Rechercher
Rechercher

Syrie

Russes et Occidentaux incapables de s'entendre pour "sauver Alep"

Paris dénonce les "crimes de guerre" perpétrés par "le régime syrien et ses soutiens" contre des hôpitaux et des écoles de la métropole assiégée.

Le Vénézuela et la Russie ont voté contre un texte défendu par la France. REUTERS/Eduardo Munoz

Russes et Occidentaux ont à nouveau étalé leurs divergences samedi à l'ONU, Moscou bloquant un texte français qui exigeait la cessation des bombardements qui font rage sur la ville d'Alep tandis que les Occidentaux rejetaient une contre-proposition russe.

La Russie, principal soutien du régime syrien, a mis son veto à un texte défendu par la France qui appelait à une cessation immédiate des bombardements sur la deuxième ville de Syrie, où sont pris au piège quelque 250.000 habitants soumis à une offensive d'envergure du régime de Bachar el-Assad depuis deux semaines.

Le texte français a recueilli l'adhésion de 11 des 15 pays membres du Conseil de Sécurité. Le Vénézuela, comme la Russie, a voté contre. La Chine et l'Angola se sont abstenus. C'est la cinquième fois que la Russie utilise son droit de veto à l'Onu concernant le conflit syrien, qui a déjà fait plus de 300.000 morts en cinq ans.

La Russie, principal soutien du régime syrien, a ensuite soumis au vote un texte concurrent, appelant plus généralement "à une cessation des hostilités, notamment à Alep" mais sans évoquer les bombardements.
Neuf des 15 pays membres du Conseil de sécurité ont rejeté ce texte, dont la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Le Venezuela, l'Egypte et la Chine ont voté avec Moscou en faveur du texte, tandis que l'Angola et l'Uruguay se sont abstenus.

(Lire aussi : Que peuvent faire les Occidentaux face aux Russes en Syrie ?)

Ces deux textes concurrents confirment une fois de plus la fracture entre Moscou et les Occidentaux sur la façon de régler le conflit syrien. L'ambassadeur britannique à l'ONU, Matthew Rycroft, n'a pas hésité à parler de "veto solitaire" de la Russie et de vote "cynique".

Le conflit a poussé des millions de Syriens hors de leur pays, dans les pays frontaliers mais aussi dans des embarcations de fortune à destination de l'Europe, provoquant la plus grave crise humanitaire depuis la Seconde guerre mondiale. La grande offensive menée depuis deux semaines par le régime de Bachar el-Assad, avec l'appui aérien de Moscou, pour reprendre la partie rebelle d'Alep qui lui échappe depuis 2012, lui a déjà permis de grignoter le territoire des insurgés sur trois axes.

Poursuite des combats à Alep

"La bataille se déroule au centre, notamment dans le quartier de Boustane al-Bacha où l'armée avance, dans le sud, à Cheikh Saïd, et à la périphérie nord, où le régime a pris le quartier d'Ouwayja", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).
Selon l'OSDH, 290 personnes, des civils pour la plupart - dont 57 enfants - ont été tuées dans des raids du régime et de son allié russe depuis le début de l'offensive le 22 septembre. Par ailleurs, 50 civils dont neuf enfants ont péri dans des bombardements rebelles sur les quartiers progouvernementaux.

(Repère : La Russie renforce sa présence militaire et son arsenal en Syrie)

Alors que Russes et Occidentaux se déchiraient à l'Onu les combats se poursuivaient samedi, les bombardements aériens se concentrant essentiellement sur les zones de combat, a rapporté le correspondant de l'AFP dans la partie rebelle.
La partie Est d'Alep a été ravagée par des bombardements d'une extrême violence, qui ont tué des centaines de personnes et détruit des infrastructures civiles.

A l'Onu, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a à nouveau dénoncé les "crimes de guerre" perpétrés par "le régime syrien et ses soutiens" contre des hôpitaux et des écoles à Alep, où 250.000 habitants sont assiégés depuis pratiquement plus de deux mois.
Depuis deux semaines, le régime syrien "a confirmé avec une brutalité inouie son objectif. Objectif qui n'a rien à voir avec la lutte contre le terrorisme, l'objectif c'est la capitulation d'Alep", a affirmé M. Ayrault. "Nous avons tous en mémoire Guernica, Srebrenica, Grozny. Ce qui se déroule à Alep est la répétition de cette tragédie".

L'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a lui défendu son propre texte en soulignant qu'il fallait dans ce conflit avancer "de façon parallèle et sans condition préalable". "Il faut relancer le processus politique entre Syriens, bloqué par l'opposition radicale", a-t-il plaidé.

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, avait averti jeudi que si l'offensive actuelle se poursuivait, Alep-est serait totalement détruit d'ici janvier. Il avait lui aussi montré du doigt la Russie.
M. de Mistura avait aussi proposé que les combattants de l'organisation jihadiste Front Fateh al-Cham (ex-Front Al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda) quittent les quartiers de l'est d'Alep et que le régime syrien et son allié russe suspendent leurs bombardements après le départ des jihadistes.
La Russie s'était dit "prête à soutenir" cette initiative si le Front Fateh al-Cham partait effectivement de la ville.


Lire aussi

VII- Jack, étudiant à Alep-Ouest : « Chaque matin dans le bus, nous essayons de ne pas penser à ce qui se passe de l’autre côté »

La Syrie, un dossier désespérant pour la diplomatie

L'histoire qui s'écrit à Alep, l'édito d'Émilie Sueur

Pourquoi Alep-Est est le laboratoire idéal pour Moscou

A Alep, une nageuse syrienne pleine de rêves fauchée par un tir rebelle


Russes et Occidentaux ont à nouveau étalé leurs divergences samedi à l'ONU, Moscou bloquant un texte français qui exigeait la cessation des bombardements qui font rage sur la ville d'Alep tandis que les Occidentaux rejetaient une contre-proposition russe.

La Russie, principal soutien du régime syrien, a mis son veto à un texte défendu par la France qui appelait à une...

commentaires (5)

Aucune force, aucune armee, aucun dictateur n'a pu résister aux peuples !! Cela depuis l'aube des temps ... l'histoire est remplis d'exemples mais la culture n'est pas donner à tout le monde le peuple syrien vaincra in fine

Bery tus

15 h 51, le 09 octobre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Aucune force, aucune armee, aucun dictateur n'a pu résister aux peuples !! Cela depuis l'aube des temps ... l'histoire est remplis d'exemples mais la culture n'est pas donner à tout le monde le peuple syrien vaincra in fine

    Bery tus

    15 h 51, le 09 octobre 2016

  • Paris dénonce les "crimes de guerre" perpétrés par "le régime syrien et ses soutiens" contre des hôpitaux et des écoles de la métropole assiégée AU LIEU DE DENONCER A LONGUEUR DE JOURNEE LES CRIMES DE GUERRE DU REGIME BASSYRIEN ET DE SES SOUTIENS QUE PARIS LIVRE DES MISSILES SOLS AIRS AUX RESISTANTS SYRIENS COMBATTANT LES HORDES BAASYRIENNES ET LES AVIONS DE CHASSE DES 2 GANGSTERS/TERRORISTES D'ETAT BASHAR ET PUTIN

    Henrik Yowakim

    14 h 34, le 09 octobre 2016

  • C'est qu'ils s'y croyaient vraiment les français de ayrault hollandouille. ... Si ces 2 rigolos croient raiment pouvoir influencer le monde , qu'ils nous parlent de leur tentative de conférence sur la Palestine à paris qui a tourné au fiasco . Il ya que 2 solutions à Alep la syrienne , soit on bombarde Moscou, soit on laisse Moscou éradiquer les bactéries au service des occicontaux. ..

    FRIK-A-FRAK

    11 h 07, le 09 octobre 2016

  • Un fois de plus la France de Normal 1er ....enregistre un fiasco diplomatique ...et c'est F.Hollande ,lui même qui a déclaré sans rire... qu'il veut garantir la sécurité du Liban...!

    M.V.

    07 h 34, le 09 octobre 2016

  • L,HYPOCRISIE DES UNS N,A D,EQUIVALENTE QUE CELLE DES AUTRES... ET LA RIGOLADE C,EST QU,HIER LE PORTE PAROLE DU REGIME SYRIEN A L,ONU A ACCUSE TOUS LES ETATS D,AVOIR DES TERRORISTES COMBATTANT EN SYRIE SANS MENTIONNER LA RUSSIE DONT LES TERRORISTES COMPOSENT LES 95 PCT DES BANDES EN ACTION... ET LE PEUPLE SYRIEN PAR LA FORCE DE DIEU RIRA LE DERNIER...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    06 h 47, le 09 octobre 2016