L’édito de Michel HAJJI GEORGIOU

Pour un Nuremberg syrien

L’édito
27/08/2016

Le rapport publié le 18 août par Amnesty International concernant le recours à la torture sur une « grande échelle » par le régime syrien dans ses prisons nous interpelle. Les témoignages des 65 ex-détenus dans la prison militaire de Saydnaya sont glaçants, terrifiants. Si bien qu'il est difficile de ne pas songer, face à la description de ces lieux que l'humanité a désertés, à cette inscription qui, selon Dante, orne la porte de l'Enfer : « Toi qui entres ici abandonne toute espérance. »
Ce rapport, qui fait état de « la cruauté la plus vile » pratiquée dans les geôles du régime, fait partie des milliers de documents qui attestent des crimes contre l'humanité commis par le régime Assad contre ses opposants depuis le début de la révolution, en 2011.

La communauté internationale aura été alertée du reste, et plus d'une fois, sur le niveau de barbarie de ce régime. L'effroyable dossier César – du nom du photographe de la police militaire syrienne qui avait fait défection en 2013 – élaboré par Human Rights Watch et comportant des clichés de milliers de cadavres victimes de la torture aurait déjà dû marquer durablement les esprits des dirigeants de la planète, au point de vouloir en finir avec Assad.
Il est difficile de ne pas penser aussi à la gigantesque crise des réfugiés et son impact économique et politique, qui va crescendo dans le monde, au point de provoquer, dans certains pays d'accueil, des réactions identitaires ; le genre de réponses pavloviennes qui auraient intéressé de très près feu l'académicien René Girard et sa théorie du pharmakos, ce bouc émissaire (innocent) qui devient un pestiféré sur lequel la société rejette collectivement la responsabilité de tous les maux et de tous les fléaux qui la ravagent...

Le rapport d'Amnesty coïncide par ailleurs avec la troisième commémoration de l'attaque chimique meurtrière contre la Ghouta et sa population, le 21 août 2013. Tous les efforts diplomatiques et politiques auraient dû être entrepris à l'époque, non pas pour mettre fin à la menace chimique et bactériologique du régime – largement compensée, depuis, par les apports militaires iraniens et russes, mais aussi par le raffinement artisanal des barils de poudre –, mais au régime lui-même et à sa manière de s'ériger en Léviathan possédant le droit de vie et de mort sur les Syriens, comme jadis sur les Libanais, du temps funeste de la tutelle.
Cela n'a pas été le cas, et le déluge de violence qui ravage la Syrie a depuis atteint le monde, avec le pullulement des excroissances de la violence assadienne, son autre face, les groupuscules islamistes comme l'État islamique – et leur propre lot d'atrocités.

Or il faudra bien, avant que cet enfer sur terre en Syrie ne devienne immanent – pour reprendre la formule du philologue George Steiner – et ne s'étende définitivement à l'ensemble de la planète avec son florilège d'épiphénomènes identitaires sanglants, travailler au plus tôt sur un Nuremberg syrien qui sanctionne les bourreaux et les assassins coupables de crimes contre l'humanité en Syrie – tous les criminels, dans un acte fondateur visant à restaurer les droits spoliés des victimes et mettre enfin un frein inhibiteur à la violence impunie qui ravage le Moyen-Orient depuis plus d'un demi-siècle.

À l'heure où il est de plus en plus question d'un règlement international de la crise syrienne, c'est la fin de l'impunité qu'il faudrait instaurer comme principe incontournable de toute solution, sans quoi l'on ne fait, in fine, que paver la voie à un éternel retour dans les abîmes chthoniens de l'enfer.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Marionet

Parlant de Nuremberg, je ne cesse de m'étonner que les libanais n'en aient pas éprouvé le besoin, ne serait-ce que pour entreprendre, enfin, ce travail de mémoire sans lequel l'avenir reste bloqué. Comment ne pas réclamer des comptes pour ces enlèvements, ces exécutions sommaires? Comment ne pas enquêter sur le pillage du port de Beyrouth et d'autres dépôts, sur les corrompus qui ont profité de l'anarchie pour "squizer" moins protégés qu'eux? Comment laisser impunis ces nouveaux riches, enrichis grâce aux passe-droits et trafics en tous genres?

Après la commémoration de l'élection de M. Béchir Gemayel (largement méritée), aurons-nous droit à la commémoration des massacres de Sabra et Chatila, après son odieux assassinat?

Puisque cet article est truffé de citations, rappelons que "la paille dans l'œil du voisin..."

Bery tus

Chapeau Mr comme tjrs .. je suis avec un Nuremberg et demi pour les 350000 morts en syrie et surtout pour Gebran Tueni, pierre Gemayel, samir kassir, georges haoui, walid eido, robert ghanem, wissam eid, mohamad chattah et tous les autres !!!

RE-MARK-ABLE

Interrogé par Skipe News, le président de l’osdh, instance médiatique de l’opposition syrienne pro occidentale estime quant à lui que « le rôle de daesh est désormais terminé pour la Turquie. Et l’opération de Jarablos n’est qu’un coup de théâtre destiné à couvrir l’entrée des forces turques en Syrie, dans le but de dissiper le rêve kurde d’une entité autonome ».

Selon abderahmane, les dirigeants de daesh sont conscients du changement de la politique turque sur sa frontière sud, raison pour laquelle ils ont donné l’ordre de se retirer de la ville.

« Ceci s’est passé après en avoir informé les renseignements turcs et avoir obtenu leur feu vert », a-t-il ajouté.

Selon lui, il n’y a eu que des combats légers dans la ville avec les éléments les plus extrémistes de daesh.

RE-MARK-ABLE

Le constat qu'on fait sur cet article c'est que le monde à bouger depuis le 1 er jour du complot alors que Michel H.G en est encore à ses fantasmes d'il y a 5 ans et demi .

Et pour l'amour du ciel Michel , arrêtons de répéter ces slogans de Nuremberg etc... comme pour montrer qu'on fait référence à quelque chose QUI NE NOUS CONCERNE PAS , A NOUS LES MOYENS ORIENTAUX .

NOUS AVONS NOTRE PROPRE HISTOIRE A ECRIRE AVEC NOS PROPRES REALITES ET DIEU SAIT QU'A CHAQUE JOUR SUFFIT SA PEINE.

MERCI DE PUBLIER PARCE QUE D'HABITUDE AVEC MICHEL H.G JE NE SUIS JAMAIS PUBLIE .

Hitti arlette

Amesty international ne possede et ne traite que l'unique dossier des axactions du regime ? Et ces hordes islamistes qui tranchent des tetes a tue-tete ? Ces hordes de moult nationalites venues des quatres coins du monde mettre la main a la pâte syrienne ne vous interpellent pas monsieur ? J aurai souhaite voir , ne serait ce qu une fois tout au long de votre article , le mot daech ou etat islamique .

Nabil Noujaim

Il faudrait au prealable un supernuremberg americain pour les defoliants chimiques largues par les boys sur le vietnam les sevices inhumains infliges aux soldats iraquiens par les memes boys a abou ghrib
Sans parler d Hiroshima .
Un supernuremberg pour lrs etats et responsables qui ont soutenu arme et finances les coupeurs de tetes etles esclavagistes qui ont raye la Syrie de la
carte de l humanite.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué