X

Liban

Arcenciel donne une place à l’entraide avec une brocante solidaire

Social

L'association organisera à partir de ce soir son vide-greniers annuel à la villa Asseily, au cœur d'Achrafieh. L'occasion rêvée de découvrir des objets et des meubles d'exception tout en accomplissant un geste solidaire.

01/07/2016


L'ONG Arcenciel, qui œuvre sans relâche depuis 1985 à un Liban plus solidaire, lance sa brocante annuelle, ce soir à 18h. Mais cette année, une édition spéciale est prévue, car celle-ci aura lieu en même temps que la brocante des artistes, où les visiteurs peuvent dénicher des objets revisités par des designers confirmés. C'est pour promouvoir ce double événement que les organisateurs ont décidé d'installer la brocante non pas à Damour, où elle a lieu tous les ans, mais à la somptueuse villa Asseily, à Achrafieh.
À l'origine, Arcenciel redistribuait aux plus démunis les diverses choses que les gens lui donnaient. Lorsqu'il s'agissait d'aide alimentaire, de vaisselle ou d'électroménager, la redistribution se faisait aisément. Mais quand l'association a commencé à recevoir des meubles d'époque, il a fallu changer le mode opératoire, racontent les organisateurs, occupés à mettre la dernière main aux préparatifs de la brocante qui se poursuivra jusqu'à dimanche. C'est donc tout naturellement qu'Arcenciel a fait naître une brocante solidaire. Tout le monde y trouve son compte : les donateurs sont ravis de voir leur geste peser dans la balance et le profit généré par la vente est réinvesti dans le travail social, la santé, la mobilité, l'aide à la jeunesse ou le support social offert par une des associations les plus actives. Rien qu'en 2015, Arcenciel a pu assurer à 160 personnes, pour la plupart des enfants, 2 150 sessions d'orthophonie et de psychomotricité. C'est dire l'importance de l'aide qu'elle apporte aux personnes les plus vulnérables au sein de la société.
Mais ce n'est pas tout. Les employés de l'association, qui sont tous en difficulté mentale, physique ou sociale, peuvent également recevoir un salaire pour leur travail. Véritablement, Arcenciel n'oublie personne. Le fait qu'elle embauche notamment des personnes présentant des handicaps s'inscrit tout naturellement dans le prolongement d'une de ses missions qui consiste à œuvrer pour l'amélioration de l'intégration sociale des handicapés.

Des créations inédites
S'étalant sur trois jours, la brocante permet aux visiteurs de se faire plaisir, mais d'être aussi un peu plus solidaires. Elle offre, dans le même temps, l'occasion unique de découvrir d'anciennes bâtisses splendides, qui sont en temps normal fermées au public. L'aspect culturel n'est pas laissé de côté et les curieux pourront faire un tour à la braderie du livre, regorgeant d'ouvrages fascinants et même d'anciennes Encyclopædia Universalis.
Engagés également sur la question environnementale, les organisateurs ont mis en place des équipes de rénovation des meubles, de menuiserie, de tapisserie, de ponçage, de reconditionnement des objets qui ne peuvent pas être vendus tels quels. Certaines pièces sont même créées de toutes pièces à partir de matériaux de récupération. Rien n'est jeté, rien n'est gaspillé. Ce ne sont donc pas seulement les objets des donateurs qui seront proposés à la vente, mais aussi les créations inédites des équipes de l'ONG. Il y en a pour tous les goûts : les visiteurs pourront se faufiler à leur guise entre les commodes vénitiennes et les meubles design fabriqués par Arcenciel.
Les recettes de la brocante permettront de financer les nombreuses activités de l'association. On citera, entre autres, son projet de tri et de traitement des déchets, notamment les déchets hospitaliers à risque infectieux. Le financement est en effet fondamental pour le maintien et le développement de ces initiatives qui ont pris de l'envergure au fil des années, grâce à la persévérance et à l'investissement personnel des responsables de l'ONG ainsi qu'à la générosité de ceux qui soutiennent sa mission. « L'argent est le nerf de la guerre », observent les organisateurs. « Nous ne voulons rien jeter, mais collecter le plus possible, restaurer ce qui peut l'être et le redistribuer. Or pour ce faire il faut de l'argent. La brocante est le meilleur moyen de financer ce travail de longue haleine, et pour satisfaire les donateurs et donner le sourire aux bénéficiaires. »
L'événement de ce week-end représente la formule idéale pour allier plaisir et solidarité. Avec une simple brocante, une vraie différence peut être faite pour beaucoup de gens.

Villa Asseily, rue Mariam Geahchan, après l'école Zahret el-Ihssan, Achrafieh.
Aujourd'hui, vendredi 1er juillet de 18h à 22h.
Demain samedi 2 et dimanche 3 juillet de 10h à 22h.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Goaaaaaaaaal !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les polémiques, entre manœuvres internes et souhaits régionaux

Les matchs d’aujourd’hui

  • Suède
    Corée du Sud

    18/06

    15h00 (GMT+3)

  • Belgique
    Panama

    18/06

    18h00 (GMT+3)

  • Tunisie
    Angleterre

    18/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué