X

Liban

Le lycée Montaigne à la recherche de « l’excellence pour tout le monde »

Éducation

Affilié à la Mission laïque française, l'établissement a inauguré ses nouveaux bâtiments en grande pompe hier, sous le haut patronage du ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Élias Bou Saab, et en présence de l'ambassadeur de France, Emmanuel Bonne.

22/10/2016

À Beit Chabab, sur les hauteurs du Mont-Liban, le lycée Montaigne a reçu hier de prestigieux invités et amis pour célébrer l'ouverture du nouveau bâtiment B, qui vient compléter un établissement existant depuis la fondation de cette école, en 1925. Après les hymnes nationaux libanais et français, fièrement entonnés par la chorale du lycée, les discours se sont succédé, entrecoupés d'un témoignage de Michael, élève de CM2, et de Chaké, la virtuose des CM1, qui a envoûté l'assemblée par son interprétation d'un célèbre tango au violon. Après avoir planté un olivier et dévoilé la plaque d'inauguration, les invités ont pu visiter les nouveaux locaux pour finir par un cocktail dans la cour de récréation.

 

Efficacité énergétique
Après 8 mois de travaux, l'architecte Raymond Aoun était fier de décrire pour L'Orient-Le Jour le projet qu'il a porté. Le bâtiment est organisé autour d'une rampe d'accès pentue, sans marche, visant à réduire les chutes des élèves et à fluidifier l'accès aux cours. Surtout, tout a été pensé pour garantir l'accessibilité aux élèves handicapés, car « l'excellence doit être possible pour tout le monde », comme l'a rappelé dans son discours Emmanuel Bonne, l'ambassadeur de France. Pour faire de l'établissement « un lieu de vie plus encore que d'apprentissage », une cuisine et une ferme pédagogique ont été créées. Une salle de sieste contribue également à « l'éveil » des enfants. Deux nouvelles cours de récréation séparent les différents niveaux, et un accès direct au préau de l'école a été aménagé pour les bus scolaires. Deux étages sont déjà occupés par les maternelles. L'an prochain, les élèves du primaire viendront également poser leurs cartables dans les étages supérieurs, pendant que ceux du collège garderont leurs vieilles habitudes dans le bâtiment A.
L'efficacité énergétique a également été prise en compte: double vitrage et salles de classe exposées au sud permettront une régulation naturelle de la température, pendant qu'un chauffage au bois permettra les ajustements nécessaires. Des panneaux photovoltaïques et un système de récupération des eaux pluviales viennent compléter le volet écologique de la construction.

 

Un laboratoire pédagogique
L'école de la Renaissance, fondée en 1925 par la famille Atallah, est devenue en 2012 le lycée Montaigne, toujours sous l'égide de la famille, qu'aucun des invités n'a manqué de remercier. L'établissement est homologué par l'Agence pour l'enseignement du français à l'étranger (AEFE) et affilié à la Mission laïque française (MLF), dont il suit le programme. Il accueille actuellement 490 élèves et s'est spécialisé dans l'apprentissage précoce de l'anglais ainsi que dans l'accueil d'élèves handicapés.

Le président de la MLF, François Perret, a rappelé les valeurs que portent son association et le lycée Montaigne: « Une éducation humaine, humaniste, laïque et tolérante. » Considérant la MLF comme une famille, il a usé d'une métaphore en se déclarant heureux d'assister à l'évolution de son dernier-né au Liban après celle du premier-né le 28 septembre (le Grand Lycée franco-libanais célébrait alors un évènement similaire). « Notre travail au Liban est aussi d'encourager une coexistence pacifique suscitant la curiosité plutôt que le rejet. » Et M. Perret de citer Montaigne, justement : « Chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage. »

Cette ode au multiculturalisme se reflétait dans l'assemblée: au premier rang se côtoyaient Amine Gemayel, Michel Murr, le ministre de la Culture Rony Arayji et celui de l'Éducation Élias Bou Saab. Très applaudi, ce dernier a par ailleurs évoqué les récentes évolutions politiques au niveau national. Il a également fait écho à Emmanuel Bonne en rappelant les relations fortes qui unissent la France et le Liban en matière d'éducation. Tout aussi solennel, le jeune Michael Khoury, en CM2, a conclu les discours : « Je suis sûr que le nouveau bâtiment vous plaira aussi. Nous, on aime les grandes baies vitrées parce qu'on voit la mer et qu'on pense aux vacances. »

 

Lire aussi

Inauguration des nouveaux bâtiments du Grand Lycée franco-libanais à Beyrouth

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué