Rechercher
Rechercher

À La Une - Jeux olympiques

Rio 2016 : Usain Bolt dans l'Histoire

Wayde Van Niekerk s'est paré d'or sur 400 m et s'est emparé du record du monde sur la distance.

Neuf secondes 81 pour l'éternité. Le 100 m victorieux d'Usain Bolt est déjà entré dans la légende. AFP / OLIVIER MORIN

Neuf secondes 81 pour l'éternité. Le 100 m victorieux d'Usain Bolt est déjà entré dans la légende et l'Eclair laisse la piste au "grand" Kenyan David Rudisha (800 m) et au Français Renaud Lavillenie (perche), en quête d'un doublé olympique lundi.

Il reste des instantanés dans la nuit de Rio. L'immense ovation du stade Joao Havelange avant la course. Les simagrées et les gestes. Et le temps suspendu, ces quelques secondes de silence où 80.000 personnes sont focalisées sur une ligne droite et 8 bonhommes bloqués dans les starting-blocks.

Puis le coup de pistolet. Et Usain Bolt, bientôt 30 ans, qui s'envole après un départ poussif et s'en va chercher un troisième titre consécutif sur 100 m, ce qu'aucun sprinter n'avait fait avant lui. Bolt (9 sec 81) qui devance l'Américain Justin Gatlin (9.89) et le Canadien Andre De Grasse (9.91).

Et voilà le Jamaïcain en route vers un "triple-triple" qui passe par une victoire sur le 200 m et le 4x100 m, comme à Pékin en 2008 et à Londres il y a quatre ans. "Quelqu'un a dit l'an passé que si je le faisais, je deviendrais immortel. Alors deux médailles de plus et ce sera fait: immortel", a lancé Bolt après sa victoire.

Son palmarès XXL renferme déjà 7 titres olympiques. Il en veut neuf, ce qui ferait de lui l'égal de deux légendes de l'athlétisme, le Finlandais "volant" Paavo Nurmi et le grand Carl Lewis, au firmament des sportifs les plus titrés de l'histoire des Jeux en athlétisme.

 

(Lire aussi : Aux JO, un judoka égyptien battu par un Israélien refuse de lui serrer la main)

 

Van Niekerk plus vite que la locomotive
Au-delà du 200 m, dont les séries seront disputées mardi, et du 4x100 m, le monde de l'athlétisme s'interroge déjà sur le jour où Bolt quittera la piste, tant il incarne son sport, gangréné par les affaires de dopage. Il devrait être présent à Londres en 2017 pour les Mondiaux. Mais après ?

L'athlétisme se cherche des héros. Et ce ne sera pas Justin Gatlin, sifflé par le stade Joao Havelange pour son passé d'ex-dopé qui lui a valu 5 ans de suspension. "J'aime tout le monde, j'ai du respect pour tout le monde et j'aimerais que le public me respecte aussi", a souligné Gatlin, qui dit n'avoir "pas vraiment prêté attention" aux sifflets.

Et si Wayde Van Niekerk représentait l'avenir ? Agé de 24 ans, déjà sacré champion du monde 2015 à Pékin, il s'est paré d'or sur 400 m et surtout s'est emparé du record du monde du 400 m (43.03) que détenait "la locomotive de Waco" Michael Johnson depuis 17 ans (août 1999).

En attendant, deux des athlètes qui portent la discipline à bout de bras jouent leur statut lundi: David Rudisha sur 800 m et Renaud Lavillenie à la perche partent en quête d'un deuxième titre olympique consécutif, ce qui leur permettrait d'accéder au cercle des très grands.
Souvent blessé depuis son titre -- assorti d'un record du monde -- de 2012, Rudisha a abandonné une partie de sa vitesse. Mais sa science de la course est sans égal. Lavillenie a lui battu le vieux record du monde de Serguei Bubka, porté à 6,16 m en février 2014. Toujours maudit lors des Mondiaux en plein air (il est double champion du monde en salle), il a jeté son dévolu sur les Jeux.

 

(Lire aussi : Après son exclusion des JO de Rio, Nacif Élias confie à L'OLJ : "Je regrette ma réaction")

 

Klishina réintégrée
La soirée sera également l'occasion pour l'Américaine Allyson Felix d'écrire un peu plus son histoire, sur 400 m. L'athlète féminine la plus médaillée des JO (6 médailles dont 4 en or), championne olympique du 200 m en 2012 mais qui a échoué à se qualifier sur la distance pour Rio, voit là l'occasion de décrocher le titre sur le tour de piste.

Mais au milieu de cette course aux médailles, l'affaire du dopage russe n'en finit pas de troubler les compétitions d'athlétisme. Dernier épisode en date, le Tribunal arbitral du sport (TAS) a ordonné dans la nuit de dimanche à lundi la réintégration de la Russe Darya Klishina qui avait été exclue samedi de la compétition au terme d'un surprenant revirement de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF).
"Son appel a été accepté", a précisé le TAS. Klishina, qui participera à partir de mardi à l'épreuve du saut en longueur, sera donc bien la seule Russe dans les épreuves d'athlétisme aux JO de Rio.

Initialement épargnée, car elle s'entraîne depuis 2013 aux Etats-Unis, Klishina avait finalement été sanctionnée par l'IAAF sur la base d'une "nouvelle information", issue du fameux rapport McLaren sur le dopage d'Etat russe. Ces arguments n'ont pas été retenus par le TAS. Klishina doit prendre part mardi aux qualifications du saut en longueur. Comment sera-t-elle accueillie ?

 

 

Lire aussi
Aux JO, Israéliens et Libanais se disputent un bus

Neuf secondes 81 pour l'éternité. Le 100 m victorieux d'Usain Bolt est déjà entré dans la légende et l'Eclair laisse la piste au "grand" Kenyan David Rudisha (800 m) et au Français Renaud Lavillenie (perche), en quête d'un doublé olympique lundi.Il reste des instantanés dans la nuit de Rio. L'immense ovation du stade Joao Havelange avant la course. Les simagrées et les gestes. Et le...
commentaires (1)

Si les américains ne dominent plus les courses de vitesse c'est parce que les pays des caraibes ne permettent plus à leurs ressortissants de prendre la nationalité us pour des intérêts olympiques . Tous ces pays de la Barbade , Trinidad et Tobago , Jamaïque étaient les pourvoyeurs de personnes fantastiques comme Hussein Bolt , le jamaïcain et les filles championnes du monde des courses de vitesse .

FRIK-A-FRAK

12 h 36, le 15 août 2016

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Si les américains ne dominent plus les courses de vitesse c'est parce que les pays des caraibes ne permettent plus à leurs ressortissants de prendre la nationalité us pour des intérêts olympiques . Tous ces pays de la Barbade , Trinidad et Tobago , Jamaïque étaient les pourvoyeurs de personnes fantastiques comme Hussein Bolt , le jamaïcain et les filles championnes du monde des courses de vitesse .

    FRIK-A-FRAK

    12 h 36, le 15 août 2016

Retour en haut