Conséquences pour le régime

La Syrie d’Assad, nouvelle Corée du Nord ?

Des soldats du régime syrien dans le quartier alépin de Jisr al-Haj, hier. George Ourfalian/AFP

Elle aura été un tournant majeur dans le conflit syrien. La bataille d'Alep, qui vivait ses dernières heures hier, a finalement été remportée par le régime syrien et ses alliés russes et iraniens.
Deuxième ville de Syrie, Alep représente avant tout un gain symbolique sans précédent pour Damas, qui peut aujourd'hui se targuer de contrôler la « Syrie utile », soit Damas, Alep, Homs, Hama, Lattaquié et le reste du littoral. Cette victoire, éclatante pour le président syrien Bachar el-Assad, mais aussi et surtout pour ses alliés sans lesquels ce succès n'aurait jamais été possible, est en revanche un échec cuisant pour les différents groupes armés antirégime qui se retrouvent principalement cantonnés dans la province d'Idleb. Il reste, certes, de nombreuses zones qui échappent au contrôle du régime syrien, comme dans la Ghouta orientale par exemple, mais les grandes villes n'en font plus partie.

Priorités
Il n'est pas difficile de prévoir que la reprise des quartiers rebelles d'Alep par l'armée syrienne aura un effet boule de neige, et que la province d'Idleb est le prochain objectif sur la liste de Damas, Moscou et Téhéran, en tout cas de manière théorique. Plus de 50 000 combattants s'y trouveraient, avec leurs familles. Toutefois, l'armée syrienne aura probablement fort à faire du côté de Palmyre au préalable, reprise par l'État islamique le dimanche 11 décembre, après quatre jours seulement d'une offensive surprise.

 

(Lire aussi : Alep 2011-2016 : requiem pour une ville)

 

Mais les frappes aériennes dans la province d'Idleb vont certainement se poursuivre, ne serait-ce que pour affaiblir le plus possible les groupes antirégime, préparant le terrain à une offensive d'envergure pour en reprendre le contrôle. Car contrairement à Alep, la province d'Idleb est dominée par des groupes jihadistes et salafistes, notamment Fateh al-Cham et Ahrar al-Cham, explique Thomas Pierret, chercheur à l'université d'Édimbourg. Si les violences à Alep ont suscité l'indignation de la communauté internationale, mais sans plus, une campagne militaire majeure à Idleb ne devrait rencontrer aucune objection. « La rhétorique de la lutte contre le jihadisme, qui est un prétexte totalement faux à Alep, va pouvoir être utilisée ici pour justifier des bombardements intenses qui vont forcément tuer des civils », estime le chercheur.

Plusieurs autres régions et localités représentent des priorités pour le régime, comme al-Bab, dernier fief de l'EI dans la province d'Alep et dans lequel l'armée turque et ses alliés sont entrés le 10 décembre, probablement dans le cadre d'un accord tacite avec Damas. Ce développement pourrait convenir au président Assad, qui aura éventuellement besoin que les Turcs ferment la frontière, voire qu'ils s'occupent du transfert des futurs réfugiés fuyant Alep, souligne Fabrice Balanche, géographe spécialiste de la Syrie, alors que la Turquie a annoncé mardi la création, justement, d'un nouveau camp de déplacés pour ces civils. « Peut-être même que la Turquie créera une safe zone du côté du poste-frontière de Bab al-Hawa pour les réfugiés », remarque-t-il.

De même, le régime et ses alliés devraient chercher à désenclaver les deux localités chiites de Fouaa et Kfarya, assiégées par des groupes insurgés, sous contrôle du régime dans la province d'Idleb. L'Iran aurait d'ailleurs fixé une nouvelle condition à l'évacuation des civils et rebelles à Alep hier, exigeant qu'elle ait lieu en même temps que celle de blessés à Fouaa et Kfarya.

 

(Lire aussi : (L)armes fatales, l'édito de Ziyad MAKHOUL)

 

Crimes de guerre
Au niveau diplomatique, les retombées de la bataille d'Alep devront probablement se faire attendre. Plus que jamais en position de force sur le terrain, grâce notamment à l'aviation russe et à l'aide iranienne, il reste encore au régime syrien à être réhabilité sur la scène internationale, d'autant plus qu'il est sous l'emprise de sanctions sévères issues de toutes parts. Ce qui s'annonce problématique pour de nombreux gouvernements, surtout occidentaux, juge M. Pierret, « même avec des directions politiques nouvelles ou différentes », et ce en raison des nombreux crimes de guerre dont s'est rendu coupable le régime Assad.

Même son de cloche pour M. Balanche, lequel met en avant les changements que connaîtra la politique américaine en Syrie avec la nomination de Donald Trump, ainsi que celle de son secrétaire d'État, Rex Tillerson, proche du président russe Vladimir Poutine. Mais tant que Bachar el-Assad restera au pouvoir, une réintégration du régime alaouite au sein de la communauté internationale reste aléatoire. La Syrie finira-t-elle, pour autant, isolée du reste du monde, à l'instar de la Corée du Nord, enferrée dans des sanctions économiques? Ou bien se reconstruira-t-elle avec l'aide de ses alliés, lesquels lui auront permis de survivre, contre toute attente ?

 

Lire aussi

Salah el-Achkar : L’histoire retiendra qu’il y avait un groupe de jeunes qui ne réclamaient que la liberté

Mireille George Soufo : Les rebelles n’ont pas d’âme... Si tu viens pour me convaincre, tu ne viens pas me tuer

La Syrie d’Assad, nouvelle Corée du Nord ?

Après Alep, la nature de la guerre contre le régime pourrait changer

Pour Alep martyrisée, une promesse de mobilisation, quelques mots... et le silence

"Tout le monde a peur" à Alep, de nouveau dans l'enfer de la guerre

Alep-Est : « Je viens de brûler ma maison pour que personne ne puisse en profiter »

Le sort d'Alep fait ressurgir les fantômes de Sarajevo et Grozny

Les cris de détresse des civils d'Alep-Est, en vidéos

Silence de mort dans la vieille ville d'Alep, défigurée par la guerre

Des ONG appellent à l'évacuation sécurisée des journalistes d'Alep-Est

 

Diaporama

Terre brûlée et gravats à perte de vue à Alep-Est : les images


Elle aura été un tournant majeur dans le conflit syrien. La bataille d'Alep, qui vivait ses dernières heures hier, a finalement été remportée par le régime syrien et ses alliés russes et iraniens.
Deuxième ville de Syrie, Alep représente avant tout un gain symbolique sans précédent pour Damas, qui peut aujourd'hui se targuer de contrôler la « Syrie utile », soit Damas,...

commentaires (6)

Syrie= Corée du Nord? Il faut espérer que divers intervenant du drame syrien auront pour le moins l'intelligence de ne pas laisser prospérer, faute d'aide adéquate, et peut être s'étendre "un chancre comme la Corre du Nord, épine au pied des plus puissants"

Chammas frederico

23 h 21, le 22 décembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Syrie= Corée du Nord? Il faut espérer que divers intervenant du drame syrien auront pour le moins l'intelligence de ne pas laisser prospérer, faute d'aide adéquate, et peut être s'étendre "un chancre comme la Corre du Nord, épine au pied des plus puissants"

    Chammas frederico

    23 h 21, le 22 décembre 2016

  • Pourquoi et depuis quand, "nouvelle" ? Wâlâââoû ! Elle l'est depuis qu'elle est bääSSyrienne.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 04, le 15 décembre 2016

  • Alep sera le nouveau STALINGRAD DES COMPLOTEURS ET LEURS AGENTS LOCAUX ET SOUS REGIONAUX.

    FRIK-A-FRAK

    08 h 51, le 15 décembre 2016

  • Ce n'est pas Alep la bataille majeur ,dans la guerre en Syrie ..car la mère des bataille , c'est la liquidation finale ,du terrorisme djihadiste sous toutes ses formes.....

    M.V.

    07 h 46, le 15 décembre 2016

  • SEULE LA MODE DES CHEVEUX DIFFERE...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 10, le 15 décembre 2016

  • IL FAUT DIRE A ETE REMPORTEE PAR LES RUSSES ET NON PAR LEURS ACCESSOIRES...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    06 h 43, le 15 décembre 2016