Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

La demande d'ouverture du procès de l'assassin de Bachir Gemayel examinée 34 ans après

Une prochaine séance a été fixée au 3 mars 2017.

Nadim Gemayel (à la tribune) lors d'une cérémonie à Achrafieh, commémorant le 34ème anniversaire de l'élection de Bachir Gemayel à la tête de l'État. Photo d'archives Ani

La demande d'ouverture du procès de Habib Chartouni, principal accusé de l'assassinat de Bachir Gemayel,  tué le 14 septembre 1982 dans l'explosion d'une charge piégée qui avait détruit la permanence du parti Kataëb à Achrafieh, a été examinée vendredi par la Cour de justice, un tribunal d'exception dont les jugements sont sans appel et devant lequel les dossiers déférés sont considérés comme imprescriptibles. Une prochaine séance a été fixée au 3 mars 2017.

La Cour de justice a appelé M. Chartouni à se rendre dans les 24 heures. Pour rappel, Habib Chartouni, un militant du Parti syrien national social (PSNS, prosyrien) avait fui la prison de Roumieh à la faveur du chaos qui a régné après l'intervention armée de la Syrie au Liban, le 13 octobre 1990. Il sera jugé in abstentia.

"Nous continuerons à suivre le dossier de l'assassinat de Bachir Gemayel et nous recouvrerons les droits de tous les martyrs qui sont tombés avec lui", a déclaré Nadim Gemayel, député d'Achrafieh et fils de Bachir Gemayel, à l'issue de la séance du jour présidée par le président du Conseil supérieur de la magistrature, Jean Fahd. L'attentat ayant coûté la vie à M. Gemayel avait fait 32 tués et 62 blessés.

Exprimant sa confiance envers le nouveau mandat qui s'ouvre, M. Gemayel a déclaré qu'"il ne peut y avoir d'Etat ou d'institutions fortes sans justice".

"Nous continuerons à suivre ce dossier et nous espérons que la Cour de justice va rattraper ce retard", avait déclaré avant cette séance Solange Gemayel, la veuve de Bachir Gemayel.

 

 

Pour mémoire

À Bickfaya, une messe pour le 34e anniversaire de l’assassinat de Bachir Gemayel

Bachir Gemayel, le « rebelle avec une cause »

Le 23 août 1982, Bachir Gemayel était élu président de la République

La demande d'ouverture du procès de Habib Chartouni, principal accusé de l'assassinat de Bachir Gemayel,  tué le 14 septembre 1982 dans l'explosion d'une charge piégée qui avait détruit la permanence du parti Kataëb à Achrafieh, a été examinée vendredi par la Cour de justice, un tribunal d'exception dont les jugements sont sans appel et devant lequel les dossiers déférés sont...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut