Rechercher
Rechercher

Liban - Décryptage

La petite phrase de Nasrallah sur la présidence, une brèche ou un piège ?

Pour la première fois depuis le début de la vacance au niveau de la présidence de la République, le secrétaire général du Hezbollah a évoqué clairement la présidence du Conseil. Jusque-là, dans tous ses discours et ses entretiens télévisés, Hassan Nasrallah s'était contenté de parler de la présidentielle ou d'un package deal, sans entrer dans les détails. Samedi, dans le cadre de son discours à l'occasion de la fin de la guerre de juillet 2006, il a donc été plus clair que jamais au sujet du dossier présidentiel, assurant que s'il y a un consensus sur l'élection du général Michel Aoun, le Hezbollah est ouvert à toutes les propositions au sujet de la présidence du Conseil. En clair, Hassan Nasrallah a dit au courant du Futur et à Saad Hariri en particulier : si vous acceptez d'élire le général Aoun à la présidence, nous sommes disposés à étudier la possibilité de votre désignation à la tête du gouvernement. Le secrétaire général du Hezbollah a voulu ainsi se montrer positif et faire en quelque sorte avancer le dossier présidentiel, en le liant à celui de la présidence du Conseil, dans une volonté de donner un appât suffisamment intéressant pour convaincre le courant du Futur de voter pour Michel Aoun.

 

(Dossier spécial : Guerre de juillet 2006, dix ans déjà : quel bilan, quelles leçons ?)

 

Cette déclaration fait écho aux commentaires qui avaient circulé dans les médias à la suite d'une déclaration de l'ancien ministre Wi'am Wahhab, au sujet d'un mandat donné par le Hezbollah à Michel Aoun pour négocier la présidence du Conseil. Cette proposition n'avait pas alors eu l'effet escompté et n'avait pas poussé le courant du Futur à engager avec le fondateur du Courant patriotique libre un dialogue sur la présidentielle. Peut-être parce qu'elle était prématurée ou parce que le Hezbollah voulait garder l'initiative à ce sujet. D'ailleurs, selon des sources proches du 8 Mars, une des raisons qui avaient poussé le parti chiite à accueillir froidement l'annonce de l'adoption de la candidature du chef des Marada Sleiman Frangié par Saad Hariri était le fait que tous les deux s'étaient entendus sur le retour au Sérail du chef du courant du Futur, avec l'arrivée du leader chrétien du Nord à Baabda. Sleiman Frangié avait eu beau alors expliquer qu'il ne s'était pas officiellement engagé sur ce sujet, l'idée était dans l'air et les partisans de Saad Hariri se comportaient comme si l'affaire était acquise et le marché conclu. Tout en accordant toute sa confiance à Sleiman Frangié, le Hezbollah s'était donc senti pris de court, sachant qu'à ses yeux, il y avait un piège qui consistait à chercher à le priver de ses deux alliés chrétiens, les Marada et le CPL, en semant la zizanie entre eux d'abord, puis entre chacun d'eux et la formation chiite.

L'objectif a d'ailleurs été plus ou moins atteint, puisque les proches de Sleiman Frangié ne cachent pas une certaine amertume à l'égard du Hezbollah, rappelant que le député de Zghorta a toujours été un allié loyal et fidèle de la résistance, même, parfois, au détriment de ses propres intérêts électoraux, sachant que dans le Nord, il y a bien peu de villages chiites, alors que l'environnement de Zghorta est en grande majorité sunnite. Même malaise au niveau de la base aouniste, qui se laisse influencer par certaines déclarations mettant en cause le sérieux de l'appui du Hezbollah à la candidature de Michel Aoun. Certes, le chef du bloc parlementaire du Changement et de la Réforme n'a jamais mis en doute l'appui du parti chiite à sa candidature à la présidentielle, mais ses partisans, eux, expriment parfois une certaine impatience, reprochant au Hezbollah de ne pas exercer de pressions sur le président de la Chambre ou sur le chef des Marada.

 

(Pour mémoire : Netanyahu menace le Liban de recourir à la "poigne de fer")

 

Samedi, pour la première fois, Hassan Nasrallah a donc ouvertement lié les deux fonctions, la présidence de la République et la présidence du Conseil, évoquant la possibilité d'un accord sur les deux qui amènerait Michel Aoun à Baabda et Saad Hariri au Sérail. Il a voulu ainsi montrer sa bonne volonté et faciliter l'élection du général Aoun, puisqu'il n'a pas précisé qu'il fallait mener des négociations sur le choix du futur Premier ministre et, par conséquent, discuter des conditions de l'acceptation de Saad Hariri ou d'un autre. Pour le Hezbollah, qui se considère actuellement victime d'une campagne internationale, régionale et locale visant à l'isoler politiquement et à l'encercler économiquement et financièrement, il s'agit d'une concession importante puisque la seule contrepartie qu'il exige pour accepter le retour de Saad Hariri au Sérail est que ce dernier vote pour Michel Aoun à la présidence. En même temps, Hassan Nasrallah montre qu'il a une grande confiance dans « le général », puisque sa seule élection est considérée comme une garantie pour lui, bien qu'en réalité, les pouvoirs du président de la République soient assez limités.

Si les médias du CPL se sont aussitôt saisis de l'affaire, le courant du Futur, lui, est resté assez discret. Selon des sources proches de ce courant, il serait divisé sur la question, certains estimant que l'essentiel est le retour de Saad Hariri au Sérail, d'autres, au contraire, considérant qu'il s'agit d'un nouveau piège du Hezbollah pour mettre le courant du Futur au pied du mur. C'est un peu comme si, à travers cette phrase de Hassan Nasrallah, le parti chiite a voulu montrer qu'il est flexible et maître de sa décision, ce qui ne serait pas le cas du courant du Futur, qui ne peut pas accepter une telle offre, sans l'aval de ses alliés régionaux...

 

 

Lire aussi

Nasrallah : S'il y a consensus sur Aoun, nous serons ouverts sur le choix du futur Premier ministre

Nasrallah : Une normalisation entre Israël et l'Arabie serait une "catastrophe"


Pour la première fois depuis le début de la vacance au niveau de la présidence de la République, le secrétaire général du Hezbollah a évoqué clairement la présidence du Conseil. Jusque-là, dans tous ses discours et ses entretiens télévisés, Hassan Nasrallah s'était contenté de parler de la présidentielle ou d'un package deal, sans entrer dans les détails. Samedi, dans le cadre...

commentaires (9)

Chassez le naturel il revient au galop! Le votre est de croire aux chimères de Hassouna & Compagnie! Le Hezbollah, après la débandade d'Alep, a compris que sa fin, telle qu'elle, est proche. Il a donc besoin de trouver un moyen de couvrir son échec Syrien par un acquis politique, a défaut, au moins une certaine protection qui lui assurera une pérennité politique minimale qu'il exploitera comme une victoire, a la Pyrrhus bien sur, supplémentairement. Actuellement, seul Aoun au pouvoir pourrait lui octroyer une certaine protection jusqu'à ce que le parti réussisse la transition requise au moindre frais. Pourquoi pas Franjieh? Simplement parce qu'il ne représente rien et s'il est élu, il le sera sans la majorité des Chrétiens et donc non consensuel par rapport a la politique prôné par le Hezbollah tout ce temps la. N'ayant pu s'assurer de concession sur son triptyque, il a essayé le package deal. Cette option raté, il a tenté de changer la loi électorale, encore raté. Il propose alors d'offrir en contrepartie le sénat. Plus raté que raté, nous voila arrivés au troc. Décidément, le feu brûle sous son derrière et Hassouna se voit mal passe de héro a derrière les barreaux, car si certains oublient le TSL, lui pas, nous non plus d'ailleurs... Juste a titre de rappel car un homme averti en vaut deux...!

Pierre Hadjigeorgiou

13 h 11, le 16 août 2016

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Chassez le naturel il revient au galop! Le votre est de croire aux chimères de Hassouna & Compagnie! Le Hezbollah, après la débandade d'Alep, a compris que sa fin, telle qu'elle, est proche. Il a donc besoin de trouver un moyen de couvrir son échec Syrien par un acquis politique, a défaut, au moins une certaine protection qui lui assurera une pérennité politique minimale qu'il exploitera comme une victoire, a la Pyrrhus bien sur, supplémentairement. Actuellement, seul Aoun au pouvoir pourrait lui octroyer une certaine protection jusqu'à ce que le parti réussisse la transition requise au moindre frais. Pourquoi pas Franjieh? Simplement parce qu'il ne représente rien et s'il est élu, il le sera sans la majorité des Chrétiens et donc non consensuel par rapport a la politique prôné par le Hezbollah tout ce temps la. N'ayant pu s'assurer de concession sur son triptyque, il a essayé le package deal. Cette option raté, il a tenté de changer la loi électorale, encore raté. Il propose alors d'offrir en contrepartie le sénat. Plus raté que raté, nous voila arrivés au troc. Décidément, le feu brûle sous son derrière et Hassouna se voit mal passe de héro a derrière les barreaux, car si certains oublient le TSL, lui pas, nous non plus d'ailleurs... Juste a titre de rappel car un homme averti en vaut deux...!

    Pierre Hadjigeorgiou

    13 h 11, le 16 août 2016

  • LES SUPPOSES PIEGEURS... SONT DEJA PIEGES... N,EN DEPLAISE AUX REVEURS DES DIVAGATIONS...

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    14 h 15, le 15 août 2016

  • De concession à concession, le 14-Mars risque d'arriver au plus profond gouffre de Wadi-Youchafat. Arrivé à ce stade, il n'y aurait plus de raison d'exister sur la scène politique libanaise. Il y a des limites au recul stratégique devant un ennemi de plus en plus envahissant. De Aoun ou personne, on va arriver à Hariri ou personne. Adieu Liban !

    Honneur et Patrie

    13 h 49, le 15 août 2016

  • Pourquoi le hezb résistant de H.N est puissant ? Mais grâce à son intelligence pardi ! On parle de se armes , certes il en a et il en développe , mais surtout il faut d'abord savoir s'en servir et petit rappel , on entend bien des huluberlus médiatiques demander aux us des armes pour les bactéries en Syrie non ? Et même mieux en 75 la résistance des kataeb , milices de la 1ère heure qui avait pris le relais de l'état , s'était plainte de ne pas avoir été assez pourvu en armes contre l'invasion palestinienne , non ? Soyons juste avec ceux qui ont combattu 20 ans l'armée la plus puissante et la plus criminelle au monde et qu'au bout du compte ils leur ont botté le popotin au point où on ne les reverra plus jamais venir nous usurper quelques arpents de terre en plus . Soyons juste , tout simplement ! Et acceptons l'offre magnanime du patron des libanais de la résistance , il pourrait la revoir à la baisse .

    FRIK-A-FRAK

    12 h 53, le 15 août 2016

  • Continuons à donner de l'importance à ce qu'il dit et invente...menace...promet ! Ce sera notre faute, uniquement la nôtre, si un jour nous devrons vivre sous le joug d'une dictature "divine" à l'iranienne, et il sera alors trop tard pour pleurer et regretter notre Liban ! Irène Saïd

    Irene Said

    12 h 19, le 15 août 2016

  • Bla bla bla des choses que tout le monde sait deja !!! Et le hezb n'a rien d'autre pour appuyer ces thèses que les armes c'est cela qui fsit du hezb le boss au liban !!

    Bery tus

    11 h 46, le 15 août 2016

  • Ces "alliés regionaux" vont ils permettre au "Pauvre Liban" de survivre...Ce Liban, forteresse de la Liberté...et quasi seul modèle du "vivre ensemble" en paix?

    Chammas frederico

    10 h 40, le 15 août 2016

  • Libanaises, Libanais: Aoun president c'est le coup de grace qui achevera le Liban !(Tiens, ca rime, on pourrait en faire un bon jingle ...)

    Remy Martin

    09 h 31, le 15 août 2016

  • Et après cela il y a encore des Chrétiens qui pensent qu'ils ont leurs mots à dire au Liban ??

    yves kerlidou

    09 h 27, le 15 août 2016

Retour en haut