X

À La Une

Furieux, Donald Trump dénonce les "fausses informations" le liant à Moscou

Etats-Unis

Le président américain élu a toutefois admis, pour la première fois clairement, le rôle de la Russie dans les piratages du parti démocrate.

OLJ/AFP
11/01/2017

Le président élu américain Donald Trump a laissé éclater sa colère mercredi contre les "fausses informations" diffusées par des médias américains sur des liens allégués avec la Russie, tout en admettant le rôle de Vladimir Poutine dans les piratages du parti démocrate.

"Ce sont des fausses informations. C'est bidon. Ces choses ne se sont jamais passées. Et cela a été obtenu par nos adversaires", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse tendue à la Trump Tower de New York, réagissant à la publication par le site Buzzfeed de 35 pages de notes alléguant de liens entre l'entourage du milliardaire et le Kremlin.  (voir ici les documents publiés par BuzzFeed)
Selon ces documents, à l'authenticité incertaine, les services d'espionnage russes disposent également d'informations compromettantes ("kompromat") compilées au fil des années, notamment sur des rencontres avec des prostituées de l'homme d'affaires à Moscou. Le Kremlin a nié l'existence d'un tel dossier.

 

 

 


Le milliardaire new-yorkais, visiblement furieux de la diffusion de ces allégations, a volé dans les plumes du site Buzzfeed mais aussi d'un reporter de CNN. La chaîne d'information n'a pas publié les 35 pages mais a rapporté mardi que les chefs du renseignement américain en avait présenté un résumé de deux pages vendredi dernier lors d'une rencontre avec M. Trump, ce que son entourage a démenti.
Ces notes ont été rédigées de juin à décembre 2016 par un ancien agent du renseignement britannique pour le compte d'opposants politiques au candidat Trump. Elles circulaient depuis des semaines à Washington, notamment dans plusieurs médias qui tentaient d'en confirmer les éléments indépendamment.

"En ce qui concerne Buzzfeed, qui est un tas d'ordures sur le déclin, ils vont en subir les conséquences, ils les subissent déjà", a prévenu le président.
Le futur commandant en chef s'en est aussi pris aux services américains, se demandant à haute voix s'ils n'étaient pas la source des fuites de ces notes à Washington.
"Je pense que c'est scandaleux, scandaleux, que les agences de renseignements aient permis (la publication) d'une information, qui s'est révélée être erronée et fausse", a-t-il dit. "C'est le genre de choses que l'Allemagne nazie faisait".

Réagissant aux propos de Donald Trump, la Maison Blanche a estimé que les critiques du président élu à l'encontre des services de renseignement sont "très malavisées".

 

(Lire aussi : Mémos sur Trump : le "kompromat", version russe du chantage par compromission)

 

Poutine
Le successeur de Barack Obama a toutefois admis, pour la première fois clairement, que la Russie de Vladimir Poutine avait bien commandité le piratage informatique du parti démocrate d'Hillary Clinton pendant la campagne électorale. La divulgation sur Wikileaks de milliers de messages avait grandement déstabilisé la candidate.
M. Trump doutait jusqu'à présent du consensus du renseignement américain, qui a publiquement accusé le président russe d'avoir lancé une campagne de piratages et de désinformation pour discréditer la démocrate et doper les chances du candidat républicain.
"En ce qui concerne le piratage, je pense que c'était la Russie", a déclaré M. Trump, ajoutant immédiatement: "Mais je pense aussi que nous avons été piratés par d'autres pays, d'autres gens".

Cela dit, il n'a pas modifié sa ligne consistant à prôner un rapprochement avec Moscou, encore récemment sanctionné par Barack Obama en décembre pour ses cyberattaques.
Poutine "ne devrait pas faire cela. Il ne le fera pas. La Russie aura beaucoup plus de respect pour notre pays quand je le dirigerai que lorsque d'autres gens le dirigeaient", a promis le républicain.

 

(Repère : Piratages par la Russie durant la campagne présidentielle américaine : ce que l'on sait)

 

Conflits d'intérêts
Le milliardaire a également annoncé lors de cette conférence de presse d'environ une heure, devant plus de 250 journalistes, qu'il confierait la direction de l'organisation familiale à ses fils adultes Eric et Donald Jr., ainsi que d'autres mesures destinées à empêcher d'éventuels conflits d'intérêts.

Une avocate du milliardaire a dévoilé un catalogue de réformes, notamment la promesse que les bénéfices issus de clients gouvernementaux étrangers résidant dans ses hôtels seraient donnés au Trésor américain.
L'organisation Trump renoncera à tout nouveau contrat à l'étranger, et les contrats aux Etats-Unis devront être approuvés par un conseiller éthique nommé à la direction du groupe, une nébuleuse non cotée en Bourse, avec des activités dans 20 pays, de l'Ecosse à Dubaï via les Philippines, de l'hôtellerie au mannequinat en passant par les clubs de golf et les gratte-ciel résidentiels.

L'homme d'affaires restera actionnaire des multiples entités de la Trump Organization mais démissionnera de toutes ses fonctions, et ne participera pas à sa gestion.
"Mes deux fils, ici même, Don et Eric, vont diriger l'entreprise", a déclaré Donald Trump. "Ils n'en parleront pas avec moi".

La fille du magnat Ivanka, qui était comme ses frères vice-présidente de l'organisation, quittera aussi la direction pour se consacrer à ses jeunes enfants à Washington, où elle et son mari, Jared Kushner, vont déménager. Le gendre du président a été nommé haut conseiller à la Maison Blanche.

 

Lire aussi

Représailles informatiques ou non? Le dilemme américain face à Moscou

La guerre hybride de la Russie contre l’Occident

Comment Trump joue (déjà) à l’apprenti-président

 

Pour mémoire

Trump loue "l'intelligence" de Poutine face aux sanctions d'Obama

Décision surprise de Poutine de ne pas expulser de diplomates américains

Trump ne croit pas que Moscou ait cherché à le faire élire

Le Kremlin et les élections américaines

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAS DE FUMEE SANS FEU...

Jaber Kamel

HONTE À L'AMÉRIQUE D'ÊTRE TOMBÉE AUSSI BAS.

NE PAS SUPPORTER LA DÉFAITE DE CETTE FAÇON EST HONTEUX.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.