Le billet de Gaby NASR

Le culte du rien

Billet
Gaby NASR | OLJ
09/09/2016

Le temps passant, la classe politique a fini par créer un nouveau concept : comment déglinguer un pays sans tirer un seul coup de feu... Indiscutablement, le procédé devra être breveté au concours Lépine des meilleures inventions. D'autant plus qu'il ne nécessite aucun investissement puisque ses promoteurs n'ont qu'à se vautrer les doigts dans le nez, les orteils en éventail... et attendre que rien ne se passe.

« Rien. » Un mot qui mérite d'être gravé sur tous les frontons de la République, confirmé au fil des ans par la formidable capacité des barons communautaires à basculer d'un rien à un autre, avec d'autant plus de facilité que les premiers riens n'ayant rien donné, ils espèrent tirer des riens suivants le très recherché « moins que rien » ... Rideau.

Récapitulons : un président de la République? Surtout pas, puisque les Libanais se sont habitués à vivre sans. Le mieux serait de faire du palais de Baabda (tiens, voilà un mot qu'on n'entend plus ! ) un musée payant. Il assurerait au moins quelques rentrées d'argent, au lieu d'en coûter avec un locataire qui passera ses journées à enfiler les visiteurs.

Un gouvernement ? Complètement superflu depuis qu'il perd ses plumes au fil des mois, au point que Tonton Tamtam ne trouvera bientôt plus personne à qui parler « des-problèmes-de-l'heure-à-la-lumière-des-derniers-développements ». Et hop, un parc d'attraction, payant lui aussi ! On y organisera des journées « portes ouvertes », pendant lesquelles les curieux pourront admirer quelques ministres empaillés autour d'une table, sous les lambris et les mosaïques orientales.

Un Parlement ? Alors lui, il a décroché le pompon de l'insignifiance : une élection bidon tous les 15 ans, une rallonge bricolée tous les deux, un élevage futile de brimborions, qui en plus coûtent bonbon au contribuable.

Et voilà le travail ! L'un après l'autre, les mandats s'effilochent dans la décrépitude générale. Les institutions tombent en lambeaux l'une après l'autre, laissant sur le carreau un pays dépenaillé dont l'ultime carcasse constitutionnelle part en quenouilles.

Il est dur de raconter le vide sans tomber dedans.

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

On n'a rien avec rien. "Non, rien, rien de rien, non je ne regrette rien". (Edith Piaf).

RAISINS SECS

EX NIHILO

Peut on partir de rien ? à lire certains articles de certains journalistes à l'adresse de certains hurluberlus , on pourrait le croire .

Il ne s'agit pas de vous Gaby , non surtout pas ...
Bon Weekend !

M.V.

Pourtant... un petit rien habille mieux ... qu'une feuille de vigne farcie de vide ...(proverbe iranien )

Sam

Un vide vaut mieux qu'un rien qui fait semblant de ne pas être vide.
Nous voterions pour rien à cause de notre peur du vide ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE RIEN -DES RIENS- OU LE VIDE -DES VIDES- ? A VOUS DE CHOISIR PAR EXEMPLE : LE VIDE -DES RIENS- OU LE RIEN -DES VIDES- ! OU NEYEL HAL BALAD BHAL RIENS OU BHAL VIDES... A QUAND LE BON DEBARRAS ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le dossier des déplacés syriens au menu des entretiens de Merkel à Beyrouth

Les matchs d’aujourd’hui

  • Danemark
    Australie

    21/06

    15h00 (GMT+3)

  • France
    Pérou

    21/06

    18h00 (GMT+3)

  • Argentine
    Croatie

    21/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué