Rechercher
Rechercher

Syrie

Les assiégés de Deir ez-Zor terrifiés par l’assaut de l’EI

La situation humanitaire ne cesse d'empirer, notamment après la décision prise dimanche par le Programme alimentaire mondial (PAM) de cesser de larguer de la nourriture en raison des combats.

Un combattant de l’armée syrienne à l’aéroport militaire de Deir ez-Zor, dans l’est de la Syrie le 12 décembre 2014. Thaer al-Ajlani/AFP Archives

Au fur et à mesure que les jihadistes resserrent l'étau sur le réduit gouvernemental de Deir ez-Zor, les habitants terrifiés s'attendent à un massacre semblable à ceux ayant rendu tristement célèbre le groupe État islamique (EI) dans le reste de la Syrie. Assiégés par les jihadistes depuis le début de 2015, quelque 100 000 habitants survivent dans la partie tenue par le régime, qui représente un tiers de cette ville de l'est syrien.

Depuis samedi, l'EI mobilise de nombreux combattants pour s'emparer de la totalité de Deir ez-Zor, en ayant recours massivement à des bombes humaines. « Les civils sont anxieux et terrifiés. Ils craignent que l'EI ne rentre dans la ville, d'autant que les jihadistes accusent les habitants d'être des "malfrats du régime" », témoigne Abou Nour, 51 ans, dont la maison se trouve à un kilomètre seulement des premières lignes de l'EI. Joint par téléphone, il explique à l'AFP que les habitants vivent dans la hantise de la répétition des rapts et surtout des exécutions sommaires de masse que l'EI a commis dans cette riche province pétrolière. « La manière dont ils ont tué est profondément ancrée dans l'esprit des gens ici », souligne Abou Nour.

L'EI s'est rendu tristement célèbre par les méthodes barbares utilisées pour tuer des membres des forces du régime, des rebelles mais aussi des civils, notamment en les décapitant, en les brûlant ou en tirant sur eux des roquettes. Ainsi, lors de leur avancée sur la ville antique de Palmyre de 2015, ils avaient tué des dizaines de civils présentés comme des suppôts du régime, puis exécuté, en les filmant, des soldats dans le théâtre antique de cette célèbre cité. Selon un groupe de militants, l'EI a déjà commencé à mettre à mort des combattants du régime faits prisonniers ces derniers jours à Deir ez-Zor.

Ainsi Deir ez-Zor 24, un site publiant des informations sur la ville, a révélé que 10 soldats avaient été exécutés « en étant écrasés par des chars ». « Si l'EI s'empare des zones gouvernementales, il commettra des massacres. C'est une grande source d'inquiétude pour nous », s'alarme l'un de ses membres, Omar Abou Leila.

 

(Lire aussi : Syrie : avec ou sans les Américains à Astana ?)

 

Famine
Depuis le début de l'offensive, le groupe jihadiste a tiré des salves de roquettes sur les quartiers assiégés. « Cela fait des jours que des obus pleuvent sur nous », témoigne par téléphone Oum Inas, une autre résidente. « Les rues sont presque désertes car les gens craignent les obus qui n'épargnent personne », précise cette femme de 45 ans.

Selon elle, la situation humanitaire ne cesse d'empirer, notamment après la décision prise dimanche par le Programme alimentaire mondial (PAM) de cesser de larguer de la nourriture en raison des combats.
« Si la situation continue ainsi, la famine va provoquer des ravages. Les largages étaient notre bouée de sauvetage », s'inquiète Oum Inas.

L'aide apportée par le PAM depuis avril 2016 s'ajoutait à celle fournie, aussi par air, par le gouvernement et les Russes. Une source médicale dans la ville a indiqué à l'AFP que plus de 100 personnes avaient été blessées dans les derniers combats.

 

 

Lire aussi
Les factions de l’opposition syrienne, entre optimisme et pessimisme face à une solution politique

Après la mort d’un négociateur, Wadi Barada s’embrase à nouveau

Moscou et Ankara d’accord pour « coordonner » leurs frappes en Syrie

« Une guerre totale entre les Kurdes et Assad est peu probable »

Ce que Bachar el-Assad n’a pas dit aux médias français...


Au fur et à mesure que les jihadistes resserrent l'étau sur le réduit gouvernemental de Deir ez-Zor, les habitants terrifiés s'attendent à un massacre semblable à ceux ayant rendu tristement célèbre le groupe État islamique (EI) dans le reste de la Syrie. Assiégés par les jihadistes depuis le début de 2015, quelque 100 000 habitants survivent dans la partie tenue par le régime,...

commentaires (2)

tiens !! pas d'appels des occidentaux, des usa ????

Talaat Dominique

18 h 08, le 19 janvier 2017

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • tiens !! pas d'appels des occidentaux, des usa ????

    Talaat Dominique

    18 h 08, le 19 janvier 2017

  • La mobilisation médiatico humanitaire pour Deir Ezzor est étrangement différente que pour celle de Alep !! En Syrie, l'asl a condamné à mort l’un de ses commandants — un ancien officier de l’armée régulière syrienne en raison de ses déclarations en faveur de la Russie et de son rôle joué dans la crise syrienne. Une cour martiale liée à l’asl a destitué le général Mustafa al-Cheikh, au nom de ce qu’elle a qualifié de « trahison » et de « coopération avec l’ennemi . Mustafa al-Cheikh, intervenant vendredi dernier à une conférence de presse à Moscou, avait déclaré que « la Russie ne joue pas le rôle d’un colon en Syrie. » Il avait de même appelé à une intervention des forces russes dans toutes les régions syriennes, à l’image de ce qui s’est passé à Alep. Al-Cheikh avait également qualifié d’« inutiles » les actions des groupes armés syriens au cours des dernières années. Ces déclarations ont suscité l’ire des « opposants » armés syriens.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 16, le 19 janvier 2017