Syrie

Un nouveau bloc composé de groupes rebelles et du Front Fateh el-Cham voit le jour

L'ex-branche d'el-Qaëda et quatre groupes rebelles annoncent leur fusion au sein d'un groupe baptisé Tahrir al-Cham. 

Des rebelles à al-Rai, en Syrie, le 28 janvier 2017. REUTERS/Khalil Ashawi

Un nouveau bloc composé de groupes rebelles et du Front Fateh el-Cham a vu le jour samedi dans le nord de la Syrie, après que d'autres mouvements insurgés ont tourné leurs armes contre cette organisation jihadiste.

Dans un communiqué, Fateh el-Cham, l'ex-branche d'el-Qaëda, et quatre groupes rebelles, dont l'influent Noureddine al-Zinki, ont annoncé leur dissolution et leur fusion au sein d'un groupe baptisé Tahrir al-Cham (libération de la Syrie, en arabe).

Après la fusion de six factions jeudi au sein du mouvement Ahrar al-Cham, le plus puissant des groupes insurgés, deux blocs rivaux sont ainsi en train d'émerger: l'un emmené par Ahrar al-Cham, l'autre conduit par Fateh el-Cham.

Ces deux groupes étaient pourtant encore récemment alliés au sein d'une alliance surnommée Armée de la conquête qui combattait le régime de Bachar el-Assad dans les provinces d'Idleb (nord-ouest) et Alep (nord).

"Vu les complots qui secouent la révolution syrienne et vu la guerre interne (entre factions) et par souci d'unité, nous annonçons la dissolution des groupes suivants et leur fusion dans une nouvelle entité sous le nom 'Tahrir al-Cham'", indique le communiqué.

 

(Lire aussi : À Astana, l’entente sur la consolidation de la trêve masque un échec politique)

 

 

Outre Fateh el-Cham, le texte est signé de Noureddine al-Zinki, Liwa al-Haq, Front Ansar al-Din et Jaich al-Sounna, toutes des factions islamistes.

Ces factions n'avaient pas participé aux négociations de paix à Astana avec le régime en début de semaine sous le parrainage de la Russie et de la Turquie, contrairement à d'autres groupes rebelles.

Furieux de voir des rebelles participer aux négociations au Kazakhstan, Fateh el-Cham --désigné comme groupe "terroriste" par Washington et Moscou-- les a accusés d'avoir conclu un accord pour le combattre et "l'isoler".

Et dès la fin des négociations mardi, Fateh el-Cham a attaqué une base d'un groupe rebelle dans la province d'Idleb (nord-ouest) et les combats se sont propagés dans cette région ainsi que dans celle voisine d'Alep.

L'annonce intervient alors que des combats s'intensifiaient samedi dans la province d'Idleb, Fateh el-Cham s'emparant notamment de la localité d'Ihssem et du village de Dana qui étaient contrôlés par des groupes rivaux.

Considéré par la rébellion comme une force efficace dans la lutte contre le régime, Fateh el-Cham faisait l'objet depuis quelques mois de critiques de l'opposition politique, lui reprochant sa volonté hégémonique et d'avoir terni l'image de la rébellion en raison de ses liens avec el-Qaëda, bien qu'il ait renoncé à son affiliation à ce réseau en 2016.

Le conflit syrien, qui a fait plus de 310.000 morts, s'est complexifié en près de six ans avec la montée en puissance de groupes jihadistes et l'implication de plusieurs pays étrangers.

 

Lire aussi
Emmanuel Macron à « L’OLJ » : Les intérêts des chrétiens d’Orient ne sont pas liés à Assad

Les factions de l’opposition syrienne, entre optimisme et pessimisme face à une solution politique

L'État islamique martyrise à nouveau Palmyre

Obama en Syrie : autopsie d'un renoncement

Dans la Syrie en guerre, la solitude grandissante des personnes âgées

Les assiégés de Deir ez-Zor terrifiés par l'assaut de l'EI


Un nouveau bloc composé de groupes rebelles et du Front Fateh el-Cham a vu le jour samedi dans le nord de la Syrie, après que d'autres mouvements insurgés ont tourné leurs armes contre cette organisation jihadiste.


Dans un communiqué, Fateh el-Cham, l'ex-branche...

commentaires (3)

Khâââï ! Ils auront ainsi une prolongation de leur guerre civile de Six années de plus, tout comme ils avaient fait avec NOUS, Libanais, en prolongeant "la nôtre?" de QUINZE années ! Qh'âllâh y'ghâmîïïï....

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

13 h 01, le 29 janvier 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Khâââï ! Ils auront ainsi une prolongation de leur guerre civile de Six années de plus, tout comme ils avaient fait avec NOUS, Libanais, en prolongeant "la nôtre?" de QUINZE années ! Qh'âllâh y'ghâmîïïï....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    13 h 01, le 29 janvier 2017

  • Quel sera le patronyme de cette nouvelle création..?

    M.V.

    11 h 20, le 29 janvier 2017

  • Plusieurs poisons de couleurs différentes , trempés dans l'eau ne peuvent finir que par se dissoudre et disparaître en y laissant qu'un goût et une odeur nauséeuse à éradiquer.

    FRIK-A-FRAK

    09 h 36, le 29 janvier 2017