X

À La Une

Bou Faour évoque les bienfaits thérapeutiques du cannabis

Santé

Le ministre de la Santé souligne la nécessité d'adopter une approche scientifique et économique pour "encadrer et légaliser" la consommation du haschich au Liban.

OLJ
19/11/2016

Le ministre libanais de la Santé, Waël Bou Faour, a évoqué samedi les bienfaits thérapeutiques du cannabis, plus particulièrement l'huile du cannabis, affirmant que plusieurs pays ont légalisé le recours à cette plante pour des besoins de santé. Selon lui, le Liban "est en train de rater une opportunité" en raison de sa politique qui criminalise l'usage du cannabis, soulignant la nécessité d'adopter une approche scientifique et économique pour "encadrer et légaliser" la consommation de cette plante.

Le chef du Parti progressiste socialiste (PSP), Walid Joumblatt a déjà appelé à plusieurs reprises les autorités libanaises à la légalisation de la culture du haschich, affirmant que cela représente "une formule de relève économique pour la Békaa, pour Baalbeck et pour le Hermel".

Selon le chef de la brigade des stupéfiants au sein des Forces de sécurité intérieure, le général Ghassan Chamseddine, environ 35 000 dounoums de haschich (3 500 hectares) sont plantés chaque année dans la Békaa centre et nord, dans les cazas de Baalbeck et Hermel, et dans une partie des cazas de Bécharré et Denniyé. "La production annuelle moyenne est d'une centaine de tonnes et le marché annuel de 60 millions de dollars environ", avait-il estimé en 2015.

Selon des cultivateurs de cannabis au Liban, le conflit en Syrie voisine a détourné l'attention de l’État et dopé le trafic avec une frontière devenue beaucoup moins contrôlée. L'armée détruisait auparavant chaque année quelques milliers d'hectares de cannabis dans la Békaa.
L’État avait mené des campagnes d'éradication, promettant des cultures alternatives. Mais depuis l'échec d'un programme de l'Onu il y a quinze ans, un bras de fer l'oppose aux cultivateurs qui réclament la légalisation de cette culture ancestrale.

Selon les agriculteurs, la demande a augmenté de plus de 50% depuis 2012, et la majorité du haschich est écoulée vers la Syrie.

 

Lire aussi

« Je ne savais pas qu'on pouvait faire plus d'un an de prison pour un gramme de hasch »

Walid Joumblatt et Nouh Zeaïter : quelques tweets, un peu de diplomatie et pas mal de haschisch

Planter le haschisch pour ne pas vivre dans l'humiliation

Pour ou contre la légalisation du cannabis : ils s'expliquent

Et si le cannabis était légalisé au Liban ?.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Il ne manquait plus que cela, dans notre beau pays, où l'Etat est absent, où l'on ne connait plus la discipline, où la corruption est omniprésente et où chacun fait ce qu'il veut, où il veut, quand il veut.
On sait trop bien que toutes les réglementations sont immédiatement et continuellement contournées par une grande partie des Libanais, dont c'est le sport national !
Il n'y a vraiment que le cannabis pouvant être cultivé dans la Békaa, le Hermel etc. ?
Ou est-ce la bonne odeur des dollars et profits faciles qui séduit ?
Irène Saïd

PAUL TRONC

Yeah man ! Un bon oinj du reggae et laisse couler. Kaya Kaya. ..

M.V.

ben voyons ! c'est connu le cannabis chez les fumeurs , provoque le cancer du poumon et diverses maladies cardiovasculaires ...moins vite que le tabac...donc en termes de santé publique ...il vaut mieux fumer du cannabis bio...pour décéder moins vite....!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants