X

Liban

Raï : Les réfugiés, « un lourd fardeau qui menace l’identité et l’avenir du Liban »

Tournée pastorale
30/06/2016

Le patriarche maronite, Béchara Raï, a clôturé sa tournée pastorale dans de nombreuses paroisses aux États-Unis et deux éparchies de Brooklyn et Los Angeles. La visite américaine de Mgr Raï a pour objectif « de solliciter les efforts continus de la communauté libanaise à l'égard du Liban », comme l'a indiqué le patriarche lui-même dans une allocution prononcée à l'occasion de la réception organisée mardi en son honneur, à New York, par le consul général du Liban, Majdi Ramadan.

« Ce petit pays, encore paralysé politiquement avec la triste incapacité d'élire un président et la réticence des partis politiques à mettre le pays avant les intérêts personnels, tente de répondre aux besoins des pauvres et de près deux millions de réfugiés qui y vivent... Ce lourd fardeau menace l'identité et l'avenir du Liban », a souligné avec inquiétude le cardinal Raï.

L'événement s'est déroulé en présence d'une audience massive, et notamment du représentant permanent du Liban auprès de l'Onu, Nawaf Salam, du numéro deux de la mission du Liban à l'Onu, Caroline Ziadé, de l'évêque de Brooklyn, Mgr Gregory Mansour, ainsi que d'un certain nombre de leaders religieux, de la société civile, d'« amis du Liban » et de membres de la diaspora libanaise.
À cette occasion, Mgr Raï a remis à Majdi Ramadan la médaille du patriarcat maronite d'Antioche et d'Orient pour les nombreux services qu'il a rendus à la diaspora libanaise du nord-est des États-Unis.

« Identité commune »
« Nous partageons tous un grand amour commun pour le Liban. Nous sommes très fiers de notre pays, votre pays d'origine », a déclaré Mgr Raï devant un auditoire très attentif. « Avec la diversité de leurs cultures et traditions, chrétiens et musulmans ont décidé, il y a longtemps, de bâtir ensemble une identité commune. Ils ont accepté de vivre ensemble sur une base égale, séparant la religion de l'État, dans un pays où la loi divine et toutes les religions sont respectées sur une base égale », a-t-il rappelé. « Nous avons échangé une garantie de partage du pouvoir au sein du gouvernement et de l'administration sur une base égale, conformément au pacte national et à la formule libanaise de 1943, ce qui est clairement déterminé par la Constitution. Cela fait du Liban une démocratie parlementaire, une démocratie consensuelle, qui respecte la Déclaration universelle des droits de l'homme et garantit la liberté à tous les citoyens », a-t-il ajouté.

Mgr Raï a également souligné que « le Liban se distingue par son ouverture à la fois à l'Est et à l'Ouest, et adopte le principe de l'unité dans la diversité, d'où les propos célèbres du pape Jean-Paul II : "Le Liban est plus qu'un pays, c'est un message et un modèle pour l'Est et l'Ouest." Cela décrit bien toute l'histoire d'une nation vraiment digne de respect et d'admiration, même si nous passons à l'heure actuelle par des circonstances politiques, économiques et sociales difficiles et délicates, dues aux événements qui se déroulent dans les pays voisins », a-t-il poursuivi.
Le patriarche maronite a rappelé que « le Liban a accueilli des centaines de milliers de réfugiés de Syrie et d'Irak qui ont fui leurs pays à cause de la guerre et l'instabilité politique. Ils estiment qu'ils peuvent compter sur le pays du Cèdre pour l'aide en cas de besoin, et bien que ce soit un grand compliment pour le Liban, il n'en reste pas moins qu'ils représentent un lourd fardeau qui menace l'identité et l'avenir du Liban », a-t-il noté.

« Rôle indispensable »
Mgr Raï a ensuite lancé un appel aux États-Unis, qui « peuvent être politiquement utiles pour résoudre la crise dans toute la région ». « Vous, citoyens des États-Unis et du Liban, vous pouvez aider en engageant vos représentants politiques à considérer favorablement le Liban, en poursuivant votre action charitable et humanitaire qui améliore la vie des pauvres et aussi celle des réfugiés », a-t-il affirmé, tout en sollicitant la « collaboration » de la diaspora libanaise afin « de favoriser le développement au Liban grâce à des investissements dans divers projets, qui favorisent la croissance économique et offrent de nouvelles possibilités d'emploi aux Libanais. Vous contribuez de cette façon à arrêter l'hémorragie de l'émigration qui draine notre pays de son potentiel humain », a-t-il estimé. « N'oublions pas que le Liban a un rôle indispensable à jouer dans la paix et la stabilité de la région, et dans le renforcement de l'esprit de convivialité entre ses différentes cultures et religions », a-t-il assuré.

Mgr Raï a « demandé » instamment à la diaspora libanaise de « sauvegarder la nationalité libanaise et d'enregistrer les mariages et les enfants au Liban ». Il n'a pas manqué dans ce cadre de « saluer l'action » de la mission diplomatique, « remerciant » particulièrement le consul général du Liban

Ramadan : « Embrasser la diversité »
Dans sa brève allocution, Majdi Ramadan a d'abord « exprimé ses sincères condoléances » aux familles des victimes innocentes tombées ainsi que ses vœux de rétablissement complet aux blessés lors des « attaques terroristes contre la ville paisible de Qaa. Notre message aux Libanais est celui de la paix et de la tolérance, et notre rôle, que ce soit au Moyen-Orient ou dans le monde, est de rejeter la violence et l'extrémisme et d'embrasser la diversité », a notamment indiqué le consul, rappelant le rôle de « l'Église maronite dans la création de l'État libanais et la préservation de l'identité libanaise, non seulement au Liban, mais aussi dans la diaspora ».

 

Lire aussi

Raï : Les États-Unis sont en mesure de sauver la démocratie libanaise

Raï : L'absence d'un président de la République est l'une des causes du démantèlement de l'État

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

VIRAGE CONTRÔLÉ

Je ne parlerai des réfugiés syriens que si on associe à ce problème le cas des réfugiés palestiniens .

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Et dire que dans son livre intitulé "Tsunami Arabe" et édité par la très sérieuse maison d'édition Fayard, dans les pages 282 et 283 dudit livre, Antoine Basbous écrit :
"Pourquoi donc Mgr Raï a-t-il rompu avec tant d’éclat avec l’attitude traditionnelle des patriarches maronites ?
L’explication exige un retour au temps où Ghazi Kanaan était le gouverneur réel du Liban (82-02). Cet as du renseignement décida de faire obstacle au patriarche Sfeir qui rêvait d’indépendance et condamnait l’occupation syrienne.
Il chercha à lui susciter des opposants au sein de l’Église maronite et approcha dans cette intention trois évêques : NNSS Emile Saadé, Youssef Béchara et Béchara Raï. Les deux premiers allèrent se confier au patriarche, faisant échouer la tentative, mais Mgr Raï, flatté ou séduit, reçut à maintes reprises Kanaan dans son évêché d’Amchit !
Lors d’une de ces visites, il était accompagné d’une journaliste de la radio VDL. Ce fut là sans doute le moment choisi pour installer un dispositif de micros et de caméras.
Plus tard, à la suite d’une déclaration de Mgr Raï qui lui avait déplu, Kanaan convoqua le prélat au QG d’Anjar. L’évêque s’y rendit, mais, à sa stupeur, les reproches de son hôte s’achevèrent sur les renseignements captés à son insu dans les locaux de son évêché. Leur contenu était sans doute ravageur, car Mgr Raï, effondré, en pleurs, annonça à Kanaan qu’il se suiciderait s’il était divulgué, puis ne sortit plus de chez lui trois jours durant....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET QUE FAITES-VOUS POUR AC CORDER LES MOUSQUE-TAIRES ET DARTA-GNAN DE VOTRE BERGERIE CHER PATRIARCHE... ABEL MA TOUAA3 IL BA2RA ???

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Bref, quand est-ce que va-t-il rentrer de son énième jamborée, ce Râââëéh ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Cela décrit bien toute l'histoire d'une nation vraiment digne de respect et d'admiration", a dit le Râââëéh !
"Admiration et respect" de la part de qui ? Quelques exemples please !
"Même si nous passons à l'heure actuelle par des circonstances politiques, économiques et sociales difficiles et délicates, dues aux événements qui se déroulent dans les pays voisins", a poursuivi ce même Râââëéh !
Seulement "à l'heure actuelle" ? Quid de la période 75-90 ?
Et seulement à cause de "circonstannnces dues aux événemennnts dans les pays voisinnns" ?
Quid des "événemennnts" sous forme de Guerre Civile" entre ces Libanais qui s'étaient déroulés entre 75 et 90, Râëéhhh ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Nous sommes très fiers de notre pays", a déclaré le Râââëéh !
"Fiers" ? Fiers de quoi ? Quelques exemples, please !
"Les Libanais(h) ont accepté de vivre ensemble sur une base égale, séparant la religion de l'État." !
Il est "sérieux", là ?!
Quid des mariages et des tribunaux obligatoires religieux ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Ce pays paralysé politiquement, avec la triste incapacité d'élire un président et la réticence des partis politiques à mettre le pays avant les intérêts personnels, a souligné avec inquiétude le Râââëéh." !
L'avait-il "souligné" avec la même "inquiétuuude" à l'haSSine 1er, lors de sa "rencontre" SECRÈTE avec lui sis Mârémkhéééïîl ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le retour des Libanais de l’étranger, entre surenchère politique et souci humanitaire

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants