Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Primaires US

« Si vous réussissez à New York, vous réussirez partout » : Frank Sinatra aura-t-il raison ?

Hillary Clinton et Donald Trump sont sortis victorieux dans l'État de New York.

La candidate à la présidentielle américaine Hillary Clinton, peu après sa victoire aux primaires de New York mardi soir. Timothy A. Clary/AFP

New York, la ville à plusieurs noms (Big Apple, la ville qui ne dort jamais, Gotham depuis Batman et ville-empire), a reconnu en Hillary Clinton et Donald Trump, pour les primaires 2016, les véritables New-Yorkais. La première a gagné à 58 % des voix, contre 42 % pour son rival, le sénateur Bernie Sanders. Quant au très controversé milliardaire, il a gagné à 61 % des voix tous les districts de New York, sauf celui où il vit : le deuxième, qui couvre l'est de Manhattan, englobant 5th Avenue, où se trouve la Trump Tower, lieu de sa résidence. Il traîne derrière lui John Kasish (25 %) et Ted Cruz (15 %), qui a visiblement payé très cher son attaque contre Donald Trump, « ce porteur de valeurs new-yorkaises »...

Dans cette primaire, inédite dans l'histoire électorale de New York, la victoire était facile aussi bien pour Mme Clinton que pour M. Trump. À présent, tous deux pourront consolider leurs trajectoires vers leurs nominations.
Cela s'applique spécialement à Donald Trump, qui a gagné haut la main une majorité de délégués. Visiblement, il est sur le point de la gagner, cette « guerre civile » montée contre lui par le Parti républicain, selon un observateur avisé. Il n'empêche : sa suprématie à New York, où, comme à son habitude, il a sillonné l'État en martelant inlassablement ses idées économiques populistes, ne garantit pas sa nomination, car les États de l'Ouest, dont la Californie, ont encore en main la clé de sa victoire finale.

Après l'annonce des résultats de New York, Hillary Clinton a déclaré que sa nomination est « en vue ». Comme dans la chanson de Frank Sinatra, New York, New York : « Si vous réussissez à New York, vous réussirez partout. » Et c'est à la mesure des huit ans passés au Sénat comme représentante de l'État de New York, qu'elle a taillé son message et façonné sa victoire, poussant ses électeurs à se rappeler ce qu'elle avait fait en leur nom.
Quant au célèbre perdant, Bernie Sanders, il est rentré chez lui avec cette réaction : « C'est malheureux, je le sais. » Surtout que s'il reste dans la course, cela voudra dire : un autre jour, une autre défaite. Hillary Clinton semble avoir définitivement bloqué son momentum...

( Lire aussi : "Sans notre protection, l'Arabie saoudite ne survivrait pas une semaine", lance Trump )

 

Raz-de-marée de contestations
Néanmoins, cette primaire de New York est ternie par un déluge de plaintes des électeurs, qui ont poussé le comité des élections de New York à ouvrir des enquêtes, assurant qu' « il est temps de nettoyer cette pagaille ». Ce raz-de-marée de protestations concerne aussi bien les portes fermées des bureaux de vote (les responsables des clés sont introuvables) que les listes des électeurs, desquelles des milliers de noms auraient été effacés. Le contrôleur du comité des élections, Scott Stringor, qui a fait part des enquêtes, a précisé, lors d'une conférence de presse, que « malheureusement, ceci n'est pas nouveau à New York City », ajoutant, quelques heures après l'ouverture des bureaux de vote, que « le choix du nouveau président des États-Unis pourrait être facilement décidé ce soir ».

(Lire aussi : A quoi ressemblerait la politique étrangère du président Trump?)


Sauf que l'incompétence de ce comité a couvert les résultats d'un nuage noir. Les électeurs de cinq circonscriptions n'ont pas pu voter car les machines ne fonctionnaient pas correctement, ou les centres de vote étaient fermés ou les listes trafiquées. La plupart des plaintes provenaient de Brooklyn d'où avaient disparu la plupart des listes. Tout ceci a été confirmé par le ministre de la Justice de l'État de New York, Eric Schneiderman. Ces problèmes avaient débuté à l'aube, quand les électeurs du Queens et de Brooklyn n'avaient pas pu voter. Selon le maire de New York, Bill de Blasio, « 126 000 électeurs n'ont pas pu trouver leurs noms dans les listes affichées dans plusieurs centres. Et ces erreurs montrent la nécessité de réformes au sein du comité des élections ».

 

Pour mémoire
A l'étranger, des déclarations de Trump font dresser les sourcils sans trop inquiéter

Devant les juifs américains, Clinton et Trump s'affrontent sur Israël

Quand les républicains ont recours aux manœuvres suspectes

La Maison-Blanche encore très loin pour Trump


New York, la ville à plusieurs noms (Big Apple, la ville qui ne dort jamais, Gotham depuis Batman et ville-empire), a reconnu en Hillary Clinton et Donald Trump, pour les primaires 2016, les véritables New-Yorkais. La première a gagné à 58 % des voix, contre 42 % pour son rival, le sénateur Bernie Sanders. Quant au très controversé milliardaire, il a gagné à 61 % des voix tous les...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut