X

À La Une

Une "ville-refuge" pour le patrimoine menacé ?

Conférence

Le président de l'Institut du monde arabe, Jack Lang, a été chargé par le président français François Hollande d'organiser la conférence d'Abou-Dhabi à laquelle assisteront une quarantaine d'Etats les 2 et 3 décembre.

OLJ/AFP
09/10/2016

Un projet de "ville-refuge pour accueillir provisoirement des oeuvres menacées" pourrait être envisagé lors de la conférence internationale sur le patrimoine en danger prévue début décembre à Abou-Dhabi, a déclaré samedi l'ancien ministre français de la Culture Jack Lang.

Le président de l'Institut du monde arabe (IMA) a été chargé par le président français François Hollande d'organiser la conférence d'Abou-Dhabi à laquelle assisteront une quarantaine d'Etats les 2 et 3 décembre, en marge de l'achèvement du musée du Louvre Abou Dhabi. "Cette conférence internationale (...) est tournée vers l'action", a dit M. Lang à l'AFP en marge d'une conférence qu'il a donnée à Blois sur le sujet dans le cadre des Rendez-vous de l'Histoire. "Aujourd'hui, on verse des larmes, on s'inquiète, mais maintenant il faut agir. Agir pour contribuer à la sauvegarde des monuments de Syrie, d'Irak, du Mali, de Libye, et d'autres pays."
L'ancien ministre a assurer préparer pour la conférence "une série de propositions concrètes". Il a notamment indiqué vouloir "organiser un système de ville-refuge pour accueillir provisoirement des oeuvres menacées."

Par ailleurs, il a confirmé qu'il proposerait la création d'un fonds mondial pour la sauvegarde du patrimoine menacé qui pourrait réunir jusqu'à 100 millions de dollars, conformément à ce qu'avait annoncé le 21 septembre à New York François Hollande. "Il sera de statut privé" et accompagné de "dispositif d'incitation fiscale" afin de réunir "le maximum de mécènes", avait alors souligné le président français.
"A l'image du fonds international contre le Sida basé à Genève, qui est une réussite, il réunirait les contributions des Etats, des mécènes, des institutions culturelles, de l'Union Européenne, de la Banque Mondiale pour pouvoir financer les actions de prévention, de documentation et de restauration", a détaillé samedi à Blois M. Lang.

"Cette conférence est ambitieuse. Nous voulons qu'elle soit historique car pour la première fois, des Etats et la communauté internationale agiront avec détermination et force pour contribuer à la sauvegarde des monuments en péril dans les pays en guerre", a encore souhaité l'ancien ministre.
Du Mali à l'Afghanistan, en passant par l'Algérie, la Libye, la Syrie et l'Irak, de nombreux biens culturels ont été détruits par des groupes islamistes ces dernières années, qu'il s'agisse des mausolées de Tombouctou, de la cité antique de Palmyre ou des bouddhas géants de Bamiyan.


Lire aussi

Des trésors archéologiques détruits en Irak et Syrie exposés au Colisée

Des soldats d'Assad pillent aussi Palmyre

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants