X

Liban

L’alléchant mille-feuille sidonien livre de nouveaux secrets

Patrimoine

Sur le site de l'ancien collège américain à Saïda, la 18e année de fouilles a permis de dégager les vestiges de trois temples datant du Ier et du IIe millénaire avant J.-C., où scènes d'offrande et banquets allaient de pair.

10/09/2016

Le sous-sol de l'ancien collège américain, situé près de la Savonnerie Audi à Saïda, continue à dérouler l'histoire-fleuve de ce haut lieu de culte funéraire, qui a perduré depuis l'âge du bronze ancien jusqu'à la période médiévale.

Cette année encore, trois sanctuaires datant des époques phénicienne et cananéenne ont été exhumés. « Le site est exceptionnel et représente un intérêt majeur, particulièrement en ce qui concerne les cultes sacrificiels de l'époque cananéenne, qui reste largement inexplorée », déclare Claude Doumet Serhal, directrice des fouilles du British Museum à Sidon, depuis 1998.

 

Le temple cananéen
Précédemment, la mission archéologique du British Museum avait mis au jour le mur et le bâtiment officiel de la ville cananéenne (IIe millénaire avant J.-C.), ainsi que 53 tombes de guerriers, avec leurs armes et squelettes entiers, dont l'un est bardé de six broches en bronze et un autre, surnommé par les archéologues « Silver Man », a la tête cernée d'un bandeau en argent, la cheville et les bras enserrés de bracelets d'argent et de perles or et cornaline. Le tout parfaitement conservé grâce au sable.

Cette année, les spécialistes ont dégagé les vestiges de deux temples cananéens datant du bronze ancien. L'un d'eux semble « monumental ». C'est un bâtiment d'au moins 48 mètres de long, comportant plusieurs pièces, qui ont été explorées respectivement sur six mètres de long et sept mètres de large. Toutefois, il est impossible de déterminer leur largeur définitive, car elles se prolongent sous le niveau de la route adjacente au chantier du collège et sont inaccessibles aux archéologues. Dans une des salles, un autel recouvert de bois carbonisé et une quantité de bris de vaisselle de table ainsi que des restes d'animaux, moutons et chèvres, ont été découverts, « confirmant que les rites sacrificiels étaient associés à des pratiques alimentaires », souligne Claude Doumet Serhal. D'autre part, il ressort « avec certitude » que les coupes à boire et les vases à manger aux formes évasées prédominantes ont été délibérément brisés après les banquets. « Ne pouvant plus réintégrer le monde profane, la vaisselle faisait l'objet d'une destruction rituelle », dit-elle.

 

(Pour mémoire : À Sidon, une ville disparue qui n'a pas fini de livrer ses trésors)

 

Tabernacle et brûle-parfum
L'exploration du temple cananéen a livré un nombre d'objets, dont un lot de céramique miniature votive : un kernos, vase à offrandes composé de plusieurs récipients reliés entre eux ; un tabernacle portatif représentant un sanctuaire miniaturisé, dans lequel était placée une effigie divine, qui « dans la majorité des cas était la déesse de la fertilité Astarté/Anat et dont les attributs étaient le lion, la colombe, le croissant lunaire ou encore le palmier », fait-elle observer. Le tabernacle de Sidon est surmonté d'une tête de lion aux yeux taillés « en grains de café ». La langue, retrouvée cassée, était tirée pour permettre de verser un liquide à travers une ouverture percée au haut de la tête de l'animal. La porte du tabernacle comporte deux tenons, indiquant qu'elle pouvait être fermée par un battant.

Un brûle-encens portatif a été également découvert. « Par sa légèreté et l'étroitesse de sa poignée, il tient aisément dans la paume de la main et reste facile à manier. Les brûle-parfums en terre cuite, et plus tard les encensoirs de bronze sortis des ateliers phéniciens se répandront partout dans la Méditerranée », ajoute encore la chef de mission.

À l'extérieur du temple, là où les tombes ont été creusées, l'exploration d'une sépulture du IIe millénaire, construite en brique crue, a révélé les squelettes de deux enfants, de 12 et de 3 ans. À leur côté est déposé un récipient anthropomorphe en forme de buste, portant des attributs féminins avec la rondeur de deux seins. Son col étroit offre un motif à « collerette », évoquant un collier. Cet élément féminin, symbole de la mère, accompagnait les deux enfants dans leur voyage vers l'au-delà.

 

(Pour mémoire : Une salle pour les sacrifices rituels au cœur de Saïda)

 

Le temple phénicien
Là aussi, les Phéniciens ont installé leur temple et leurs tombes. Sous les pioches des archéologues a surgi un sanctuaire du XIIIe siècle avant notre ère. « Une période historiquement très importante, au cours de laquelle la côte levantine, y compris Ras Shamra-Ougarit, a été détruite par les Peuples de la mer », rappelle Claude Doumet-Serhal. Pourtant, le temple n'a pas été détruit.

« Il montre une remarquable continuité d'occupation ininterrompue jusqu'au VIIe siècle avant J.-C. », précise la directrice des fouilles. De nombreux objets, tels que la cuillère en albâtre peinte en rouge en forme de lotus, utilisée lors des cérémonies de culte ; un bâton en os décoré ; un collier en faïence de couleur, ainsi qu'un magnifique peigne en os gravé, ont été trouvés dans une pièce appartenant au temple. De plus, « on constate l'utilisation de la poterie locale ainsi que de la vaisselle importée de Grèce et fabriquée exclusivement pour l'exportation vers l'Orient. Elle est antérieure à la mise en place des rituels de banquets dans la mer Égée et en Italie », précise la spécialiste.

 

(Pour mémoire : Ces Durighello fous de Sidon !)

 

À l'abri depuis des siècles
En jetant son dévolu sur le terrain du collège américain, Claude Serhal a eu une bonne intuition. Le sous-sol du site s'est révélé être un mille-feuille historique de 15 000 m² expropriés autrefois par l'ancien directeur de la Direction générale des antiquités, l'émir Maurice Chéhab. « Sans aucune rupture », les strates superposées du byzantin, du romain, de l'hellénistique, du perse et plus loin encore ont livré un haut lieu de culte funéraire et une moisson d'informations sur la façon dont les civilisations antiques célébraient le culte rendu aux divinités et aux morts.

Et, cerise sur le gâteau, ce sont des pièces parfois extrêmement rares qui ont surgi de ce chantier en permanente évolution depuis 18 ans. Comme la statue d'un prêtre phénicien (VIe avant J.-C.) sculptée dans la pierre de sable. Seule effigie découverte au Liban depuis les années 1960. Il n'en existe que trois autres conservées au musée national de Beyrouth, provenant de Sidon (collection Ford), d'Umm el-Amad et de Tyr. Ou encore le signe en bronze de la déesse phénicienne Tanit/Astarté, daté du Ier millénaire avant J.-C. Une découverte rare, car le Liban n'en possédait jusque-là que deux : l'un issu du site de Sarepta (nord de Sarafand) et l'autre provenant des fouilles de Tyr. Une inscription phénicienne de dix lettres incisées sur une assiette, datée de la moitié du VIIIe siècle avant J.-C., aussi.

Vu l'absence quasi complète de textes phéniciens du début de l'âge du fer sur la côte libanaise, cette découverte est considérée comme unique, indique Claude Serhal. Ont également surgi du chantier une céramique crétoise, considérée comme « la plus ancienne importation jamais trouvée au Levant », et un gros lot de skyphoi (coupes à boire) à décor d'oiseau, importés de l'île grecque d'Eubée, dont « un cratère (760-750 av. J.-C.) issu de l'atelier du peintre de Cesnola qui n'a son pareil qu'au Metropolitan Museum de New York ». En plus de deux importantes structures du mur intérieur de la muraille de la ville médiévale, les excavations ont livré à ce jour près de 1 400 objets historiques qui seront exposés dans le musée du site, dont la construction est financée par le Fonds koweïtien.

Les travaux de fouilles, soutenus par la Cimenterie nationale sal et la Fondation Hariri, se poursuivant, ils pourraient encore dévoiler de nouveaux éléments et « enrichir nos connaissances sur notre passé », souligne Claude Doumet Serhal. « Une approche plus que nécessaire dans notre société actuelle divisée. Car cet aperçu historique jette un regard scientifique sur les racines millénaires des Libanais qui ont habité cette côte d'une manière continue et ininterrompue », conclut-elle.


 

Pour mémoire

Petites églises, ermitages, basiliques... Une autre manière de (re)découvrir Saïda et ses environs)

Lire aussi

Le musée de l'AUB célèbre cinq décennies de fouilles

La DGA aura désormais un droit de regard sur les collections privées

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Le cancre de la classe

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.