X

À La Une

Arabes et juifs Israéliens "ensemble" contre des démolitions de maisons

Proche-Orient

Les membres de notre gouvernement "construisent un récit de la peur à des fins politiques".

OLJ/AFP
05/02/2017

Des Arabes et des juifs israéliens ont marché samedi soir dans l'unité dans le centre de Tel-Aviv pour appeler le gouvernement à stopper les démolitions de maisons d'Arabes israéliens construites sans permis, ces derniers leur étant rarement accordés.

Environ 1.000 personnes ont pris part à l'évènement, certains arborant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire en arabe et en hébreu "Juifs et Arabes ensemble", a constaté un journaliste de l'AFP.
A la tête du défilé figuraient des députés du parti de gauche Meretz et de la Liste unifiée, une coalition de différentes formations arabes israéliennes. Ils accusent le gouvernement de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu de mener une campagne contre des habitations illégales d'Arabes israéliens pour apaiser la colère des colons après la décision de la Cour suprême d'évacuer la colonie "sauvage" d'Amona en Cisjordanie occupée.

Des tensions ont éclaté le mois dernier lors d'une protestation contre la démolition de maisons dans le village bédouin d'Oum al-Heiran, dans le sud d'Israël, au cours de laquelle un policier et un Arabe israélien soupçonné de l'avoir attaqué ont été tués.
Les membres de notre gouvernement "construisent un récit de la peur (...) à des fins politiques", a dénoncé samedi devant les protestataires la députée Meretz Michal Rozin.

A la suite de l'ordre émis pour le démantèlement de la colonie juive d'Amona, M. Netanyahu avait affirmé en décembre sa volonté de s'attaquer aux constructions arabes non autorisées. "La loi doit être équitable, la même loi qui oblige à évacuer Amona oblige également à détruire les constructions illégales dans d'autres parties de notre pays", avait-il affirmé. "Par conséquent, j'ai donné l'ordre d'accélérer la démolition des constructions illégales (...) dans toutes les régions du pays, ce qui sera fait dans les prochains jours."
Les habitants d'Amona ont été évacués jeudi, et les logements devraient être démolis la semaine prochaine.

Les Arabes israéliens, qui sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d'Israël en 1948, ont la nationalité israélienne et représentent 17,5% de la population de l'Etat hébreu.
Ils se plaignent de discrimination et affirment notamment être obligés de construire leurs habitations sans permis, les autorités refusant de le leur accorder.

 

Lire aussi

Grève générale dans les localités arabes d'Israël

Netanyahu évite une évacuation de force d’une colonie sauvage en Cisjordanie

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

REVEIL TARDIF DES JUIFS CONTRE LES PRATIQUES HITLERIENNES...

M.V.

Si les arabes et les juifs sont contre des démolitions de maisons...Mabrouk..! cela veut dire , qu'il y a encore un peu d'espoir et de temps ...,pour expliquer ,qu'il vaut mieux construire des maisons que les détruire... même les habitants d'Alep ,de Palmyre, de Mossoul et d'ailleurs ,vous donneront raison à 200%...!

Ma Fi Metlo

Il ya bien sûr, aussi bien des arabes que des juifs de bonne famille.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

« La modération » de Saad Hariri et « l’extrémisme » de ses rivaux

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.