État qui se veut « rassembleur ».
Cet observateur ne manque pas, en outre, de relever un point important : à l'heure où le chef de l'État tient à afficher son accord avec Saad Hariri, Nagib Mikati a assuré les pays arabes de son adhésion à leur camp, après avoir été soupçonné de graviter dans l'orbite du Hezbollah, d'autant que le cabinet qu'il dirigeait n'incluait pas les formations du 14 Mars.

 

Lire aussi

Tempête en mer Morte, l'éditorial d'Issa Goraieb

À la veille du sommet de Amman, changement de position des pays du Golfe en faveur du Liban

Geagea exprime l'espoir d'une amélioration des relations entre le Liban et les pays du Golfe

 

Pour mémoire

Entre discours identitaire et constituante, le sort du Liban est en jeu

Le Hezbollah « rassuré » sur les développements en Syrie

« Pourquoi le Liban doit-il résister seul face à Israël ? » s’interroge Hariri

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Pour la énième fois, le prétexte de l'occupation israélienne de terres libanaises ne tient plus et n'a plus aucun sens. La Syrie ne reconnait pas la souveraineté libanaise sur les Hameaux de Chébaa et le demi-Ghajr. Quant aux collines de Kfarchouba, Israél avait dit et redit qu'il était prêt à évacuer ce mirador lorsque l'armée du Hezbollah ne le menace plus. CQFD

AIGLEPERçANT

Ces ex en mode parking savent ils que la 1701 implique 2 parties qui doivent exécuter en même temps leurs obligations ?

Ou alors ils s'en foutent comme de leur 1ere fonction ?

C'est pas rien que ces armes qui ont botté le derrière des usurpateurs puissent être conservees par les résistants du hezb.

Et comme ça une chance d'être publié ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CE N,EST PAS PAR HASARD QUE LA LIGUE ARABE N,A PAS MENTIONNE SPECIFIQUEMENT LA 1701 ET LES ACCESSOIRES IRANIENS, SACHANT QUE L,ONU ET LES INTERNATIONAUX... TRUMP EN TETE... S,EN OCCUPERONT TRES BIENTOT ! LE RUSSE A DEJA DEMANDE HIER AU HEZB DE SE RETIRER DE PLUSIEURS VILLES SYRIENNES ET DE SE PREPARER AU DEPART...

Talaat Dominique

les copies ont été remise à Aoun et Hariri avant ou après sa remise au secrétariat général de la Ligue des États arabes ??

ex-dirigeants ? Vraiment ex? Le pouvoir ne leurs manquent pas ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CES MISSIVES AURAIENT FAIT UN MEILLEUR ECHO SI ENVOYEES AUX NATIONS UNIES ET AUX GRANDES PUISSANCES ...

Bery tus

ce n'est qu'un commencement.. le futur est prometteur quoiqu'affirment les moumana3istes et leurs propagande !!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Cana, 23 ans après, le souvenir et les leçons

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.