Rechercher
Rechercher

À La Une - Etats-Unis

Des diplomates américains "dissidents" réclament des frappes contre Assad

Le département d'Etat reconnaît l'existence d'un "télégramme (diplomatique) dissident concernant la situation en Syrie".

Une cinquantaine de diplomates américains ont formé un groupe "dissident" réclamant que les États-Unis frappent militairement le régime syrien. Photo d'archives AFP.

Une cinquantaine de diplomates américains ont formé un groupe "dissident" réclamant que les États-Unis frappent militairement le régime syrien, une critique sévère de la politique menée depuis cinq ans par le président Barack Obama pour tenter d'arrêter cette guerre.

Le ministère américain des Affaires étrangères, piloté par le secrétaire d'État John Kerry, a reconnu jeudi soir l'existence d'un "télégramme (diplomatique) dissident rédigé par un groupe d'employés du département d'État concernant la situation en Syrie". Son porte-parole John Kirby a toutefois refusé de dévoiler le contenu précis de ce texte diplomatique, le Wall Street Journal (WSJ) et le New York Times (NYT) affirmant que ce télégramme demande explicitement des frappes militaires américaines contre le régime du président syrien Bachar el-Assad. "Nous examinons actuellement ce télégramme qui est sorti très récemment", s'est borné à dire M. Kirby.

 

(Lire aussi : Pour l'Onu, il est faux de dire que l'aide atteint surtout les zones tenues par le régime )

 

"Logique morale à agir"
D'après le WSJ et le NYT, qui dit avoir vu un document provisoire, le télégramme est un court mémorandum signé par une cinquantaine de diplomates et employés du département d’État. Le télégramme plaide, selon le NYT, pour un "recours judicieux" à des frappes de missiles ou de drones américains. Sur le fond, le mémo juge "évidente et incontestable la logique morale à agir pour mettre fin aux tueries et aux souffrances en Syrie, après cinq années d'une terrible guerre", selon le NYT.

Toujours d'après le quotidien américain, les responsables américains critiquent dans leur télégramme "le statu-quo en Syrie (qui) continuera de provoquer des situations de plus en plus catastrophiques en matière humanitaire, diplomatique et de terrorisme".

La stratégie du président Obama à l'égard du conflit syrien a provoqué l'une des plus fortes polémiques en politique étrangère de son double mandat. Élu en 2008, prix Nobel de la paix l'année suivante, le dirigeant démocrate est un grand sceptique de l'interventionnisme militaire à tous crins. Il s'est ainsi efforcé d'extirper l'Amérique des deux guerres démarrées sous la présidence du républicain George W. Bush: l'Irak et l'Afghanistan.

Très réticent à mettre le doigt dans un nouveau conflit au Moyen-Orient, Barack Obama avait renoncé à la dernière minute à l'été 2013 à bombarder des infrastructures du régime de Damas, malgré le fait que l'armée syrienne avait utilisé des armes chimiques contre des civils en août de cette année-là. Dans les mois précédents, M. Obama avait promis d'agir contre la Syrie en cas de franchissement d'une telle "ligne rouge".

La France, mais aussi l'Arabie saoudite, n'ont jamais complètement digéré le renoncement du président des États-Unis. Depuis, l'administration américaine refuse tout engagement militaire d'envergure en Syrie, en proie à une guerre civile qui a fait 280.000 morts.

Jamais, cette ligne non interventionniste défendue par la Maison Blanche n'avait ouvertement été critiquée. John Kerry, toutefois, a laissé entendre ces derniers mois qu'il aurait voulu faire plus, qu'un mystérieux "plan B" était dans les tiroirs si la voie d'un règlement politique capotait totalement en Syrie.

 

( Lire aussi : Kerry à Moscou : La patience des Etats-Unis sur la Syrie est "très limitée" )

 

Processus de paix moribond
De fait, les États-Unis et la Russie sont les coparrains d'un processus diplomatique pour la Syrie - tentatives de cessez-le-feu, d'une solution politique, d'acheminement d'aide humanitaire - mais qui est moribond.

La Russie a d'ailleurs critiqué l'appel des diplomates "dissidents", en soulignant que cette initiative allait à l'encontre des résolutions du Conseil de sécurité sur la Syrie. "Il y a des résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu qu'il faut respecter", a déclaré un vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, cité par l'agence de presse Interfax. L'appel des diplomates américains "ne correspond pas aux résolutions, il faut mener des négociations et chercher à obtenir un règlement politique", a-t-il souligné.
Le ministère russe de la Défense a pour sa part exprimé sa "préoccupation" face à cet appel.
"S'il y a au moins une parcelle de vérité dans les informations" sur cette initiative des diplomates américains, "cela ne peut que susciter la préoccupation de toute personne raisonnable", a déclaré le porte-parole du ministère, Igor Konachenkov, dans un communiqué.

Washington pilote toutefois une coalition militaire internationale qui a effectué 13.000 bombardements aériens depuis l'été 2014 contre le groupe jihadiste État islamique en Syrie et en Irak. Les Américains ont également des dizaines de forces spéciales au sol en Syrie mais M. Obama a toujours refusé le déploiement de dizaines de milliers de soldats.

"Des diplomates américains exhortent Obama à frapper Assad, dans quel but ????? Une bonne chose que le département d'État ne conduise pas la politique américaine" en Syrie, a critiqué sur Twitter l'analyste Aaron David Millier, qui a conseillé cinq ou six secrétaires d'État successifs.
De même, "les frappes aériennes ne sont pas magiques et augmentent le risque d'un conflit États-Unis/Russie", a averti sur Twitter l'analyste Steve Saideman, en allusion au déploiement militaire de Moscou au côté de son allié syrien.

D'après le département d'État, il existe "officiellement" depuis des années au ministère un "canal dissident qui permet à des employés de faire part de points de vue différents et de perspectives alternatives sur des sujets de politique" diplomatique. Un tel "canal contestataire" représente "un vecteur important que le secrétaire d'État et le département d'État respectent et qui permet aux employés du ministère d'exprimer auprès de leur hiérarchie leurs opinions de manière franche et confidentielle", a justifié le porte-parole John Kirby.

 

Lire aussi

Un État islamique sans État mais pas moins dangereux

Assad n'a qu'un mot à la bouche : la reconquête


Une cinquantaine de diplomates américains ont formé un groupe "dissident" réclamant que les États-Unis frappent militairement le régime syrien, une critique sévère de la politique menée depuis cinq ans par le président Barack Obama pour tenter d'arrêter cette guerre.
Le ministère américain des Affaires étrangères, piloté par le secrétaire d'État John Kerry, a reconnu jeudi soir...

commentaires (7)

En Rêve ! S'il devait pleuvoir, on aurait déjà entraperçu ne fut-ce que l'ombre d'un petit nuage ! Äâââl "diplomates américains dissidents", äâââl !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

19 h 23, le 18 juin 2016

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • En Rêve ! S'il devait pleuvoir, on aurait déjà entraperçu ne fut-ce que l'ombre d'un petit nuage ! Äâââl "diplomates américains dissidents", äâââl !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    19 h 23, le 18 juin 2016

  • Drôle de façon , de lutter contre Daech , Al Qaïda et leurs métastases ...c'est bizarre ...la sous culture américaine continue, par d'autres moyens hasardeux ..., de vouloir financer le renouvellement de ses fiascos au moyen orient par d'autres moyens...?

    M.V.

    17 h 28, le 17 juin 2016

  • Le héros syrien Bashar prouve surtout que la connerie humaine est supérieure à ce qu'il est vraiment .

    FRIK-A-FRAK

    16 h 27, le 17 juin 2016

  • en tt cas personne ne pouvait penser qu'il pouvait etre a se point assassin de son propre peuple en plus lol ... pour terminer meme s'il reste (CE KE JE DOUTE ENCORE TRES TRES FORT) il n'a plus du tout mais alors la plus du tout le meme pouvoir qu'il avait avant 2011 .... ET CA MEME SI MINIME PAR RAPPORT AU PRIX QU'ON PAYER LES SYRIENS EST DEJA UNE IMMENSE VICTOIRE A CE MEME PEUPLE !!!

    Bery tus

    15 h 17, le 17 juin 2016

  • ET CA VA VENIR TRES PROCHAINEMENT... LES PARACHUTES SON PRETS... LE TOCSIN NE SONNE PLUS... LE GLAS A PRIS LA RELEVE... ET RIRONT TOUJOURS BIEN ET FORT QUI RIRONT LES DERNIERS...

    ZERO PLAINTE. CENSURE PLAIT. SOUTENONS DONC L,OLJ.

    15 h 13, le 17 juin 2016

  • On va récapituler le puissance du héros Bashar. Il est alaouite , 10% de la population globale de Syrie, il a pu avec ça créer daech, les contrôler et les financer en les utilisant à travers le monde , de l'Europe à l'Asie sans parler du M.O et de l'Afrique. Il a réussit à envoyer à travers la frontière turque les bactéries qui ensanglantent l'occident. Il a pu empêcher les frappes us après avoir "utilisé" des armes chimiques . Il résiste depuis 2011 à ceux qui ont décidé de le faire partir et qui le disait fini depuis 5 ans et 3 mois. Il récupére Palmyre et des centaines de villages bactériens. Et même que c'est lui qui fait monter les extrêmes et le Brexit au créneau, en même temps que la carpette et le clown trump qui vont conjointement diriger la future politique etrangere des usa fourbes. Mais alors soyons exigent avec une puissance pareille demandons lui de nous faire venir des martiens pour le faire partir , bon sang de bonsoir ..... Ces arabes américains dissidents ne frappent pas à la bonne porte , il leur faut des martiens je vous dis. Hahahahahahahaha hahahaha. ...

    FRIK-A-FRAK

    14 h 18, le 17 juin 2016

  • la mafia assad a detruit le moyen orient depuis bien longtemps...guerre civile libanaise,guerre en syrie,DAESH,refugies en europe,montee de l extreme droite en europe et USA,sortie du R.U de l UE,fin probable de l UE,TRUMP president des USA...incroyable le pouvoir de nuisance de cette dynastie ASSAD...OUI il faut en finir avec ASSAD.

    HABIBI FRANCAIS

    12 h 00, le 17 juin 2016

Retour en haut