Rechercher
Rechercher

Diplomatie

Netanyahu à Poutine : Nous agissons pour empêcher le transfert d'armes au Hezbollah

Le Premier ministre israélien a été reçu par le président russe au Kremlin.

Le président russe Vladimir Poutine a reçu jeudi au Kremlin le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. REUTERS/Alexander Nemenov/Pool

Le président russe Vladimir Poutine a reçu jeudi au Kremlin le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui craint que le soutien militaire de la Russie à la Syrie et ses livraisons d'armes à l'Iran n'attisent les tensions entre l'Etat hébreu et ses voisins.

"Je suis venu ici avec un objectif : renforcer la coordination sécuritaire entre nos deux pays pour empêcher des erreurs, des malentendus et des affrontements superflus", a déclaré le Premier ministre israélien au début de son entretien avec M. Poutine. "Israël a défini des lignes claires pour sa sécurité", a-t-il ajouté, selon son service de presse. "Nous agissons au maximum de nos capacités pour empêcher le transfert d'armes sophistiquées d'Iran et de Syrie au Hezbollah", a souligné M. Netanyahu.

Israël craint que les livraisons d'armes russes, comme celle du système anti-missiles S-300 à l'Iran, ne renforcent par effet de domino le Hezbollah, soutenu par Téhéran, et ennemi de l'Etat hébreu. Israël s'inquiète également du soutien indéfectible affiché par Moscou au régime de Damas, dont l'armée est appuyée dans ses combats contre les jihadistes et les rebelles par les avions russes et les milices du Hezbollah.

 

(Lire aussi : Israël admet avoir attaqué "des dizaines de convois d'armes" en Syrie destinés au Hezbollah)

 

"Nous agissons pour empêcher l'émergence d'un front terroriste supplémentaire sur le plateau du Golan", a repris M. Netanyahu, qui a proclamé dimanche que la partie annexée du Golan "restera pour toujours dans les mains d'Israël".  Alors que cette déclaration a été condamnée par la Ligue arabe et la Syrie, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, n'a pas souhaité réagir aux propos du Premier ministre israélien, lors d'un point presse jeudi matin.

La visite de M. Netanyahu en Russie intervient après celle lundi du président palestinien Mahmoud Abbas, également reçu par Vladimir Poutine.
Lors de sa dernière rencontre en septembre avec le président russe, le Premier ministre israélien était venu accompagné de son chef d'état-major, le général Gadi Eisenkot, et du chef des renseignements militaires, le général Herzl Halevy, pour discuter de la Syrie avec Moscou.

 

 

Pour mémoire
Syrie : pourquoi la Russie se désengage ?

Quand Israël jongle avec les risques et les opportunités du chaos syrien


Le président russe Vladimir Poutine a reçu jeudi au Kremlin le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui craint que le soutien militaire de la Russie à la Syrie et ses livraisons d'armes à l'Iran n'attisent les tensions entre l'Etat hébreu et ses voisins.


"Je suis venu ici avec un objectif : renforcer la coordination sécuritaire entre nos deux pays pour empêcher des...

commentaires (7)

Dans cette photo le "body language" vaut toutes les boules de crystal ... A bon entendeur !

Remy Martin

23 h 50, le 21 avril 2016

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Dans cette photo le "body language" vaut toutes les boules de crystal ... A bon entendeur !

    Remy Martin

    23 h 50, le 21 avril 2016

  • Dans cette photo le "body language" vaut toutes les boules de crystal ... A bon entendeur !

    Remy Martin

    23 h 47, le 21 avril 2016

  • Bonne idee, qu'ils aillent donc se battre en Palestine et nous lachent les basques.

    Je partage mon avis

    20 h 36, le 21 avril 2016

  • DES BOURDES ET DES DIVAGATIONS A LA PELLE...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 21, le 21 avril 2016

  • Ils le font depuis 1982; empêcher l'arrivée des armes et l'élimination des responsables du Hezb et des résistants à leur présence en général... Quel est le résultat aujourd'hui?? Bon puisque vous avez la réponse, il faut savoir que un jour il n'y penseront même pas à attaquer le Liban, la Syrie ou encore moins probable, l'Iran. Donc la bataille finale sera en Palestine occupée et non occupée, et c'est la, fort de toute l'expérience et de l'aide sous toutes ses formes aux palestiniens, ces derniers libereront leurs terres et les lieux saints.

    Ali Farhat

    20 h 07, le 21 avril 2016

  • CES MAINS TENDUES ET CES SOURIRES PLUS QU,AMICAUX N,ANNONCENT RIEN DE BON POUR CEUX DE CHEZ NOUS...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 58, le 21 avril 2016

  • epsss les philosophes moumana3iste !! il vous faut encore plus .. ou quoi ?!?! est c'est dans ce meme concert des nations que l'Iran sur le dos de tous le monde au MO veut rentrer !!

    Bery tus

    19 h 44, le 21 avril 2016