Rechercher
Rechercher

À La Une - Diaporama

Terre brûlée et gravats à perte de vue à Alep-Est : les images

Les soldats de Bachar el-Assad patrouillent dans les quartiers reconquis...

Dans la vieille ville historique d'Alep, l'armée est entrée mardi pour la première fois dans la célèbre mosquée des Omeyyades, transformée en champ de bataille avec des caisses remplies de munitions et des destructions partout dans la cour. AFP / George OURFALIAN

Des ruines, des immeubles détruits, des gravats à perte de vue, des bus en travers des routes et des civils qui fuient, leur maigres affaires dans les mains, alors que les soldats de Bachar el-Assad patrouillent dans les quartiers reconquis...

Alep-Est offrait le 13 décembre 2016 des images de désolation après quatre semaines d'une offensive foudroyante de l'armée syrienne qui a repris un à un les quartiers de l'opposition. Les rebelles ne contrôlent plus qu'une portion infime du territoire qu'ils avaient conquis en 2012. Dans la vieille ville historique d'Alep, l'armée est entrée mardi pour la première fois dans la célèbre mosquée des Omeyyades, transformée en champ de bataille avec des caisses remplies de munitions et des destructions partout dans la cour.

Mercredi, l'aviation du régime a mené des frappes aériennes sur la dernière poche rebelle d'Alep, alors que les violences ont repris de plus belle dans la deuxième ville de Syrie. Cette flambée de violences intervient alors les espoirs d'une évacuation rapide de milliers de civils affamés et assiégés dans le réduit rebelle ont été douchés.

En quatre semaines, l'offensive a coûté la vie à plus de 463 civils à Alep-Est selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, tandis que 130 civils étaient tués par des tirs rebelles à Alep-Ouest.

 

Les images :

 

 

Lire aussi

Alep-Est : « Je viens de brûler ma maison pour que personne ne puisse en profiter »

Les cris de détresse des civils d'Alep-Est, en vidéos

Silence de mort dans la vieille ville d'Alep, défigurée par la guerre

« Alep se meurt. Ceci est peut-être mon dernier message SOS »

 "Tout ce qu'ils connaissent c'est la guerre et les bombardements"

La dramatique échappée des familles d'Alep

À Alep-Est : « Croyez-moi, hier, j'ai compris ce que c'est que l'enfer »

Les quartiers prorégime d'Alep frappés aussi par la mort

Des ruines, des immeubles détruits, des gravats à perte de vue, des bus en travers des routes et des civils qui fuient, leur maigres affaires dans les mains, alors que les soldats de Bachar el-Assad patrouillent dans les quartiers reconquis...
Alep-Est offrait le 13 décembre 2016 des images de désolation après quatre semaines d'une offensive foudroyante de l'armée syrienne qui a repris un...

commentaires (3)

Tout comme ils avaient fait avec Bâïyroût, les Salauds aSSaSSins bääSSyriens Barbares et Vandales ! Tféhhh !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

16 h 58, le 14 décembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Tout comme ils avaient fait avec Bâïyroût, les Salauds aSSaSSins bääSSyriens Barbares et Vandales ! Tféhhh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    16 h 58, le 14 décembre 2016

  • NERON EST PASSE ! IL LUI MANQUE PEUT-ETRE LA GUITARE OU LE BOUZOK...

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 32, le 14 décembre 2016

  • Ne dit-on pas que le feu purifie . Surtout quand il s'agit d'éradiquer des bactéries aussi néfastes que celles là ? Tout sera reconstruit à l'identique avant le passage de ces bactéries wahabites , voir même en mieux. SEULE LA VICTOIRE EST BELLE.

    FRIK-A-FRAK

    13 h 34, le 14 décembre 2016

Retour en haut