conflit

Des forces spéciales françaises en Syrie pour conseiller des rebelles arabo-kurdes

La France ne reconnaissait jusqu'ici la présence de forces spéciales - environ 150 hommes - que dans le Kurdistan irakien.

Des forces spéciales françaises ont été déployées en Syrie où elles conseillent des rebelles arabo-kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) engagés dans une offensive contre le groupe Etat islamique (EI) à Manbij (nord), ont admis jeudi pour la première fois les autorités françaises. REUTERS/Rodi Said

Des forces spéciales françaises ont été déployées en Syrie où elles conseillent des rebelles arabo-kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) engagés contre le groupe Etat islamique (EI), ont admis jeudi pour la première fois les autorités françaises.

"L'offensive de Manbij (nord de la Syrie) est clairement soutenue par un certain nombre d'Etats, dont la France. Le soutien c'est le même que d'habitude, c'est du conseil", a déclaré à l'AFP l'entourage du ministre français de la Défense sans précisions sur le nombre de soldats présents.
La France ne reconnaissait jusqu'ici la présence de forces spéciales - environ 150 hommes - que dans le Kurdistan irakien.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait déjà laissé entendre que des soldats français se trouvaient, avec des soldats américains, aux côtés des FDS dans l'offensive en cours à Manbij, dans la province d'Alep. "On appuie par des apports d'armes, de la présence aérienne et du conseil", avait déclaré M. Le Drian vendredi à la chaîne de télévision Public Sénat, en commentant l'offensive de Manbij.

Cette offensive, appuyée par des raids de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis, vise à couper l'axe d'approvisionnement de l'EI en hommes, armes et argent depuis la frontière turque. Les FDS sont parvenues à la périphérie de la ville.

Les militaires français n'interviennent pas eux-mêmes et ne sont donc pas susceptibles de combattre directement contre des militants de l'EI, notamment les Français présents à Manbij, souligne-t-on au ministère de la Défense.

Environ 400 soldats des forces spéciales françaises sont engagés dans 17 pays, notamment au Sahel, sur un total de 2.500 hommes, précise-t-on de source militaire.
En Irak, les forces spéciales françaises accompagnent les peshmergas kurdes jusque sur la ligne de front près de Mossoul (nord), les aidant à repérer et neutraliser des engins explosifs improvisés (IED) et à manier des canons de 20 mm livrés par Paris. Ces IED, qu'ils soient dissimulés dans des objets, enfouis dans le sol ou embarqués dans des voitures bélier fonçant sur des checkpoints, sont la terreur des combattants anti-EI.

(Lire aussi : Les ambiguïtés du triangle USA-Turquie-Kurdes au cœur de l’offensive contre Manbij )

 

Obtenir du renseignement
En Syrie, "on n'y va pas parce qu'il y a des Français", a-t-on assuré dans l'entourage du ministre de la Défense, en allusion aux Français partis faire le jihad au sein du groupe Etat islamique. "Et on irait même s'il n'y avait pas de francophones", a-t-on ajouté de même source.

La France a subi en janvier et novembre 2015 une double série d'attentats (147 morts, des centaines de blessés) commis notamment par des Français revenus de Syrie.
Très sollicitées dans les guerres asymétriques des temps modernes, où elles apportent furtivité et fulgurance face à un ennemi souvent insaisissable, les forces spéciales françaises partent quatre à six mois à chaque mission, au rythme d'une mission et demi par an en moyenne.

"L'accompagnement, grande spécialité d'avenir des forces spéciales, c'est l'équipement, l'entraînement, la connaissance mutuelle et la capacité avec quelques hommes, une dizaine, d'aider à mener un combat, en conseillant, voire en apportant quelques capacités comme le guidage d'avions, la coordination et les liaisons satellites", explique sous couvert d'anonymat un responsable des forces spéciales.
Les missions de conseil auprès de combattants arabo-kurdes et, à Bagdad, auprès de forces spéciales irakiennes permettent aussi d'obtenir du renseignement sur l'EI lorsque ces soldats reviennent du front.

Selon l'armée américaine, l'offensive sur Manbij est menée par environ 3.000 combattants arabes locaux, avec le soutien d'environ 500 miliciens kurdes. Les forces spéciales américaines conseillent les combattants rebelles impliqués dans l'offensive de Manbij, mais restent au niveau du "commandement" de l'opération, sans s'impliquer directement dans les combats, assure le Pentagone.

 

Lire aussi
Les enjeux fondamentaux de la bataille de Manbij

Derrière les offensives contre l’EI, des objectifs divergents

 

Repères
Les grandes étapes de la lutte contre l'EI

Cinq faits marquants sur Raqqa


Des forces spéciales françaises ont été déployées en Syrie où elles conseillent des rebelles arabo-kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) engagés contre le groupe Etat islamique (EI), ont admis jeudi pour la première fois les autorités françaises.


"L'offensive de Manbij (nord de la Syrie) est clairement soutenue par un certain nombre d'Etats, dont la France. Le...

commentaires (3)

SYRIE ET IRAQ... LYBIE ET YEMEN... DES GUERRES DE FORCES SPECIALES DE TOUTES LES ESPECES DE SPECIAUX ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

17 h 05, le 09 juin 2016

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • SYRIE ET IRAQ... LYBIE ET YEMEN... DES GUERRES DE FORCES SPECIALES DE TOUTES LES ESPECES DE SPECIAUX ...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 05, le 09 juin 2016

  • Vouloir à tout prix se rendre intéressant, alors qu'on sait que ce ne sont qu'une bande de poltrons , ça fait rire ... allez ! restez au Mali et en Afrique les gars , le M.O c'est trop gros pour vos nerfs ..

    FRIK-A-FRAK

    12 h 47, le 09 juin 2016

  • Normal 1er ,n'effacera pas ses fiascos au moyen orient , surtout pas avec ce type d'intervention...pas plu qu'il a arrêté les attentats en France en envoyant les troupes françaises au Mali ...! ce grand stratège amateur, ce trompe toujours de direction...! ,hélas, même en économie ...! vivement qu'il démissionne , je ne pense pas que les français peuvent encore se permettrent de financer , avec leurs impôts ce type de fada...

    M.V.

    12 h 42, le 09 juin 2016