Moyen Orient et Monde

Que peuvent faire les Occidentaux face aux Russes en Syrie ?

La situation

Moscou menace les Américains en cas d'intervention ; Paris cherche à faire passer sa résolution au Conseil de sécurité.

08/10/2016

Trois mois. C'est le temps dont dispose Moscou pour essayer de renforcer sa position en Syrie avant l'arrivée d'un nouveau locataire à la Maison-Blanche. Le 45e président des États-Unis pourrait en effet se montrer plus agressif que son prédécesseur, Barack Obama, concernant le dossier syrien. Surtout s'il s'avère être une femme.
C'est pourquoi Moscou compte bien profiter de ces quelques mois où tout le pays est focalisé sur l'élection présidentielle et où le président sortant voit sa marge de manœuvre se réduire. En poursuivant sa politique de la terre brûlée à Alep qui vise à anéantir l'opposition armée sous prétexte de lutter contre les groupes terroristes. Et en faisant une nouvelle démonstration de sa force militaire, qui prend parfois des allures de provocation à l'encontre des Américains.

Ainsi, après avoir déployé ses batteries de défense anti-aérienne S-300 à Tartous la semaine dernière, Moscou, par la voix du général-major Igor Konachenko, a menacé d'utiliser ces missiles en cas d'intervention militaire américaine contre Bachar el-Assad. Et la Russie a encore renforcé hier son déploiement militaire puisqu'une corvette lance-missiles a traversé le Bosphore à Istanbul en direction de la Méditerranée. Preuve que ce qui se joue dépasse désormais la question syrienne et rappelle, à bien des égards, l'ambiance de la guerre froide, des agences de presse russes ont rapporté hier que Moscou envisage de rétablir une présence militaire au Vietnam et à Cuba.

 

(Repère : La Russie renforce sa présence militaire et son arsenal en Syrie)

 

La réaction des Américains se fait attendre. Mais les possibilités sont assez limitées puisque Barack Obama ne semble pas vouloir revenir sur sa décision de ne pas intervenir militairement contre M. Assad. « L'utilisation de la force militaire américaine contre le régime Assad aurait des conséquences significatives », affirmait cette semaine Josh Earnest, le porte-parole de Barack Obama. « Ce serait onéreux, cela mettrait en danger des vies américaines et il n'y aurait aucune certitude sur l'issue d'un tel conflit », a-t-il déclaré.

L'option militaire écartée, reste celle des sanctions multilatérales et de la pression diplomatique. Sous l'impulsion française, la machine diplomatique occidentale s'est mise en marche, multipliant les déclarations visant à dénoncer les « crimes de guerre » auxquels participe Moscou à Alep. « La Russie et le régime doivent au monde plus qu'une explication sur les raisons pour lesquelles ils ne cessent de frapper des hôpitaux, des infrastructures médicales, des enfants et des femmes », a tonné le secrétaire d'État américain, John Kerry, en réclamant, aux côtés du ministre français des Affaires étrangères, Jean Marc-Ayrault, « une enquête adéquate pour crimes de guerre ».

L'initiative française, qui consiste à faire adopter une résolution au Conseil de sécurité qui imposerait un cessez-le-feu à Alep, devrait être soumise au vote aujourd'hui. La résolution devrait prévoir la fin des raids, l'acheminement de l'aide humanitaire et l'arrêt du survol aérien militaire de la ville. L'objectif est d'isoler diplomatiquement la Russie pour la pousser à stopper ses bombardements.


(Lire aussi : Barack Obama pourrait opter pour de nouvelles sanctions)

Gagner du temps
Mais Moscou a d'ores et déjà annoncé qu'il mettrait son veto à cette résolution. « Je ne vois tout simplement pas comment nous pourrions laisser passer cette résolution (...) confectionnée à la hâte », a ainsi condamné Vitali Tchourkine, ambassadeur de la Russie à l'Onu. Les Russes justifient leurs bombardements par la présence des jihadistes du Fateh al-Sham (ex-Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda) dans la zone d'Alep-Est. « Si le Front al-Nosra avec toutes ses armes part en direction d'Idleb où ses forces principales sont basées, nous serons prêts à soutenir la proposition de (l'envoyé spécial de l'Onu en Syrie Staffan) De Mistura (qui consiste à stopper les bombardements dans le cas d'un départ des jihadistes) et serons également prêts à appeler le gouvernement syrien à l'accepter », a déclaré hier le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov à la chaîne de télévision publique russe Pervy Kanal.
S'ils ne sont pas majoritaires, les jihadistes du Fateh al-Cham combattent aux côtés des forces rebelles, particulièrement au sud de la ville, sous l'appellation de Jaïch al-Fateh. L'absence de soutien des Occidentaux aux forces dites « modérées » a permis à cette formation de gagner en importance et il est aujourd'hui peu probable de les voir quitter la région d'Alep. D'autant que cela affaiblirait la rébellion qui craint que Damas et ses alliés n'en profitent pour s'emparer de la totalité de la ville.

« Nous ne nous résignons pas (...) à ce qu'Alep soit rasée », a plaidé hier Jean-Marc Ayrault. Mais la pression internationale pourrait ne pas suffire à convaincre les Russes de calmer le jeu. Ces derniers vont chercher à gagner du temps pour que les forces loyalistes puissent continuer de progresser sur le terrain. Mais du temps, les quartiers est d'Alep en ont de moins en moins, selon Staffan de Mistura qui a prévenu jeudi « qu'à ce rythme, dans deux mois, deux mois et demi au maximum, la partie est d'Alep risque d'être totalement détruite ». Soit avant l'arrivée d'un nouveau locataire à la Maison-Blanche...

 

Lire aussi
VII- Jack, étudiant à Alep-Ouest : « Chaque matin dans le bus, nous essayons de ne pas penser à ce qui se passe de l’autre côté »

La Syrie, un dossier désespérant pour la diplomatie

L'histoire qui s'écrit à Alep, l'édito de Émilie Sueur

Pourquoi Alep-Est est le laboratoire idéal pour Moscou

A Alep, une nageuse syrienne pleine de rêves fauchée par un tir rebelle

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Ils peuvent faire même les russes et Corée du Nord et la Chine ne pourront pas suivre ... mais le serait il dans leur intérêts?!? Haha les russes font ce que les USA voulaient qu'ils fassent vous pouvez en etre certains et l'Avenir nous le montrera

Henrik Yowakim

Que peuvent faire les Occidentaux face aux Russes en Syrie ?

ASSEZ BLUFFEEE
CE QU'IL PEUVENT FAIRE C'EST DE LIVRER URGEMMENT DES MISSILES SOLS AIRS PORTABLES STINGERS AUX RESISTANTS SYRIENS
COMME ILS L'ONT FAIT AVEC LES MOUDJAHIDINE EN AFGHANISTAN LORS DE L'INVASION RUSSE DU PAYS
TOUT LE RESTE RELEVE DU CINEMA OU DU BAVARDAGE

Henrik Yowakim

LES OCCIENTAUX PEUVENT FAIRE BOCOUPS MAIS POURQUOI LE FERAIENT ILS ? ILS SONT BIEN DECIDEES A NE RIEN FAIRE ,EN LAISSANT FAIRE ET LAISSER PASSER LES CHARS ET LES AVIONS DE CHASSE RUSSES POUR CHASSER LES SUNNITES DE LEUR TERRITOIRE EN IRAK EN SYRIE ET AU LIBAN

LE TOUT ARROSEE DE LARMES DE CROCODILE DE FLORIDE

LES RUSSES ACHEVENT EN FAIT LE SALE BOULOT QUES LES OCCIDENTOS NE PEUVENT FAIRE EN TANT "QU'ALLIEES" FICTIFS DU MONDE ARABE : PARACHEVER L'AVENEMENT DU CROISSANT FORTILE CHIITE ENGLOBANT L'IRAK LA SYRIE ET LE LIBAN PAR LE BIAIS DU NETTOYAGE CONFESSIONNEL ET METTRE A GENOUX LES ARABES

A TEMOIN :KASSEM SOULEIMANI LE CHEF SUBLIMNE DES GARDIENS DE LA REVOLUTION ISLAMIQUE QUI AFFIRMAIT RECEMMENT QUE BAGDAD DAMAS ET LE LIBAN FONT PARTIE INTEGRANTE DE LA BASSE COUR IRANIENNE

AVEC LA COMPLICITEE DES "MODEREES" SUNNITES QUI
QUI SE DEMENENT COMME DES DIABLOTINS POUR FAIRE ACCEDER A LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 2 AGENTS PATENTEES LA SYROIRANIE :LE PISTACHIO FRANGI ET LE GENERAL DAJJAL

Ma Fi Metlo

En conclusion mr Samrani les occicontaux flanqués de leurs bactéries wahabites n'ont plus que les yeux pour pleurer sur leurs fiascos à répétition.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA OU EN SONT LES CHOSES ET AVEC LEURS HESITATIONS ET LEURS TERGIVERSATIONS... UN TROU DANS L,EAU !!!

M.V.

Le titre est bluffant ! ils ne peuvent rien faire de valable ...c'est même validité ...tant à Genève que militairement sur le terrain, d'autant, qu'ils sont avec la Turquie ...entrée illégalement en territoire syrien....Alors, pour faire respecter le droit ...les occidentaux ...sont plutôt dans une situation inconfortable de donneurs de leçons ...d'autant que "leurs djihadistes" baptisés rebelles ....sont loin de remporter une quelconque victoire..

Ma Fi Metlo

Nous annoncer la venue d'un nouveau locataire qui pourrait être une femme pour nous expliquer que la politique américaine pourrait changer est d'une malhonnêteté intellectuelle grave .

Cette locataire elle va faire quoi ? Un retour à la politique de bush ? Appliquer de nouveau ce qui explique la situation actuelle de bordel chaotique chez nous ?

Allons Mr Samrani vous avez un peu réfléchi avant d'écrire de telles énormités ?
En 45 seuls les yanky avaient la bombe A.
Aujourd'hui en 48h la terre est détruite, vous avez entendu parler des missiles balistiques atomiques ?
Les sanctions etc... déjà qu'on empêche la Corée du Nord de nous narguer avant de croire qu'on pourrait bombarder Moscou. Arrêtez un peu cette propagande malsaine , elle est infiniment plus dangereuse que ce que font les russes à Alep, Cad éradiquer les bactéries salafistes employées par l'occident.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,AVOCAT DU DIABLE :
L,HISTOIRE DE LA CRISE SYRIENNE ET DE L,INTERVENTION RUSSE DANS CE PAYS NE COMMENCE PAS EN SYRIE...
DE L,ALASKA, EN PASSANT PAR LA BALTIQUE, L,EUROPE DE L,EST, LA TURQUIE, L,UKRAINE ET L,ASIE CENTRALE UNE BARRIERE S,ERIGE POUR ASPHYXIER LA RUSSIE ET MENACER SON EXISTENCE MEME... CHASSER LE RUSSE DE SYRIE C,EST LE CONFINER A L,INTERIEUR DE CETTE BARRIERE... CONVOYER LES HYDROCARBURES DE L,ASIE CENTRALE VERS LA MEDITERRANEE ET DONNER LE COUP DE GRACE A LA PREMIERE SOURCE DE L,ECONOMIE RUSSE... COMME ILS FONT AUJOURD,HUI AUSSI POUR BRISER LES EXPORTATIONS DE BLE RUSSE...
PARTANT DE LA ON PEUT COMPRENDRE L,INTERVENTION RUSSE EN SYRIE ET SON ACHARNEMENT A DEFENDRE DE LA PLUS BARBARE MANIERE SES ACQUIS DANS CE PAYS TANT NECESSAIRES A SON EXISTENCE !
TOUT LE RESTE S,ANALYSE ET SE COMPREND EN PARTANT DE CE POINT...
ET L,APOCALYPSE CHEVAUCHE VERS LA TERRE !!!!!!!!!

NAUFAL SORAYA

Ils ont déjà foutu la m... une fois de plus... Que peuvent-ils faire encore?
Et puis les Russes ne font pas partie de l'Occident?

Tony BASSILA

Putin et la Russie vont payer cher leurs agissements inhumains contre les Aleppins. Des sanctions économiques plus dures encore devraient leur être imposées.

Assad Fakhouri

Les occidentaux ne peuvent rien faire. Les carottes sont cuites en Syrie.
Les russes sont bien installés, le criminel de Damas est doublement protégé (Russie et Iran)
les milices comme le Hezbollah les aident à nettoyer le terrain.
Les russes utilisent des bombes très performantes , capable de soulever un immeuble, pendant que l'ONU et OBAMA se lamentent et menacent timidement Poutine
Les élections russes ont nommé une nouvelle Douma et Poutine leur a demandé de faire de la Russie un pays fort
On a les russes à notre portes pour des années et le petit Hitler ne se gênera pas à venir semer la zizanie dans notre pays, favoriser des meurtres de libanais qui le gêne,
On peut remercier Obama et Ban au sourire béan d'avoir laissé Poutine mettre en place une puissance suffisante pour leur clouer le bec et les empêcher de tentative guerrière
On ne répétera assez jamais l'origine significative de la formation ex-KGB Poutine
Son ambition est de rattraper les années de déficit de la Russie et sa renommée depuis 1989, chute du mur d Berlin

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.