X

Culture

Le Liban est-il plus francophone que les autres ? La preuve par 7...

Mois de la francophonie

« Alors que dans les autres pays, une seule journée est consacrée à la francophonie, au Liban elle est célébrée sur tout un mois », se sont extasiés la plupart des diplomates réunis autour du ministre de la Culture Rony Araïji au musée national pour l'annonce du programme du Mois de la francophonie, labellisé cette année « Musicalement vôtre ».

25/02/2016

Est-ce vraiment une particularité libanaise, cette trentaine de jours dédiés au partage du français, langue et valeurs confondues ? Il semblerait que ce soit le cas. « Le Liban est l'un des rares pays, pour ne pas dire le seul, qui célèbrent la francophonie sur tout un mois », indique Hervé Sabourin, le directeur de l'Agence universitaire de la francophonie (AUF) à Beyrouth. Ce rendez-vous consacré (depuis belle lurette) entre la langue et la culture françaises et celles du pays du Cèdre se traduit par un calendrier d'événements festifs, éclectiques et bigarrés qui s'échelonnent chaque année tout au long du mois de mars.
Cela fait-il du Liban le pays le plus francophone parmi ses pairs ayant la langue de Molière en partage ? Peut-être, par certains aspects. Et pas du tout par d'autres. L'Orient-Le Jour s'est d'ailleurs amusé à poser la question aux participants à cette conférence de presse. Leurs réponses sont plutôt « diplomatiquement » très positives – on s'est même demandé si notre pays n'était pas champion du monde... La preuve par sept...

Rony Araïji, ministre de la Culture
« Notre pays est indéniablement l'une des places prépondérantes de la francophonie. Pour des raisons géopolitiques et historiques, le français y est très développé mais il ne s'agit pas uniquement de la langue. Le Liban a épousé toutes les valeurs de la francophonie, son esprit et sa culture. Par contre, je ne vois pas dans quels domaines il est moins francophone que d'autres. »

Emmanuel Bonne, ambassadeur de France
« Je crois que L'Orient-Le Jour, par sa qualité, celle du français qu'il écrit et de l'information qu'il diffuse, montre que le Liban est profondément francophone. Chaque pays a une manière particulière d'être francophone. Celle du Liban serait son ouverture au monde, la diversité des influences qu'il reçoit et la diversité des langues qu'il parle dont le français reste une porte d'accès à l'universel. »

Alex Lenaerts, ambassadeur de Belgique
« Le Liban n'est pas seulement francophone. Il est multiple et c'est ce qui fait sa richesse. Par contre, je pense qu'il est bien plus arabophone. C'est la première langue qu'on entend parler par les Libanais entre eux. Même s'il se distingue parmi les pays de cette région par sa sensibilité francophone... »

Victor Mircea, ambassadeur de Roumanie
« Comparé à d'autres pays, je retrouve au Liban l'intensité de la francophonie. Et cela à tous les niveaux de la société civile, chez les jeunes, les moins jeunes. C'est vraiment une francophonie du cœur, dynamique, sincère et non de complaisance. Je ne pourrais pas dire à quel niveau il est moins francophone parce que c'est quelque chose que je ne ressens vraiment pas. »

Jaime Garcia Amaral, ambassadeur du Mexique
« Il est plus francophone que d'autres par sa position géographique et son histoire. Dans quelle mesure il l'est moins ? Je relève en tant qu'observateur étranger qu'il y a de plus en plus de gens qui parlent anglais... »

Olivier Bullion, conseiller politique près l'ambassade du Canada
« C'est dans la mesure où le Liban est un pays où le français n'est pas né, mais y a été importé qu'il est plus francophone que les autres. Parce qu'il a embrassé la langue française, il a embrassé la culture francophone et a su la promouvoir, cela le rend quelque part unique. Dans quelle mesure il serait moins francophone ? Le français y est une langue de culture et d'éducation, peut-être moins parlée dans les foyers et la vie courante... »

Nayla de Freige, directrice exécutive de « L'Orient-Le Jour » et présidente du Festival de Baalbeck
« C'est vrai qu'on a l'impression que le français régresse, mais au vu des chiffres d'abonnements à L'OLJ (papier ou web), on constate que sa dégradation au Liban est vraiment très restreinte. Voilà un signe que notre francophonie reste des plus fortes. Par contre, là où elle l'est moins, c'est au niveau de la qualité de l'enseignement de la langue qui a peut-être baissé. Mais cela semble être le cas partout ailleurs. »

 
---

 

Le top 5 de la rédaction

 
Vendredi 26 février : « Lecture musicale de "Ô nuit, ô mes yeux" ». Avec Clotilde Courau accompagnée du oudiste Ziad al-Ahmadieh (20h). Une création inédite pour le Mois de la francophonie qui fait se rencontrer les univers de la comédienne française et du musicien libanais autour des mots et des figures des grandes stars orientales tirés du livre de Lamia Ziadé.

Jeudi 3 mars : « 100 ans Dada ». Conférence au musée Sursock (à 18h) dans le cadre de « Swiss Art Talks » qui vous fera découvrir avec les créateurs de l'exposition « Dada Universal » présenté au Musée national suisse, l'extraordinaire aventure du dadaïsme, mouvement né à Zürich dans la première décennie du XXe siècle et dont Tristan Tzara, écrivain, poète et essayiste, sera le chef de file à partir de 1920 à Paris.

Vendredi 4 mars : « Lecture de "La Princesse au petit pois" ». 50 minutes de plongée dans l'un des contes les plus universellement populaires de H.C. Andersen. Une adaptation signée Édouard Signolet pour une commande de la Comédie-Française qui sera présentée à 18h, au théâtre Montaigne de l'Institut français et en 2e représentation, le jeudi 10 mars à 12h, à l'hôtel Palmyra de Baalbeck.

Vendredi 11 mars : concert de Delphine Bardin et l'Orchestre philharmonique. Au programme de la soirée qui se tiendra à l'église Saint-Joseph des pères jésuites (à 20h30) le concerto pour piano et orchestre n° 23 en la mineur de Mozart et la symphonie n° 104 de Haydn. Personnalité « extraterrestre » selon certains, réservée mais qui soudain se transfigure au piano et suscite l'enthousiasme par son toucher inspiré, Delphine Bardin est lauréate de la bourse Yvonne Lefébure puis de la Fondation Natexis Banque populaire. Elle est récompensée par le prix Clara Haskil en 1997 et couronnée du titre de « Rising Star » décerné par la Cité de la musique pour la saison 2001/2002.

Du lundi 21 au mercredi 23 mars  : « Le droit des réfugiés ». Concours de plaidoirie organisé par l'école doctorale de droit du Moyen-Orient à l'Unesco (Bir Hassan). Il s'agit d'une compétition de plaidoirie qui a pour objet de faire s'affronter, en français et/ou en arabe, des équipes d'étudiants (libanais contre égyptiens) autour d'un cas fictif touchant à une question de droit pertinente pour le Moyen-Orient. En l'occurrence « Le droit des réfugiés ».

Le programme du Mois de la francophonie est disponible sur le site suivant : http ://www.institutfrancais-liban.com/Beyrouth/Arts-audiovisuel/Mois-de-la-Francophonie-2016.


---

Ils ont dit

 

Rony Araïji : « Cette session du Mois de la francophonie s'ouvre ce vendredi 26 février une nouvelle fois à Beyrouth dans une joie et un engouement qui triomphent des conjonctures difficiles et démentent les mauvais augures (...) Les ponts que cette manifestation tend entre le Liban et les autres pays francophones se multiplient à travers les talents et la créativité de chacun des partenaires (...) La Nuit des musées, qui remporte l'adhésion de tous, s'étendra cette année à toutes les régions du pays et se tiendra le 8 avril, de 17h à 23h. »

Emmanuel Bonne : « Le slogan de cette édition, « Musicalement vôtre », illustre sa thématique générale, celle du français en musique, de la musicalité des mots, de la musique dans le vocabulaire. Tous ensemble, nous pouvons nous approprier la musique de notre langue commune, qui a été portée dans cette région par de grands hommes. Notamment Boutros Boutros-Ghali. À lui seul, il est l'exemple même du cosmopolitisme et de la capacité de cette région du monde non seulement à parler le français, mais aussi à atteindre le monde entier à travers cette langue (...) »

Alex Lenaerts : « C'est à travers la bédé, qui est la grande spécificité belge, qu'on peut insister sur le message positif de valeurs partagées entre francophones. Car la francophonie est plus qu'une langue commune, un esprit de tolérance et un refus du repli identitaire. »

Jaime Garcia Amaral : « Le Mexique s'est hissé depuis l'année dernière au rang de pays observateur de l'Organisation internationale de la francophonie. C'est pourquoi notre première participation au Mois de la francophonie sera une conférence qui expliquera les raisons de notre attachement à cette notion. »

Nayla de Freige : « Le rôle de L'Orient-Le Jour, seul quotidien libanais d'expression française, est actif concernant tout ce qui se déroule autour de la francophonie. Ce rôle ne se limite ni au partenariat avec le Mois de la francophonie ni aux seules rubriques culturelles, mais se traduit à tous les niveaux, dans toutes les pages et les publications de notre groupe de presse. Dans notre journal, on écrit en français, certes, mais avec une âme libanaise. »

 

Lire aussi
Liban : Quand la francophonie distingue l'entrepreneuriat au féminin

Un séminaire pour l'amélioration du français dans les universités

Le français, langue de débouchés professionnels ?

Treize jeunes Libanais à la découverte de la francophonie

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Raminagrobis

Que Dieu nous garde le Liban avec ou sans francophonie.

Georges Zehil Daniele

Sur les vols de la MEA si on demande à voir un film en français ou en anglais le sous-titrage est en ARABE.

Halim Abou Chacra

Franchement y a-t-il une langue plus délicieuse que la langue de Molière ?

Amal Watt

Depuis quelques temps déjà, la MEA, compagnie nationale après tout, ne projette plus aucun film en français sur ses vols, signe que la francophonie est en baisse au Liban?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué